InfosGabon

S'abonner à flux InfosGabon
L'INFO EN DIRECT DU GABON
Mis à jour : il y a 7 min 23 sec

Lutte contre le paludisme au Gabon : 9 000 moustiquaires distribuées

mar, 25/04/2017 - 22:11

Libreville, Mardi 25 Avril 2017 (Infos Gabon) – La Fondation Sylvia Ali Bongo Ondimba pour la famille et le ministère de la Santé publique ont distribué ces outils de protection contre cette pandémie à travers le Gabon.

La Journée mondiale de lutte contre le paludisme organisée ce 25 avril 2017 a donné lieu à la distribution de 9 000 moustiquaires imprégnées à longue durée d’action sur toute l’étendue du territoire gabonais.

L’offre est de la Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la famille en collaboration avec le ministère de la Santé publique et ses partenaires au profit des maternités et centres de santé, des associations, des orphelinats et des populations démunies.

Au Gabon, le paludisme reste encore la première cause de mortalité et touche en majorité les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans. La moustiquaire reste le meilleur moyen
de protection contre ce fléau. Depuis 2011, la Fondation a distribué plus de 40 000 moustiquaires imprégnées aux familles gabonaises.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Lutte contre le paludisme au Gabon : 9 000 moustiquaires distribuées est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Olam au cœur du développement du Gabon

mar, 25/04/2017 - 22:01

Libreville, Mardi 25 Avril 2017 (Infos Gabon) – Dans un entretien accordé au magazine Financial Afrik, Gagan Gupta, président directeur général d’Olam Gabon présente son empire et ses ambitions pour le Gabon, le dévolu jeté sur le secteur agricole et sa politique en matière de protection de l’environnement.

Olam et ses ambitions

Quelque temps après son implantation au Gabon, le géant de l’agro-industrie revendique déjà 10 922 emplois directs et près de 20 000 autres indirects dans ses différentes filières. D’après son président directeur général, elle entend participer à la création des richesses et des emplois, poursuivre la croissance en faisant passer le Gabon du stade de pays importateur à celui d’exportateur pour l’ensemble de ses produits. Depuis son implantation au Gabon, Olam a un bilan flatteur.

De la bouche de son patron, il ressort qu’il «a développé de multiples activités en partenariat public-privé avec le gouvernement gabonais. Le premier a été la création d’une zone économique spéciale, Gabon Special Economic Zone (GSEZ) qui s’étend sur 1126 hectares et compte 48 entreprises déjà installées venant de 16 pays différents.

Deux ports (minéralier et cargo) ont été créés en continuité de la Zone économique spéciale afin notamment de permettre à nos clients implantés dans la ZES de réduire sensiblement leurs frais de transit. Le port minéralier est opérationnel depuis quelques mois et le port cargo le sera en mai 2017.» Ce n’est pas tout d’autant plus que l’entreprise poursuit son offensive.

«Nous avons également des activités dans l’agriculture, à l’instar du programme GRAINE destiné aux petits producteurs, d’Olam Palm (Palmier à huile) et Olam Rubber (hévéa). Il n’y a pas réellement de secret concernant la réussite d’Olam. Toutes nos réalisations sont celles des hommes et des femmes qui font Olam.

L’ensemble des collaborateurs, grâce à leur travail et à leur investissement quotidien, sont la clé de voute de notre succès. Cette volonté est appuyée par un gouvernement soucieux de l’avenir de sa population, qui s’investit dans des secteurs faibles à ce jour, mais qui répondront aux attentes de demain», reconnait Gagan Gupta.

Le choix du Gabon et du secteur agricole

Pour le PDG d’Olam Gabon, le choix du Gabon s’explique en raison de ses conditions climatiques propices au développement de projets agricoles et de la politique du gouvernement.

«En effet, le Gabon a stratégiquement entrepris de diversifier son économie afin de réduire sa dépendance au secteur pétrolier et minier. L’agriculture s’est imposée naturellement en raison du formidable potentiel du pays, de la perspective d’atteindre l’autosuffisance à moyen terme et également en raison des avantages évidents en matière de création d’emplois.

Olam conduit ses activités agricoles à but lucratif en s’engageant activement pour le développement durable local (environnemental et social) et en accompagnant le Gabon dans sa transition économique», lance-t-il.

Bien qu’il regrette le secteur agricole au Gabon n’est pas encore développé malgré un potentiel considérable.

«Avec l’arrivée d’un groupe comme Olam, spécialisé dans l’agriculture via les petits producteurs, le Gabon mise sur un développement agro-industriel afin de devenir moins dépendant des importations. Le Gabon rattrapera bientôt ses voisins en matière de productivité, avec les engagements d’Olam pour des standards environnementaux et sociaux élevés, de garantir un développement qui respecte les milieux naturels et les espaces patrimoniaux. Le Gabon est d’ores et déjà leader dans ce secteur par rapport aux pays voisins», rassure l’interviewé.

En matière d’exportation, Olam Gabon envisage d’augmenter sensiblement ses volumes d’exportations en apportant un appui aux producteurs.

Protection de l’environnement

Un rapport conjoint de la compagnie américaine Mighty Earth et de l’Ong Brainforest a accusé récemment la multinationale d’être impliqué dans la déforestation au Gabon. Olam qui regrette que par le passé certaines sociétés agro-industrielles dans leur expansion se sont illustrées par des activités totalement dévastatrices sans retenues, sans scrupules ni pour les hommes, ni pour l’environnement, tient à mettre en exergue sa volonté en faveur de la conservation de la nature.

«Le CEO d’Olam, dans son discours aux tribunes des Nations unies lors de la présentation des nouveaux objectifs de développement durable, a confirmé sa volonté d’être parmi les meilleurs en matière de durabilité. Nous ne respectons pas seulement la législation nationale et les conventions internationales, nous adhérons également aux principes de développement durable en s’engageant sur la voie de la certification RSPO. Nous sommes en seulement quatre ans devenus les leaders en matière de plantation certifiée en Afrique», fait observer Gagan Gupta.

«Nous avons notamment sauvegardé plus de 50% de nos concessions en zones de haute valeur de conservation et nos plantations sont positives pour le climat et la biodiversité protégée dans ces zones en défense», ajoute-t-il.

Malgré ces accusations, Olam se dit déterminée à poursuivre sereinement ses activités dans le strict respect des règles en matière de protection de l’environnement.

«Nous devons effectivement respecter le principe de précaution en protégeant les vastes zones de Haute valeur de conservation et de teneur en carbone. Ce que nous avons effectué à travers un processus robuste de diligence raisonnée et de consultations. Tous ces travaux ont été faits en phase avec la volonté d’un gouvernement de réduire sa dépendance à la rente pétrolière, en concertation avec les agences de protection de l’environnement, les ONG gabonaises, etc. Nous n’avons aucun mal à défendre notre action, que nous jugeons juste, équitable et génératrice de bien-être», poursuit le président directeur général d’Olam Gabon.

