Le système éducatif gabonais

Présentation générale

Au Gabon la scolarité est obligatoire de 6 à 16 ans. Le système comprend trois niveaux:

  • l'enseignement primaire qui conduit en 6 ans au Certificat d'enseignement primaire et au concours d'entrée en 6ème
  • l'enseignement secondaire constitué d'un cycle court de 4 ans sanctionné par le Brevet d'Étude du Premier Cycle (BEPC) et un cycle long qui conduit en 7 ans au Baccalauréat
  • l'enseignement supérieur auquel participent deux universités et plusieurs grandes écoles nationales.

Avec un taux de scolarisation actuel de 90% la population gabonaise se situe à un niveau d'éducation parmi les plus élevé de l'Afrique sub-saharienne. Toutefois 22% de la population se déclare encore "sans niveau", c'est à dire n'ayant jamais été à l'école, et prés de la moitié de la population n'a pas dépassé le niveau du cycle d'études primaire, 18% celui du premier cycle de L’enseignement secondaire et 6% seulement ont achevé toute la scolarité secondaire.

Le taux d'analphabétisme est relativement bas pour la région. On compte seulement 27% d’analphabètes chez les plus de 15 ans (dont 34% de femmes); ces taux dissimulent cependant de fortes disparités entre les provinces et les milieux. Ainsi globalement on relève 21% d'analphabètes en zone urbaine contre 49% en zone rurale et 15% dans la population urbaine de la province de l'Estuaire contre 60% dans la Ngounié.

L'appareil éducatif gabonais n'a pas su encore surmonter le problème de l'échec scolaire qui se traduit par un taux de redoublements et d'abandons important et ce dans le cycle d'études primaires.

En l'absence d'une structure spéciale EPT au niveau national, plusieurs départements Ministériels concourent de par leurs attributions respectives, à la prise de décision et à la gestion de l'EPT. Il s'agit de :

  • Ministère de l'Education Nationale : Enseignements Pré-primaire, Primaire, Secondaire, Technique et Professionnel ;
  • Ministère de la Solidarité Nationale et des Affaires Sociales : enseignement préscolaire protection et promotion sociales des jeunes handicapés et défavorisés
  • Ministère de la Culture, des Arts et de l'Education Populaire : alphabétisation ;
  • Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Formation Professionnelle : formation aux compétences essentielles, utiles à l'insertion sociale ;
  • Ministère de la Jeunesse, de la Culture civique, des Sports et des Loisirs ;
  • Ministère de la Santé Publique et de la Population : assurer le meilleur état physique, mental et social des individus ;
  • Ministère de la Communication, des Postes et des Technologies de l'Information.

La politique en matière d'éducation

 

La Politique éducative repose sur trois grands principes :

  • l'obligation et la gratuité scolaire de 6 à 16 ans

  • la démocratisation de l’enseignement

  • l'équivalence internationale des niveaux d’examen.

Les grandes lignes d’une stratégie sectorielles ont été définies dans la stratégie de développement du Gabon à l’horizon 2025 et visent à une réforme du système éducatif dans son ensemble et une revalorisation de la fonction enseignante.

La réforme y est définie en termes de programme d’enseignement, la préservation du patrimoine culturel national et le renforcement de domaines considères comme délaissés tels que la formation professionnelle et l'alphabétisation des adultes.

 

Le système non formel

 

Données générales

Le Ministère de la Culture, des Arts et de l'Education Populaire a en charge l’alphabétisation.

Le gouvernement gabonais, a mis en place une politique et un programme d’alphabétisation avec le concours  des partenaires (l’UNESCO, l’UNICEF, la WWF.). L’objectif visé est de faire acquérir aux gabonais les notions et l’apprentissage de l’hygiène, de la gestion des activités, de civisme ,etc.

Alphabétisation des pygmées

Le Gabon a décidé d'éduquer les pygmées et a entrepris un inventaire des moyens financiers nécessaires pour initier un programme didactique adapté qui permettrait de sortir cette communauté de l'analphabétisme. Le travail d'inventaire se fait avec l'aide de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO). Selon le Ministère de la Culture et de l'Education populaire, le programme pour l'éducation des pygmées bénéficiera non seulement de l'appui financier et matériel de l'État gabonais et d'autres bailleurs de fonds comme le Canada, mais également du concours des sociétés forestières mises en cause dans les déforestations abusives. Selon des statistiques officielles, il reste encore environ 120.000 pygmées vivant dans la forêt équatoriale, en Afrique centrale'.

L'initiative d'éduquer les pygmées, bien que tardive, est conforme aux engagements pris, au Forum mondial sur l'éducation organisé en 2000, à Dakar, et qui recommande de réduire de moitié, d'ici à 2015, le taux d'analphabétisme des adultes dans le monde. Longtemps oubliés, les pygmées pourraient enfin bénéficier, si le programme se réalisait, d'une formation pédagogique adaptée après l'acceptation, par le gouvernement, de construire plusieurs salles de classe et aires de jeux, et d'offrir des manuels pédagogiques. Le coût financier du programme d'éducation et d'intégration des pygmées est estimé à environ 1,600 million de dollars, selon le ministère des Travaux publics.