03/01/2012 Entretien avec Francis Rougier Vice-président et Directeur général de Rougier

03/01/2012

Entretien avec Francis Rougier Vice-président et Directeur général de Rougier

Cette opération va nous donner la capacité de répondre à des opportunités de rachats qui pourraient se présenter dans le domaine des forêts naturelles

 

 

Boursier.com : La Caisse des Dépôts et Consignations du Gabon a pris une participation de 35% au capital de votre filiale Rougier Afrique International. Quel est l'intérêt de cette opération pour Rougier ?

F.R. : Il s'agit d'une opération stratégique pour Rougier, comme l'avait été l'organisation du groupe en trois grandes activités. La Caisse des Dépôts et Consignations du Gabon est le bras armé du Gabon et a pour mission de prendre des participations dans des domaines stratégiques pour le pays. Il s'agit habituellement de participations de long terme pour assoir la présence de l'Etat gabonais. Nous travaillions à cette opération depuis plusieurs mois, sachant que pour Rougier, elle est significative puisqu'elle va permettre au groupe de développer ses investissements et sa croissance, en particulier dans le domaine des forêts naturelles, notamment à travers un programme d'industrialisation important. En effet, nous bénéficierons d'un apport de 24 ME en échange de cette participation.

Boursier.com : Cette prise de participation signifie-t-elle que l'Etat gabonais souhaite avoir un droit de regard plus important sur vos activités ?

F.R. : Il est certain que l'Etat gabonais souhaite détenir des positions dans des sociétés de référence qui agissent sur son territoire, on l'a vu dans le pétrole, les mines et aujourd'hui les forêts... C'est aussi une volonté politique et un moyen pour l'Etat gabonais de faire émerger des leaders dans ces activités. Mais Rougier est aussi gagnant puisque c'est le développement de cette entité qui se trouvera accéléré, que cela soit au Gabon, mais aussi au Cameroun et au Congo. .

Boursier.com : Dans votre communiqué de presse, vous évoquez des possibilités de croissance externe. Pouvez-vous préciser ?

F.R. : Cette opération va nous donner la capacité de répondre à des opportunités de rachats qui pourraient se présenter dans le domaine des forêts naturelles. Nous serons à même d'y répondre. Rien de précis à ce jour, hormis notre volonté d'être en capacité de répondre à d'éventuelles opportunités.

Boursier.com : Quelle conséquence pour le résultat net du groupe ?

F.R. : Aucune pour les comptes 2011, l'opération ayant été réalisée le 29 décembre et enregistrée en France le 30. En revanche, en 2012, il y aura un impact, puisque Rougier ne détient plus que 65% de cette filiale. Mais nous espérons aussi que l'activité de cette société se sera fortement développée sur la période.

Boursier.com : Qu'en a-t-il été de votre activité sur la fin de 2011 ?

F.R. : Nous avons l'habitude de ne pas être prolixes en prévisions et tendance. Il faudra attendre la publication du chiffre d'affaires annuel dans quelques semaines et les résultats annuels en mars. Je dis simplement que notre présence sur différents marchés nous permet d'équilibrer les différentiels de croissance qu'on peut constater. Le marché français reste morose, cela est compensé par les dynamiques rencontrées dans d'autres pays. De façon générale, nous n'avons pas eu d'inquiétude spécifique lors de cette fin d'année.

Boursier.com : Qu'en sera-t-il de la politique de dividende de votre filiale ?

F.R. : Avec la Caisse des Dépôts et consignation du Gabon, nous nous sommes mis d'accord sur une politique de dividende, nous avons prévu de distribuer environ 1/3 du bénéfice. Ce qui veut dire que la politique globale de distribution du groupe Rougier sera maintenue.

Arnaud Bivès - ©2012 www.boursier.com