En conclusion, il souhaite que «le Gabon publie également sa politique en matière de développement agro-industrielle, et notamment sa position par rapport aux forêts et aux GES. Ceci permettra de mieux comprendre l’implication d’Olam au côté du Gabon. Nous sommes en partenariat public-privé avec le gouvernement gabonais.»

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Olam au cœur du développement du Gabon est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : Ali Bongo Ondimba met les femmes en haut

mar, 25/04/2017 - 21:20

Libreville, Mardi 25 Avril 2017 (Infos Gabon) – Le chef de l’Etat leur a accordé des distinctions honorifiques dans le cadre de leur journée nationale.

A la faveur de la célébration en différé le 21 avril dernier de la Journée nationale de la femme au Gabon, le président de la République a élevé au rang de commandeur, d’officier et de chevalier de l’Ordre national du mérite gabonais 25 femmes.

Ali Bongo Ondimba avait à ses côtés Sylvia Bongo Ondimba, la première dame du Gabon, à cette cérémonie de remise de distinctions à laquelle prenaient également part Emmanuel Issoze Ngondet, Premier ministre, des membres du gouvernement, des présidents des institutions, des chefs de missions diplomatiques accrédités en territoire gabonais et des représentants des organisations internationales.

Dans son allocution de circonstance, le chef de l’Etat a tenu à signifier sa reconnaissance aux bénéficiaires qui se sont fait de démarquer par leur action exceptionnelle dans différents secteurs d’activité.

«A ces femmes, qui font la fierté de notre pays, qui constituent des exemples pour les jeunes générations, et à celles-là qui suscitent de l’espoir pour ce Gabon de demain que nous appelons tous de nos vœux, je veux dire ma gratitude», a déclaré Ali Bongo Ondimba.

Un propos qui indique clairement que ce choix est loin d’être un simple fait du hasard et encore moins une fantaisie. D’autant plus que les bénéficiaires sont des actrices incontournables du développement du Gabon depuis l’accession d’Ali Bongo Ondimba à la magistrature suprême.

«Je voudrais les exhorter à ne pas s’arrêter là et surtout à ne pas se lasser! Assurer l’indépendance des femmes par un meilleur accès à l’éducation, au travail et au pouvoir politique, c’est faire bénéficier à l’économie gabonaise de l’apport significatif et indispensable des femmes», a souligné le président de la République.

FIN/INFOSGABON/FM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : Ali Bongo Ondimba met les femmes en haut est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Transport aérien : Le Gabon et l’Algérie prennent leur envol

mar, 25/04/2017 - 20:46

Libreville, Mardi 25 Avril 2017 (Infos Gabon) – Libreville et Alger ont paraphé un accord autorisant les compagnies algériennes Air Algérie et Tassili Airlines à desservir le Gabon.

Les aéronefs des compagnies algériennes Air Algérie et à Tassili Airlines pourront bientôt desservir le Gabon. L’accord signé le 20 avril dernier à Libreville (Gabon) entre Dominique Oyinamono, directeur général de l’Agence nationale de l’aviation civile (ANAC) du Gabon, et Smain Youcef Azizi, directeur de l’aviation civile et de la météorologie au ministère algérien des Travaux publics et des Transports, concerne aussi bien le transport de passagers que le fret.

Les appareils de ces deux compagnies vont alors desservir le Gabon sur la base de la réciprocité conformément à la législation en vigueur dans les deux pays.

La cérémonie de signature de cet accord qui se tenait en présence de Mohamed Antar Daoud, ambassadeur d’Algérie au Gabon, était le clou de deux jours de travaux entre les deux délégations.

Le diplomate algérien a ainsi salué «cette dynamique nouvelle dans les relations Alger – Libreville insufflée par les présidents Abdelaziz Bouteflika et Ali Bongo Ondimba».

Cet accord fait partie des retombées de la visite effectuée en février dernier à Alger par Pacôme Moubelet Boubeya, ministre d’Etat gabonais, ministre des Affaires étrangères. A l’occasion, Libreville et Alger avaient alors décidé de la relance leur coopération avec la tenue à Alger de la réunion de la Commission mixte en hibernation depuis 1987.

FIN/INFOSGABON/TW/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Transport aérien : Le Gabon et l’Algérie prennent leur envol est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Economie numérique : Le Gabon et la Tunisie interconnectés

mar, 25/04/2017 - 20:18

Libreville, Mardi 25 Avril 2017 (Infos Gabon) – Les deux pays sont désormais liés par un mémorandum d’entente dans le domaine de la poste et des technologies de l’information.

Le ministre gabonais délégué auprès du ministre d’Etat, ministre de l’Economie numérique, de la Communication, de la Culture et des Arts et le ministre tunisien des Technologies, de la Communication et de l’Economie numérique ont signé la semaine dernière à Tunis, un mémorandum d’entente dans le domaine de la poste, des technologies de l’information et de l’économie numérique.

Le document signé entre Jean Olivier Koumba Mboumba et Anouar Maarouf rentre dans le cadre du Salon international des technologies de l’information et de la communication (SITIC) Africa 2017.

Il vise à instaurer un échange régulier d’informations, d’expériences et de compétences dans le domaine des services postaux, la promotion des échanges en matière de formation et de recherche et d’établissement d’un mécanisme de concertation pour harmoniser les positions des deux pays dans les instances et les organisations internationales spécialisées dans le domaine des TIC.

En marge du SITIC Africa 2017, un accord portant sur la coopération entre le technopole d’El Ghazala et l’incubateur de Libreville ainsi qu’un mémorandum d’entente entre la société gabonaise ‘Logiciels et Services’ et la société tunisienne ‘Proxym’ ont également été signés.

Au cours de ce séjour, le ministre gabonais a accordé de nombreux entretiens avec les acteurs du secteur du numérique tunisien. Notamment avec les dirigeants de SoftSys, une société spécialisée dans le développement numérique associé au secteur médical, de DigitUs, venue témoigner de son ambition de développer au Gabon une plate-forme de porte-monnaie numérique, d’OmniaCom, désireuse d’apporter son expertise dans le développement de la couverture numérique et de la connectivité avec un modèle économique attrayant, d’ABG Formation, spécialisée dans la formation au management et à la sécurité bancaires, et de BNS Engineering qui opère dans la conception de solutions de développement informatique.

Au cours de l’échange avec le responsable régional des technologies de l’information et de la communication pour la Banque africaine de développement (BAD), Jean Olivier Koumba Mboumba a évoqué la question d’un appui de la banque panafricaine en vue du financement de la phase III du câble numérique pour la zone sud entre Tchibanga, Gamba et Port-Gentil.

Le ministre délégué auprès du ministre d’Etat, ministre de l’Economie numérique, de la Communication, de la Culture et des Arts et le ministre tunisien des Technologies a à l’occasion de l’ouverture de ce salon, rappelé l’attachement du président Ali Bongo Ondimba au développement du secteur des TIC au Gabon dans le but d’en faire un véritable levier de croissance.

