Voyage au cœur des projets de l'INDH ( 4 ) : province de AL AHOUZ !

Mercredi, 10 mai, 2017 - 16:39

Dans  cette  province d’Al Haouz, quelque 2.800 associations issues de différents secteurs d’activités ont pu compter sur l’INDH pour améliorer leur savoir-faire et franchir de nouvelles étapes dans la production et la commercialisation de leurs produits.

Cette province est une subdivision à dominante rurale de la région de Marrakech-Safi. Son chef lieu est Tahannaout. Située au sud-est de la région de Marrakech-Tensift-Al Haouz , elle couvre une superficie de 6 612 km²2.

Depuis 2007, un espace provincial des associations a été mis à la disposition des associations actives dans la province. Une structure novatrice et unique en son genre au Maroc, en mesure d'assurer un meilleur encadrement et accompagnement de ces acteurs de la société civile dans leurs différentes  missions.

Pour les responsables de cet espace ‘’Le tissu associatif d'Al Haouz est très bien structuré, puisque la province compte environ 500.000 habitants repartis sur 39 communes disposant chacune d'un espace communal d'associations, ce qui revient à un total de 40 espaces communaux d'associations ‘’.

 

Poursuivant leurs explications , ces responsables indiquent que ces communes d’associations, ‘sont coiffées par quatre Cercles à savoir Asni, Amezmiz, Tahanaoute et Ait Ourir et ce sont les espaces associatifs communaux relevant de chaque Cercle qui forment ce qu'on appelle un ""Espace associatif de Cercle"", soit 4 espaces associatifs qui, à leur tour forment l'Espace provincial des Association d'Al Haouz’’.

Le projet réalisé avec l’appui de l’INDH a été également financé par le conseil provincial et l’Agence de développement social.Ciblant, en plus des associations, quelque 100 coopératives et 100 groupements de femmes, le projet dispose d’une salle multifonctionnelle qui permet aux populations cibles d’exposer leurs produits et toucher une cible plus large pour leur commercialisation.

 

Les uns et les autres ont conscience de  la nécessité de déployer davantage d'efforts et d'agir dans le cadre d'un partenariat plus étroit avec l'espace associatif "devenu une véritable force de proposition". Il devrait se tenir , très prochainement ,  une journée d'étude "pour mieux écouter et débattre des problèmes et des différentes propositions formulées par les associations locales".

Mais déjà l’on a pu noter qu’il y régnait un climat de compréhension et de persévérance et surtout de responsabilité entre les membre du bureau de l'Espace d'une part, et entre ces derniers et les différents acteurs concernés par la question du développement dans la région  , d'autre part.

L’objectif clairement affiché par l’INDH étant de ne pas perdre de vue  les  missions principales qui lui sont assignées :

  • la lutte contre la pauvreté, notamment chez la femme et l'enfant,
  • la promotion de l'élément humain en tant qu'acteur incontournable pour le développement durable
  • la dynamisation du secteur associatif. 

Disposant d’une bibliothèque, de deux salles d’ateliers et de deux dortoirs, l’espace a été conçu de façon à permettre aux bénéficiaires d’organiser des événements et d’accueillir leurs invités dans de meilleures conditions. 

Les associations et les coopératives sont les principaux bénéficiaires du soutien de l’INDH.

 

A Al HAOUZ , aussi, et pour lutter contre le fléau de la déscolarisation il a été  mis en place des pensionnats pour accueillir et former les élèves en situation de déscolarisation.Impliquant la société civile, les collectivités locales, l'Etat marocain et la coopération internationale, l'initiative s'appuie sur une approche participative et décentralisée.

Ce pensionnat n’aurait pas été possible sans l'Initiative Nationale Pour le Développement Humain (INDH), "fer de lance de la lutte contre la pauvreté au Maroc, saluée par les Nations unies et les bailleurs de fonds comme un moyen efficace d'atteindre les Objectifs du millénaire de l'ONU".

 

Cette Maison de l’étudiante comprend, notamment, un réfectoire, un dortoir, une cuisine, une salle d’étude et des vestiaires. Elle offre  à ses pensionnaires (des personnes souvent défavorisées)  des activités de soutien scolaire, socioculturelles et réactives, en vue de leur permettre de poursuivre leurs études dans un environnement approprié.  Une  initiative qui  vise, en premier lieu, à lutter contre la déperdition scolaire chez les filles et développer, par ricochet, leur taux de scolarisation, sachant pertinemment que la question de l’abandon scolaire précoce est un grave  problème auquel sont confrontés les habitants des zones rurales

PRESSE ET COMMUNICATION AHRRGM