La Biométrie accessible d'ici au 31 Décembre 2012 !

Vendredi, 30 mars, 2012 - 15:00

Récemment  auditionné par  les  Juges  Constitutionnels , le Ministre Gabonais , en charge du département  de l’Intérieur, Jean-François NDONGOU, a annoncé ,pour le 31 décembre 2012 au plus tard, la mise sur pied du Fichier Electoral Biométrique.

Marie Madeleine MBORANTSUO , Président de la Cour Constitutionnelle du Gabon

A en croire le ministre de l’Intérieur, les prochaines élections locales prévues entre octobre 2012 et avril 2013 au plus tard, et dont la loi a été adoptée à la majorité des deux chambres du parlement le 17 juin 2011 et promulguée le 25 septembre 2011, se dérouleront sur la base d’un fichier électoral biométrique.
Interrogé par Marie Madeleine MBORANTSUO, président de la Cour constitutionnelle, sur la mise en œuvre de cette biométrie, Jean François NDONGOU a fait savoir aux juges constitutionnels que le ministère de l’Intérieur est ‘‘en train de finaliser, avec l’entreprise choisie au terme d’un appel d’offre international, un marché qui sera signé sous peu”.Il a également déclaré qu’une ligne budgétaire de 20 milliards a été dégagée pour le financement de la biométrie, que son ministère dispose aujourd’hui d’un cahier de charges avec un chronogramme en 8 points étalé jusqu’au 31 décembre 2012 et qu’il bénéficiera  de l’assistance d’un expert du ministère français de l’Intérieur.

Jean François NDONGOU , Ministre Gabonais de l'Intérieur

Selon le Ministre , cette  mise en œuvre de la biométrie (projet Iboga) se fera  en trois étapes :

  • l’enrôlement des citoyens afin d’établir dans le même temps un fichier électoral et un fichier d’Etat-civil biométriques. 
  • l’établissement des cartes d’identité nationale et les passeports, dont la délivrance ne nécessitera plus le recours à toute la paperasse exigée, mais simplement l’apposition du doigt du requérant sur une machine ;
  • l’interconnexion des administrations telles que les mairies, les tribunaux, les impôts, entre autres administrations habilitées à tracer les actes des citoyens.


La  Cour Constitutionnelle, aux  fins  d’obtenir plus de précisions, a invité Monsieur le Ministre Jean François NDONGOU à se représenter devant les juges constitutionnels, dans quelques semaines, en compagnie de ses collègues des Relations avec les Institutions constitutionnelles, du Budget et des Représentants du Premier Ministre.

La Cour a , par ailleurs ,  indiqué la nécessité d’associer l’Opposition dans toutes les opérations liées à la mise en œuvre et à l’exploitation de la biométrie dans la future mécanique électorale.