Evoquant l’accroissement de la connectivité internationale avec l’adhésion au câble ACE, l’émissaire gabonais a aussi rappelé les nombreux chantiers en la matière auxquels s’investit au quotidien le gouvernement. A l’instar de la réduction de la fracture numérique qui, à terme, permettra de favoriser la connectivité de l’ensemble de la population ou encore la construction avec le concours de l’Union africaine du premier point d’échange internet sous-régional d’Afrique centrale destiné à dynamiser le trafic internet.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Economie numérique : Le Gabon et la Tunisie interconnectés est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon – RDC : Convergence de vues

mar, 25/04/2017 - 19:55

Libreville, Mardi 25 Avril 2017 (Infos Gabon) – L’examen des réformes de la CEEAC et la coopération bilatérale étaient au menu des échanges entre les présidents Ali Bongo Ondimba et Joseph Kabila Kabange lundi à Franceville, dans la province du Haut-Ogooué.

Les réformes en cours au sein de la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale étaient au menu de la rencontre entre les chefs d’Etat du Gabon et de la République démocratique du Congo (RDC) lundi dernier à Franceville (Gabon).

Selon le communiqué final ayant sanctionné la rencontre entre Ali Bongo Ondimba et Joseph Kabila Kabange, «les deux chefs d’Etat ont souligné l’importance des réformes institutionnelles au sein de la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale et ont relevé la nécessité d’améliorer le fonctionnement des organes de l’organisation sous-régionale pour la rendre plus performante afin de faire face aux défis de l’heure.»

Le président gabonais et son homologue ont, durant leurs échanges, «mis en exergue la nécessité de consolider l’intégration économique de la sous-région, une des plus riches de notre continent, par la mise en œuvre de projets intégrateurs notamment la Commission internationale sur le Bassin Congo-Ogooué-Oubangui-Sangha», poursuit le texte.

Les deux hommes ont également fait un examen de la situation dans la sous-région. Notamment sur le déroulement du dialogue politique au Gabon et la situation en République démocratique du Congo, suite à l’accord politique du 31 décembre 2016.

«Concernant la République démocratique du Congo, le président en exercice de la CEEAC, son excellence Monsieur Ali Bongo Ondimba a encouragé son homologue son excellence Monsieur Joseph Kabila Kabange pour les efforts qu’il déploie dans le cadre du processus pour la tenue d’élections crédibles et apaisées», poursuit le communiqué final.

Les présidents gabonais et congolais ont ainsi convenu d’inscrire la situation en République démocratique du Congo à la prochaine réunion ministérielle de la CEEAC prévue les 28 et 29 avril prochain à Libreville au Gabon.

«Les deux chefs d’Etat ont condamné les attentats terroristes avec utilisation d’enfants dans la région du Lac Tchad par le groupe terroriste Boko Haram ainsi que les attaques terroristes dans la région du Kasai-central en RDC», ajoute le texte.

La coopération bilatérale faisait également partie des sujets abordés par Mrs Bongo Ondimba et Kabila Kabange. «Les deux chefs d’Etat ont réaffirmé leur attachement au respect de la souveraineté nationale conformément aux principes fondateurs de la Charte des Nations unies et de l’Acte constitutif de l’Union africaine (…) Les deux chefs d’Etat ont convenu de se rencontrer régulièrement, en vue de poursuivre leurs consultations sur les questions d’intérêts communs», apprend-on.

Le chef de l’Etat congolais a saisi l’occasion pour féliciter son homologue gabonais pour la qualité de l’organisation récente par la République gabonaise de la Coupe d’Afrique des nations de football 2017, évènement sportif auquel a pris part la RDC et qui participe à la promotion de la jeunesse africaine et à l’intégration continentale.

Au terme de leurs échanges, Ali Bongo Ondimba et son hôte se sont rendus au mausolée Omar Bongo Ondimba pour un hommage solennel au défunt président.

FIN/INFOSGABON/TW/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon – RDC : Convergence de vues est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Fondation Tony Elumelu : Parmi les neuf startups gabonaises quatre sont suivies par JA Gabon

mar, 25/04/2017 - 19:15

Libreville, Mardi 25 Avril 2017 (Infos Gabon) – Ils devront prendre part à la 3e édition du programme annuel d’accompagnement des entrepreneurs africains.

Neuf startups gabonaises viennent d’être retenues par la fondation de l’homme d’affaires africain Tony Elumelu pour participer à la 3e édition de son programme annuel d’accompagnement des entrepreneurs africains lancé le 1er janvier dernier.

L’édition de cette année devra accueillir 1 000 opérateurs économiques qui devront bénéficier d’une formation intensive de douze semaines durant, d’un mentorat et d’un appui financier d’un montant de 10 000 dollars, environ 6 millions de francs CFA, pour impulser le développement de leur structure.

Cette bouffée d’oxygène sera octroyée en deux tranches. 5 000 dollars, environ 3 millions de francs CFA, au départ pour les candidats sélectionnés, et 5 000 dollars, environ 3 millions de francs, au terme de la formation.

La faisabilité du projet d’entreprise, les opportunités de marchés, l’adaptabilité du projet, les aptitudes entrepreneuriales et de leadership des candidats faisaient partie des critères de sélection.

Parmi les neuf startups retenues, quatre sont suivies par JA Gabon et évoluent dans des secteurs variés. On peut les présenter avec leurs projets.

Aubin Ngoua, gérant de la startup SolarBox, lauréat de Startupper by Total et lauréat du prix de la francophonie 3535. SolarBox a créé et breveté des cubes photovoltaïques. Il a démarré ses activités depuis janvier lorsqu’il a reçu les premiers kits solaires qu’il a fait fabriquer en chine. Aubin et son équipe ont remporté en mars dernier un appel d’offre de 5.000.000 FCFA pour l’électrification d’une cité de 14 maisons construites par l’association Gabon 2025 à VIAFE dans la banlieue de MINTZIC.

Patrice Arsène Ndong Aboghe, lauréat du Grand prix de l’Excellence 2014 et volontaire JA Gabon, gérant de la startup Textiles propres services (TPS). Il a créé un service de pressing à domicile et ouvre son premier pressing professionnel dans quelques jours à Libreville.

Priscilla Omouendze Mouaragada, lauréate du Grand prix de l’Excellence 2016. Porteur du projet N’kira, il a mis en place une ligne de produits cosmétiques à base d’essences de la forêt gabonaise.

Confort Etim Bibang, gérant de la startup Cleanpro qui collecte des déchets auprès des ménages. Il ambitionne de donner une nouvelle vie à ces déchets en fabriquant du compost qui servira d’engrais 100% naturels aux agriculteurs.

