Résultats du BEPEC 2012 en hausse , au Gabon !

Mercredi, 11 juillet, 2012 - 11:30

 

 

Le Brevet d’études du premier cycle (BEPC) de cette année 2012 qui vient de connaitre ses résultats provisoires sur l’ensemble du territoire national a révélé un pourcentage global de 53,79 % de réussite, un résultat largement supérieur à 2011 où il n’était évalué qu’à 38, 31 % de réussite. Selon le Directeur des Examens, Guillaume ADJANGOUE LAPPEL, ce pourcentage des admis, en hausse cette année (2012), émane de plusieurs facteurs qui peuvent l’expliquer.

Résultats encourageants pour le BEPEC 2012

En effet, si en 2011, ces candidats libres étaient estimés 19 000, cette année, par contre, ce nombre est descendu à près de 8989. Dans la province de l’Estuaire qui est la localité à avoir enregistré un nombre important de candidats libres, pour l’année 2012 on a enregistré plus de 4000 candidats libres contrairement à 2011 où ce nombre était élevé à près de 10000 candidats

Ensuite, il y a que depuis l’année dernière (2011), selon le patron des examens, les années scolaires se déroulent sans perturbations. En effet, pour lui, une année qui se déroule sans perturbations entraine indubitablement des conséquences positives notamment le traitement pratique des enseignements par les enseignants. ‘’A cet effet, si un enseignant n’arrive pas à terminer son programme des cours, mais au moins les ¾ de ce programme sont vus en classe et la majorité des enseignants ont la possibilité de faire tous les exercices pratiques qui est un élément important pour la préparation au mieux des candidats à affronter leur examen’’, déclare  Guillaume ADJANGOUE LAPPEL.

L’autre facteur concerne la Direction Générale des Examens et Concours qui a apporté des innovations importantes dans l’élaboration des sujets des examens. ‘’C’est que les épreuves, telles qu’élaborées aujourd’hui, doivent être façonnées de telles sortes que les différents pans du programme soient pris en compte pour que ces épreuves soient à la portée du candidat moyen. C’est le cas de l’épreuve de culture générale cette année qui a connu des améliorations : non seulement le coefficient est de 4, mais il y a aussi deux sujets au choix dans cette épreuve et le candidat choisit le sujet qui lui semble abordable. Ce qui ne se faisait dans les années antérieures’’, a-t-il ajouté.

Enfin, un autre élément et non des moindres, qui explique cette amélioration, se situe au niveau des corrections au Bepc. Ces dernières connaissent aujourd’hui des innovations majeures. En effet, selon le responsable des examens, les corrections au Bepc sont suffisamment encadrées par les inspecteurs et conseillers pédagogiques. A en croire Guillaume ADJANGOUE LAPPEL, tel que c’est fait aujourd’hui, aucun correcteur ne peut bâcler une correction. C’est-à-dire qu’avant, selon lui, ‘’il y avait certains correcteurs qui ne corrigeaient que l’introduction, par exemple, et laissaient les autres éléments du devoir. Ce qui n’était pas logique. Alors qu’aujourd’hui, ce qui se passe c’est que les encadreurs pédagogiques prennent à chaque fois un nombre de copies corrigées par l’enseignant et les vérifient. Et lorsque la correction n’est pas conforme, ils la font reprendre. C’est cet encadrement des corrections qui permet aujourd’hui de mieux fixer l’évaluation des candidats’’, a-t-il conclu. 

Source : AGP     Auteur : Gaboneco