Le corps diplomatique africain à Rabat, briefé sur les avancées de la politique migratoire du Royaume du Maroc !

Mercredi, 4 février, 2015 - 14:49

Les ambassadeurs africains accrédités au Maroc, ont été briefés, ce mercredi 04 Février 2015,  Rabat, par les ministres marocains des Affaires étrangères et de la coopération, de l’Intérieur et des Marocains résidents à l’étranger, sur la conception, les fondements et les actions opérationnelles de la nouvelle politique migratoire du Royaume.

Le Ministre Marocain des Affaires Etrangères et de la Coopération et ses collègues de l’Intérieur et de l’Immigration  ont présenté aux Chefs de Missions Diplomatiques présents, les  actions menées et les avancées réalisées par le Gouvernement Marocain dans le cadre de sa nouvelle politique d’immigration telle que prônée et impulsée  par Sa Majesté le Roi Mohamed VI du Maroc.

Monsieur Salaheddine MEZOUAR , Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération ,  souligne que le Maroc étant passé du statut d'un pays émetteur ou de transit à un pays d'accueil des immigrants, la nouvelle vision de la politique migratoire vient conforter la nouvelle politique africaine initiée par SM le Roi Mohammed VI, consacrant "la vocation du Maroc en tant que terre d'accueil, ses relations séculaires avec l'Afrique et son engagement continu pour le développement humain, notamment la formation des ressources humaines, la consolidation de la paix et de la sécurité et la promotion de l'action humanitaire en Afrique".

Les ministres ont, par ailleurs, relevé que "la Vision Royale constitue un référentiel pour l'action diplomatique en relation avec les questions migratoires, consacrant ainsi le rôle du Maroc en tant que force réelle d'action et de proposition aux niveaux régional et multilatéral".

 

Face à certaines interrogations concernant la fiabilité des cartes de séjour octroyés, les autorités marocaines se veulent rassurantes : il n’y aura point de retour en arrière .Les régularisations effectuées poursuivront un processus des plus normaux ; et le renouvellement des cartes ne sera nullement fonction d’obligations professionnelles allant avec.

Malgré les efforts déployés pour parvenir  à une conduite rassérénante des différentes opérations, plusieurs difficultés persistent, notamment celle liée à la reconduction vers les frontières de certains immigrés difficilement identifiables par les autorités marocaines ou consulaires des différents états.

   

Une projection de film sur la situation prévalant au nord du Maroc, dans les régions de Melilla  et de Nador est venue rappeler la volonté manifeste de plusieurs immigrants à braver les lois en vigueur et à vouloir coûte que coûte passer les frontières pour rallier l’Occident.

  

Les autorités marocaines ne cachent pas leur agacement face à la persistance de telles situations, appelant, en conséquence, un concours des différentes missions diplomatiques pour un recensement des individus. Le Maroc se montrant déterminé à faire procéder au retour de ces immigrés clandestins, dans le strict respect de la dignité humaine et des différentes conventions internationales en la matière.

 

S’exprimant en ces moments particulièrement intenses, certains Ambassadeurs n’ont pas masqué leur désappointement. Affirmant, en la circonstance, les difficultés auxquelles ils se trouvaient, à chaque fois, confrontés pour tenter d’identifier des individus qui, parfois, ne daignent même pas décliner leurs identités, leurs nationalités, et dont l’objectif final est de tenter de passer les rives de la méditerranée pour rallier l’Occident.

  

Face aux dangers sécuritaires qu’une telle situation ne manquerait pas de poser, les autorités marocaines appellent à une action concertée pour tenter de juguler le phénomène et éviter des décisions de justice qui pourraient être fortement pénalisantes et remettre en cause certains acquis.

  

Parallèlement, ''les autorités marocaines continueront leur lutte sans relâche contre les réseaux de trafic des migrants et de traite des personnes" . A ce jour , plus d’une centaine de réseaux ont déjà pu être démantelés .lIl devrait être procédé dans les plus brefs délais au renforcement du dispositif juridique et des actions de sensibilisation en la matière. 

PRESSE ET COMMUNICATION AHRRGM