FIN/INFOSGABON/TW/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Fondation Tony Elumelu : Parmi les neuf startups gabonaises quatre sont suivies par JA Gabon est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Lutte contre la rougeole au Gabon : La touche du couple présidentiel

lun, 24/04/2017 - 15:35

Libreville, Lundi 24 Avril 2017 (Infos Gabon) – Ali et Sylvia Bongo Ondimba étaient à Lambaréné (Moyen-Ogooué) pour participer à la campagne de vaccination gratuite en cours contre cette épidémie (la rougeole).

L’éclat de la campagne de vaccination contre l’épidémie de rougeole dans la province du Moyen-Ogooué a été rehaussé jeudi par la présence du couple présidentiel. Ali et Sylvia Bongo Ondimba sont allés visiter deux centres où sont vaccinés depuis mercredi dernier les enfants de 9 mois à moins de 5 ans contre cette maladie.

Pour la circonstance, les deux hôtes de marque étaient accompagnés d’une importante délégation composée du ministre de la Santé publique et de la Population, Léon Nzouba, de plusieurs membres du gouvernement et des institutions, originaires de cette province, à l’instar de Richard Auguste Onouviet (RAO), président de l’Assemblée nationale, et Madeleine Berre, ministre du Commerce et de l’Industrie. Les épouses du Premier ministre, Béatrice Issoze Ngondet, du vice-Premier ministre, Virginie Ben Moubamba, et Mme Nzouba, faisaient également partie de cette importante délégation.

Ali et Sylvia Bongo Ondimba ont par la suite visité la halte-garderie du quartier d’Atongowanga. Le couple présidentiel a pu apprécier le bon déroulement des opérations de vaccination, échangé avec les mères d’enfants, venus faire vacciner leur progéniture et apprécier le dévouement du personnel médical.

La veille déjà au centre de santé de Nzeng-Ayong, la première dame du Gabon, Sylvia Bongo Ondimba avait pris part au lancement officiel de la campagne de vaccination contre la rougeole, en présence des épouses des membres du gouvernement ainsi que des représentants du Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) et de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Cette campagne qui se tient sur l’ensemble du territoire devrait toucher plus de 266 768 enfants, en âge de recevoir le vaccin et s’est achevé dimanche 23 avril.

FIN/INFOSGABON/PM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Lutte contre la rougeole au Gabon : La touche du couple présidentiel est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Indice mondial de développement Humain : Le Gabon premier en zone CEMAC

lun, 24/04/2017 - 15:10

Libreville, Lundi 24 Avril 2017 (Infos Gabon) – Le rapport 2016 du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) publié mardi dernier classe également le pays d’Ali Bongo Ondimba, le Gabon, devant le Nigeria et premier en zone CEMAC.

Dans la catégorie de pays à développement humain moyen, l’indice mondial de développement humain (IDH), selon le PNUD classe le Gabon 109e devant le Nigeria qui est resté 152e sur 188 pays.

La première puissance économique d’Afrique se retrouve derrière le Gabon parce que selon le PNUD, celui-ci comme d’autres pays a amélioré ses indices de développement notamment en termes d’éducation, santé, emploi, infrastructures, d’égalité homme-femme, et de droit de l’homme.

En Afrique, le Gabon occupe la 7e position devant l’Egypte, l’Afrique du Sud, le Cap-Vert. Le PNUD justifie ce classement en s’appuyant sur la nette progression de la création de richesses au détriment des indicateurs sociaux de base.

En effet, le revenu par habitant au Gabon a progressé de 23% par rapport à l’exercice 2013-2014, tandis que l’espérance de vie qui est de 63 ans et la durée moyenne de la scolarisation est de 7,5 années.

Au niveau de la zone CEMAC, le Gabon est n°1 dans la sous-région d’Afrique centrale devant la Guinée Equatoriale qui est 135e mondial et 14e africain. Le Cameroun occupe la 153e place mondiale et classé 24e en Afrique. Tandis que le Tchad occupe le 186e rang et 52e en Afrique. La RCA, dernière de l’échelle, est 188e et 54e sur le continent africain.

Il faut rappeler que l’IDH est un indice statistique composite créé par le PNUD en 1990 pour évaluer le niveau de développement humain des pays du monde. Il prend en compte l’espérance de vie, l’éducation et le revenu pour mesurer le développement humain de la région.

FIN/INFOSGABON/AM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Indice mondial de développement Humain : Le Gabon premier en zone CEMAC est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Dialogue politique au Gabon : La phase politique fait courir

lun, 24/04/2017 - 14:24

Libreville, Lundi 24 Avril 2017 (Infos Gabon) – Après trois semaines consacrées aux propositions de la société civile, la phase politique du dialogue national a débuté. Elle a enregistré de nouveaux participants qui ont intégré les quatre commissions.

Les travaux de la phase politique du dialogue national battent leur plein au stade de l’amitié sino-gabonaise d’Angondjé, au nord de Libreville. Le nombre de participants est passé à 25 par camp politique dans chacune des quatre commissions, soit 50 membres commission.

Des grandes figures de la scène politique gabonaise à l’instar du vice-Premier ministre, Bruno Ben Moubamba, Michel Essonghé, Léon Mbou Yembi, Augustin Moussavou King, René Ndemezo’o Obiang, Pierre-Claver Maganga Moussavou font désormais partie de ceux des politiques chargés de réfléchir sur l’avenir du Gabon.

La Commission 1 qui réfléchit sur les «Réformes des institutions et consolidation de l’Etat de droit démocratique» semble la plus prisée par les poids lourds de la scène politique nationale. Car, c’est d’elle qu’émaneront l’essentiel des réformes de cette phase.

Des personnalités à l’instar d’Emmanuel Issoze Ngondet, Premier ministre, Guy Rossatanga-Rignault, secrétaire général de la présidence de la République, ou Flavien Enongoué, Ambassadeur du Gabon en France et à la Francophonie, occupent le ban de la majorité.

Coté opposition, outre Bruno Ben Moubamba, l’on note également la présence de Mike Jocktane et d’Estelle Ondo de l’Union nationale inscrits à la commission 1. On déplore par contre l’absence de Jean Pierre Rougou, 3e vice-président de cette formation politique, qui a pourtant annoncé sa participation.

Les travaux au sein de la Commission 2 portant sur les «Réformes électorales»; Commission 3 chargée de la «Modernisation de la vie publique» et de la Commission 4 chargée de la «Consolidation de la paix et de la cohésion nationale» restent aussi dignes d’intérêt.

FIN/INFOSGABON/FM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Dialogue politique au Gabon : La phase politique fait courir est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Logements sociaux au Gabon : La version de la SNLS

lun, 24/04/2017 - 13:37

Libreville, Lundi 24 Avril 2017 (Infos Gabon) – La Société nationale du logement social dit avoir investi 55 milliards de francs CFA pour la construction de plus de 2 000 logements et rejette les griefs portés contre elle par le gouvernement.

Pour beaucoup, cela est perçu comme une passe d’armes entre le vice-Premier ministre chargé du Logement et les responsables de la Société nationale du logement social (SNLS). Bruno Ben Moubamba s’est particulièrement montré critique vis-à-vis de cette dernière qu’il accuse de plusieurs manquements, notamment sa lenteur dans l’exécution des travaux et son manque de communication. Des accusations qui ne sont pas passées inaperçues puisque l’entreprise a tenu à apporter sa version des faits.

Ainsi, il ressort de la dernière sortie des responsables de cette structure qu’entre 2013 et 2016, la Société nationale des logements sociaux a mobilisé sur fonds propres 15,6 milliards de FCFA pour la viabilisation de 650 parcelles. Alors que 4,6 milliards de francs CFA ont été apportés par son partenaire, Orabank. Permettant ainsi de finaliser près de 400 parcelles.

L’entreprise dit aussi avoir lancé son programme immobilier qui compte aujourd’hui un millier d’unités en chantier dont 845 en cours d’achèvement. La SNLS dit également avoir financé sur fonds propres 30% des travaux réalisés pour les acquisitions avec l’ouverture de prêt immobilier et préalablement à tout déblocage desdites ressources. Tout en finançant les travaux de terrassement des sites de construction Saba, Ebacore et Bativert.

Le tout pour un investissement global de 55,6 milliards de F pour 2049 logements sociaux et des centaines de parcelles aménagées et viabilisées.

«Toutes les productions, à savoir logements et parcelles viabilisées, sont en grande partie déjà réservées suivant les différents modes d’acquisition : locations-ventes, ventes au comptant avec conditions supervisées du prix convenu ou avec ouverture de crédit immobilier», a déclaré Paul Mapessi, directeur général de la SNLS.

FIN/INFOSGABON/FM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Logements sociaux au Gabon : La version de la SNLS est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Dialogue politique au Gabon : Pamphile Ossaloyiga Yanga rejoint la caravane

lun, 24/04/2017 - 12:54

Libreville, Lundi 24 Avril 2017 (Infos Gabon) – Ce membre du conseil politique du parti Les Démocrates a décidé samedi dernier de participer à la phase politique des assises nationales initiées par Ali Bongo Ondimba.

Le nombre d’opposants à prendre part au dialogue politique convoqué par le président de la République n’arrête d’augmenter. Manifestement, les assises convoquées par Ali Bongo Ondimba sont dignes d’intérêt et ne cessent de faire courir les Gabonais de différents courants politiques, religieux, syndicaux et associatifs. Pamphile Ossaloyiga Yanga est le dernier en date à avoir rejoint officiellement cette caravane.

Au cours d’une déclaration face à la presse samedi dernier à l’hôtel Impérial à Montagne Sainte dans le 3e arrondissement de Libreville, le membre du conseil politique du parti Les Démocrates a annoncé sa volonté de prendre part à la phase politique du dialogue politique en cours.

En reconnaissant qu’il a abondamment contribué à la «victoire» de Jean Ping à la dernière élection présidentielle, ce cadre du parti de Guy Nzouba Ndama a tenu à saluer «l’implication personnelle du chef de l’Etat qui a mis de gros moyens» pour l’organisation de ces pourparlers qui vont ramener la paix et le vivre-ensemble au Gabon.

Conscient donc de ces enjeux, il s’est engagé «à prendre fait et cause à cette grand-messe politique de notre pays qui est le dialogue inclusif et sans tabou.»

Dans un diagnostic de la situation sociopolitique et économique du pays, il a surtout décrié les détournements de fonds publics à la commune d’Aboumi et au département de Bayi-Brikolo. Mais a abouti à la conclusion selon laquelle cette situation à laquelle le pays est confronté n’est pas le fait du président de la République.

«La mauvaise foi de certains de nos aînés et cadres aux appétits voraces, dont la gloutonnerie prend le pas sur leur capacité à traduire en acte les grandes orientations du président de la République», a-t-il dénoncé.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Dialogue politique au Gabon : Pamphile Ossaloyiga Yanga rejoint la caravane est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : La mise au point de Guy Benjamin Ndounou

dim, 23/04/2017 - 22:04

Libreville, Dimanche 23 Avril 2017 (Infos Gabon) – Le directeur général de l’Ecole de préparation aux carrières administratives (EPCA), Guy Benjamin Ndounou a tenu à démentir toutes les accusations portées contre l’institution qu’il dirige et sa personne.

Il y a quelque temps, une chaine de télévision dans l’une de ses tranches a accusé Guy Benjamin Ndounou d’affairisme à la tête de l’Ecole de préparation aux carrières administratives (EPCA). Il est notamment accusé d’arnaque en imposant aux 900 fonctionnaires stagiaires de la prochaine promotion de verser chacun une somme de 125 000 FCFA pour l’attribution d’une toge pour la cérémonie de sortie.

«Ce qui est faux», a rétorqué Guy Benjamin Ndounou. Loin d’être imposée, cette cotisation a bel et bien été validée par l’ensemble des stagiaires au cours de l’assemblée générale d’août 2016. Ces derniers ont alors suggéré des tailleurs et des costumes.

«Or, à l’heure actuelle, seuls 200 des 900 stagiaires de la prochaine promotion ont cotisé. Très peu de personnes ont versé l’intégralité du montant exigé. Pire, les personnes à l’origine de la cabale contre ces cotisations n’ont même pas versé un rond», a déploré pour sa part Nathalie Melang M’Ondo, présidente de la mutuelle.

Les détracteurs de Guy Benjamin Ndounou dénoncent également sa longévité à la tête de l’EPCA. «Il a également été question de ma durée à la tête de l’EPCA, aujourd’hui cumulée à 11 ans. Je ne vois pas ce que cela a de choquant. Si les plus hautes autorités me font confiance, c’est certainement par rapport au travail abattu et surtout aux résultats qu’à d’autres critères que je ne maitrise pas», a-t-il précisé.

Il a tenu à apporter des précisions sur le nombre exact de candidats au concours d’entrée à l’EPCA pour la session 2016-2017. Il évoque le chiffre de 9 000 plutôt celui de 13 000 candidats comme avancé au cours de ladite émission.

Nonobstant ces allégations visant à ternir l’image de l’EPCA, Guy Benjamin Ndounou fait savoir que l’institution qu’il dirige se porte bien et poursuit sereinement ses missions. «L’année dernière, nous avons ouvert notre école à toute l’administration gabonaise, aussi bien générale que financière. Et cela fait faire des économies à notre pays. Désormais, il n’est plus question que les fonctionnaires gabonais aillent se former à l’étranger», a-t-il conclu.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : La mise au point de Guy Benjamin Ndounou est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

France / Macron – Le Pen : Le duel à distance

dim, 23/04/2017 - 21:19

Libreville, Dimanche 23 Avril 2017 (Infos Gabon) – Les candidats du mouvement En marche et du Front national s’affronteront le 7 mai prochain dans le cadre du second tour de la présidentielle française.

Ça y est ! Les urnes ont parlé en choisissant Emmanuel Macron et Marine Le Pen pour s’affronter le 7 mai dans le cadre du second tour de la présidentielle française. A l’issue du premier tour organisé ce dimanche 23 avril 2017, le candidat du mouvement En marche est arrivé en tête avec 23,7% des suffrages, suivi de la candidate du Front national avec 21,9% des suffrages valablement exprimés, selon les premières estimations.

Le porte-étendard de droite Les Républicains, François Fillon, vient en troisième position avec 19,5% et Jean-Luc Mélenchon se contente de la quatrième place en récoltant19,2% des voix.

Alors que Benoît Hamon du Parti socialiste arrive à la cinquième position avec 6,2% des suffrages.

Aussitôt après l’annonce des résultats, les principaux candidats ont fait chacun une déclaration pour se prononcer sur le second tour. Ainsi, François Fillon a annoncé son soutien en faveur d’Emmanuel Macron pour le second tour. Même son de cloche du côté de Benoît Hamon qui entend voter pour le candidat d’En marche!

S’il est élu, il entend mettre au même régime la retraite, le chômage et le congé maternité et promet de faire appliquer une immigration sélective, un renforcement de l’Union européenne. Toute la droite ou presque s’est déjà prononcée en sa faveur.

De son côté, Marine Le Pen qui officiellement n’a encore reçu de soutien, parle d’un «résultat historique» et annonce «la grande alternance et un renouvellement de la classe politique avec de nouveaux visages». Rendez-vous le 7 mai prochain.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article France / Macron – Le Pen : Le duel à distance est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Présidentielle française : Où voter au Gabon ?

dim, 23/04/2017 - 13:17

Libreville, Dimanche 23 Avril 2017 (Infos Gabon) – L’Ambassade de France à Libreville a annoncé les différents lieux où se dérouleront les opérations de vote.

La République française organise ce dimanche 23 avril 2017 l’élection présidentielle qui oppose 11 candidats. En prélude à cet important évènement, sa représentation diplomatique au Gabon vient de communiquer les modalités de participation à ces différents scrutins et leurs lieux de déroulement à l’intention des ressortissants français vivant au Gabon et régulièrement inscrits sur les listes électorales.

Il ressort de cette annonce que cinq bureaux de vote sont ouverts au Gabon, à savoir trois à Libreville (deux au lycée français Blaise Pascal et un au consulat général de France), un à Port-Gentil (consulat de France) et un autre à Franceville-Moanda.

Les services consulaires de l’Ambassade de France précisent que les bureaux de vote seront ouverts de 8h à 19h. «Le bureau de vote de rattachement sera indiqué par un email envoyé aux électeurs la semaine précédant les élections», précise l’annonce.

Il est également à noter que le consulat général de France à Libreville porte à la connaissance des usagers du service des visas que pour l’élection présidentielle ayant lieu les 23 avril et 07 mai 2017, le délai de traitement des dossiers déposés les 21 et 24 avril ainsi que les 05 et 08 mai pourra être exceptionnellement allongé.

«Le service des visas du consulat sera fermé du vendredi 21 avril à 12h30 au mardi 25 avril à 7h00 et du vendredi 05 mai à 12h30 au mardi 09 mai à 07h00», conclut le communiqué qui nous est parvenu.

FIN/INFOSGABON/FM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Présidentielle française : Où voter au Gabon ? est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Le Gabon raconté par Bilie By Nze

ven, 21/04/2017 - 14:26

Libreville, Vendredi 21 Avril 2017 (Infos Gabon) – La dernière conférence de presse du ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement a porté sur le Dialogue politique, l’inauguration de l’usine de transformation d’huile de palme de Mouila, les audiences du président de la République, le lancement de la campagne de vaccination contre la rougeole, le rappel éducation et l’agenda.

Dialogue politique

Dans son propos liminaire, Alain-Claude Bilie By Nze est revenu sur la clôture de la phase citoyenne du Dialogue politique le 12 avril dernier marquée par la remise au bureau du Dialogue, en présence du Premier ministre, des rapports des différents panels.

A l’occasion, la phase politique s’est également ouverte avec la lecture du rapport général et des communications des personnalités non participantes, non parties prenantes de la phase citoyenne, des responsables des institutions et de deux anciens Premiers ministres.

«En ce moment, les délégations de la majorité et de l’opposition s’imprègnent des thématiques avant l’ouverture des travaux en commission mardi prochain», a-t-il indiqué.

Le ministre de la Communication n’a pas manqué de faire allusion aux recommandations faites à l’occasion par le bureau du Dialogue politique en faveur de la bonne tenue des travaux. «Il a affirmé d’une part que le Dialogue reste ouvert à toutes les forces politiques qui souhaitent toujours y participer y compris celles qui se sont toujours montrées réticentes. D’autre part, pour donner un maximum de chances et de réussite aux discussions en cours, le bureau du Dialogue politique interpelle le gouvernement de la République afin qu’il prenne les mesures utiles et nécessaires pour garantir la tranquillité et la quiétude propice au bon déroulement et à la finalisation dans un environnement de paix et de sérénité, des importants travaux de ce grand rendez-vous politique, historique pour notre pays», a rappelé le porte-parole du gouvernement.

D’après lui, «le bureau du Dialogue politique ne recommande à aucune frange de la population durant le temps du Dialogue politique d’organiser des manifestations susceptibles d’occasionner des actes pouvant troubler l’ordre public et donc la sérénité nécessaire au bon déroulement des travaux du Dialogue politique actuellement en cours dans notre pays.»

Inauguration de l’usine de transformation d’huile de palme à Mouila

Le propos de M. Bilie By Nze a également porté sur l’inauguration de l’usine de transformation d’huile de palme de Mboukou dans la province de la Ngounié par le président de la République, Ali Bongo Ondimba.

L’orateur a fait savoir que cette usine située en plein cœur du lot 1 de la plantation de Mouila est le fruit d’un partenariat stratégique entre l’Etat gabonais et le groupe Olam. «L’ambition est de positionner le Gabon parmi les leaders sur le continent dans la production d’huile de palme et des produits dérivés.

Après le lancement du programme GRAINE à Makokou en février dernier, ce programme qui a déjà généré 16 000 emplois et va en créer une centaine d’autres marque une étape décisive dans la production agricole, son industrialisation et la création d’emplois au Gabon», a-t-il argumenté. Avant d’ajouter qu’«avec la Zone économique spéciale de Nkok, la C2M, l’usine de transformation d’Awala, le président de la République poursuit bien sa stratégie d’industrialisation du pays».

Audiences du président de la République au plan économique

Il ressort de cette communication que le palais du bord de mer à Libreville a connu une abondante actualité économique au cours des derniers jours avec une série d’audiences accordée par le chef de l’Etat à des investisseurs étrangers. Notamment celle du 13 avril au cours de laquelle Ali Bongo Ondimba s’est entretenu avec Mme Zhang Yan, présidente directrice générale de l’entreprise chinoise AVIC International.

«Les échanges ont porté essentiellement sur la construction de trois centres de formation et de perfectionnement professionnel dans les provinces de l’Estuaire, du Haut Ogooué et de l’Ogooué maritime et dont le démarrage des travaux est prévu pour le mois de juin prochain», a-t-il expliqué.

Le président de la République a par la suite reçu Jakaya Mrisho Kikwete, l’ancien président de Tanzanie. Emissaire des Nations unies pour l’éducation, il est venu présenter au chef de l’Etat les conclusions du rapport de la Commission sur l’éducation notamment en termes de financement des opportunités dans ce domaine.

«Ces conclusions désignent le Gabon aux côtés de treize autres pays pour démarrer le programme sur l’Education afin d’impulser une nouvelle dynamique dans ce secteur et permettre l’accès à une formation de qualité aux jeunes Gabonais», dira Alain-Claude Bilie By Nze.

Campagne de vaccination contre la rougeole

Le membre du gouvernement a annoncé le lancement mercredi dans les neuf provinces du Gabon d’une campagne de vaccination gratuite contre la rougeole pour les enfants de 9 mois à moins de 5 ans. Initiée par le ministère de la Santé publique et de la Population, cette campagne bénéficie du soutien inconditionnel de la première dame du Gabon, Sylvia Bongo Ondimba qui est fortement impliquée à travers la Fondation éponyme dans la mise en œuvre et le bon déroulement de cette campagne.

Rappels éducation

Il a également tenu à faire savoir que le gouvernement a procédé au règlement des indemnités et primes des enseignants. «Il attend en retour la reprise effective des cours et que tous les retards observés soient rattrapés», dira le porte-parole du gouvernement.

Agenda

SILAL

Alain-Claude Bilie By Nze a aussi rappelé l’ouverture mercredi du Salon international du livre et des arts à la Maison Georges Rawiri. «Plus d’une trentaine d’invités du monde des lettres sont attendus. A quelques jours de l’ouverture l’engouement est certain. Il faut dire que cette 4e édition met à l’honneur l’écrivain gabonais Maurice Okoumba Nkoghe et saluera l’héritage d’Amadou Hampaté Ba pour ce qui est de la littérature», a-t-il expliqué.

Mission en Tunisie

On retiendra du propos du ministre de la Communication que le ministre délégué à la Culture se rendra très prochainement en Tunisie. Olivier Koumba Mboumba qui sera à la tête d’une forte délégation d’hommes d’affaires gabonais va participer au salon des TIC de Tunis. «Il s’agit pour le Gabon d’aller y présenter son savoir-faire mais aussi prospecter et obtenir des opportunités d’investissements», a conclu le porte-parole du gouvernement.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Le Gabon raconté par Bilie By Nze est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Législatives 2017 au Gabon : Casimir Oyé Mba partant

ven, 21/04/2017 - 13:57

Libreville, Vendredi 21 Avril 2017 (Infos Gabon) – Casimir Oyé Mba, le vice-président de l’Union nationale regrette le choix du boycott en 2011 et se dit prêt à participer à la prochaine échéance.

Casimir Oyé Mba a encore en travers de la gorge et n’est pas prêt d’oublier la pilule amère ingurgitée à l’issue du boycott des élections législatives de 2011. Dans un entretien accordé à La Une n°161 du vendredi 14 avril 2017, le vice-président de l’Union nationale (UN) regrette ce rendez-vous manqué par l’opposition qui a ouvert un boulevard au Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) vers l’Assemblée nationale.

«Je pense personnellement qu’en 2011, la campagne ‘Pas de transparence, pas de législatives’ que nous avons menée et à laquelle j’ai participée en faisant le tour du Gabon, a été une erreur. Ce boycott a laissé le PDG envahir l’Assemblée nationale avec 115 députés sur 120 et donc imposer son hégémonie sans contestation et sans frein aucun. Je reconnais donc que nous avons eu tort», regrette l’allié du candidat malheureux à la dernière élection présidentielle, Jean Ping.

Même si à son avis près de six ans plus tard beaucoup d’eau n’a pas coulé sous les ponts en matière électorale, Casimir Oyé Mba qui visiblement s’est assagi et a tiré beaucoup de leçons de ce choix qui s’est avéré préjudiciable, n’est plus prêt à recommencer et se dit plutôt partant.

«Je pense et c’est ma position personnelle que j’exprime aussi bien au niveau de l’Union nationale, mon parti, qu’au niveau de la Coalition pour la nouvelle République dont je suis membre, que nous ne devons plus commettre la même erreur, qu’il est préférable que nous allions aux législatives. J’ajoute qu’il est préférable que ces élections législatives soient le plus proche possible dans le temps des présidentielles», affirme-t-il. Tout en soupçonnant le pouvoir de vouloir ajourner celles-ci en 2018.

Il dit à cet effet désapprouver toute «manœuvre politicienne visant à arranger le pouvoir et ses satellites et à défavoriser l’opposition. Mieux, un tel renvoi est la marque d’un pays qui ne marche pas. Dans un pays qui marche normalement, on respecte les échéances électorales. Parce que le respect des échéances électorales participe de la démocratie», déplore-t-il.

Pour mieux affronter cette échéance, il invite la Coalition à maintenir la même dynamique que lors de la dernière présidentielle. «Il faut simplement qu’on en discute de manière franche et lucide pour examiner tous les contours du problème de façon à maximiser nos chances de succès», tranche M. Oyé Mba.

Casimir Oyé Mba a raison de manifester sa volonté de participer aux prochaines législatives. Mais, la dynamique qu’il prône aura du mal à survivre. L’élection présidentielle est finie, les militants sont dispersés et chaque personnalité prêche maintenant pour sa chapelle.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Législatives 2017 au Gabon : Casimir Oyé Mba partant est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Fabrication du CFA : La BEAC ne fabriquera pas sa monnaie

ven, 21/04/2017 - 13:41

Libreville, Vendredi 21 Avril 2017 (Infos Gabon) – Les équipements techniques commandés par l’institution d’émission sous-régionale ne sont pas destinés à l’impression des billets. Contrairement aux informations véhiculées dans la presse.

Le Franc CFA continuera d’être fabriqué en France à Chamalières, non loin de Clermont-Ferrand. Ainsi en ont réitéré les ministres des Finances de la zone Franc qui étaient récemment en conclave à Abidjan en Côte d’Ivoire.

Un rappel qui vient démentir toutes les informations véhiculées dans la presse et faisant état de ce que la Banque des Etats d’Afrique centrale (BEAC) venait de lancer un appel d’offres pour l’acquisition d’équipements techniques en vue de la fabrication de signes monétaires.

Contrairement à ce qui a été dit, l’institution d’émission sous-régionale fait plutôt savoir que l’appel d’offres vise à acquérir «600 rouleaux de feuillards synthétiques siglés ‘BEAC’ et 54 machines à cercler les billets de banque».

«Les rouleaux de feuillards synthétiques sont utilisés par la machine à cercler pour attacher les billets. L’opération de cerclage consiste simplement à attacher les billets, par lot de mille, avec un fil très résistant, pour éviter qu’un billet soit soutiré lors des manipulations. Il s’agit donc d’un dispositif de sécurité», précise une source interne à la BEAC, citée par Jeune Afrique.

FIN/INFOSGABON/TW/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Fabrication du CFA : La BEAC ne fabriquera pas sa monnaie est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : Goodluck Jonathan chez Ali Bongo Ondimba

ven, 21/04/2017 - 12:34

Libreville, Vendredi 21 Avril 2017 (Infos Gabon) – L’entretien entre les deux personnalités a porté sur l’actualité à travers le monde et la coopération entre le Nigeria et le Gabon.

L’ancien président de la République fédérale du Nigeria était l’hôte du président de la République gabonaise. Les échanges qui ont eu lieu au palais du bord de mer entre Ali Bongo Ondimba et Goodluck Jonathan ont porté sur les questions d’actualité. Notamment le terrorisme et les grandes crises qui secouent la planète depuis quelques années.

L’hôte du président gabonais avait à ses côtés, Ali Illiasso Dicko et Sa majesté A. L. Turner, ses conseillers.

Cette visite en terre gabonaise de l’ancien président nigérian illustre la qualité des relations bilatérales entre le Nigeria et le Gabon. Président de la République fédérale du Nigéria de 2010 à 2015, Goodluck Jonathan avait toujours manifesté son amitié pour le Gabaon et œuvrait toujours en faveur du rapprochement entre les deux pays au plan économique et politique.

FIN/INFOSGABON/TW/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : Goodluck Jonathan chez Ali Bongo Ondimba est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Maladies tropicales négligées en Afrique : Accélérer le contrôle et l’élimination

ven, 21/04/2017 - 12:08

Libreville, Vendredi 21 Avril 2017 (Infos Gabon) – Les maladies tropicales négligées sont des maladies infectieuses évitables qui tuent 534 000 personnes chaque année. Dans le monde entier, plus d’un milliard de personnes, dont 500 millions d’enfants, restent exposés à ce risque. L’Afrique porte à elle seule 40 % de la charge de morbidité due aux maladies tropicales négligées dans le monde, les 47 pays africains étant endémiques d’au moins une d’entre elles.

Ces maladies dangereuses et destructrices, qui se traduisent par des symptômes physiques et mentaux chroniques et débilitants, sont à l’origine d’altérations physionomiques et d’incapacités, et ont un impact préjudiciable sur l’espérance de vie, l’éducation et les opportunités économiques. Elles affectent aussi de manière disproportionnée les personnes les plus vulnérables et marginalisées dans les communautés les plus démunies et les plus éloignées en Afrique et dans le monde. Celles qui disposent de moindres moyens pour payer leur traitement et celles qui ont un accès limité aux services de soins de santé.

Pourquoi est-il si important de s’attaquer aux maladies tropicales négligées avec tous les moyens dont nous disposons en ce moment ? Parce que ces maladies ont été négligées pendant trop longtemps et ont ravagées trop de communautés en Afrique et dans le monde entier. L’impact des maladies tropicales négligées se manifeste bien au-delà du domaine de la santé. Les maladies tropicales négligées compromettent le bien-être économique et les moyens de subsistance des personnes qui les contractent. Elles sombrent davantage les victimes dans la pauvreté, les empêchant d’enrayer le cycle de la pauvreté.

Plus important encore, grâce à une collaboration et une philanthropie mondiales sans précédent, le nombre de personnes vulnérables a diminué de 20%. Dans une effervescence parfaite, la communauté internationale s’est réunie autour d’un ensemble d’objectifs communs, à travers la mobilisation de ressources financières et de dons en médicaments essentiels et, le renforcement des mécanismes de coordination techniques et financiers. Il y a cinq ans, des gouvernements, partenaires financiers, chefs de file de l’industrie pharmaceutique et autres représentants d’organisations internationales spécialisées dans le développement et la santé se sont engagés à unir leurs efforts pour éliminer et éradiquer ces maladies, 10 maladies tropicales négligées d’ici 2020. Ensemble, ils ont signé la Déclaration de Londres inspirée par la Feuille de route de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur les maladies tropicales négligées.

Une fenêtre d’opportunités pour vaincre les maladies tropicales négligées s’ouvre à nous et nous ne devons pas la laisser se refermer. Nous avons une occasion inédite d’atteindre nos objectifs de 2020 et de mettre un terme aux maladies tropicales négligées.

Faisant suite à l’engagement pris lors de la Déclaration de Londres, les principales compagnies pharmaceutiques ont gracieusement fait le don des médicaments essentiels au contrôle et à l’élimination des maladies tropicales négligées pour une somme supérieure à 17,8 milliards de dollars. Depuis 2012, plus de 7 milliards de traitements ont ainsi été offerts. Ce soutien sans précédent a permis au Bureau régional de l’OMS pour l’Afrique de mettre en place le Projet spécial élargi pour l’élimination des maladies tropicales négligées (ESPEN) qui a pour ambition de soutenir les pays africains dans leurs efforts de contrôle, d’élimination et d’éradication des maladies tropicales négligées d’ici 2020. ESPEN constitue un partenariat entre les pays endémiques de la région africaine, l’OMS et l’ensemble de la communauté internationale qui s’activent dans la lutte contre les maladies tropicales négligées. Le

Projet ESPEN sensibilise sur les maladies tropicales négligées, promeut le renforcement des financements et un engagement politique accru, et enfin, souligne les politiques et les initiatives qui contribuent au contrôle et à l’élimination des maladies tropicales négligées. Plus important encore, ESPEN soutient les pays endémiques africains en fournissant à leurs programmes nationaux l’assistance technique et l’appui opérationnel dont ils ont besoin en matière de chimioprévention. Aucun progrès contre les maladies tropicales négligées ne serait possible sans l’engagement sans faille des pays endémiques et de leurs agents de santé communautaires qui font en sorte que les médicaments atteignent les populations vulnérables.

À Genève cette semaine, les dirigeants mondiaux se réunissent pour saluer les progrès considérables réalisés ces cinq dernières années pour lutter contre les maladies tropicales négligées et déterminer une feuille de route claire pour l’atteinte des objectifs que nous nous sommes fixés pour 2020. Nous sommes convaincus qu’avec une prise de conscience renforcée, un financement accru provenant des partenaires financiers actuels et futurs, et enfin la coopération et la volonté politique des partenaires nationaux et internationaux, nous atteindrons nos objectifs. Au regard des milliards de vies en péril ainsi que des communautés et des nations entières qui ploient sous le fardeau de ces maladies, le moment est venu de prendre des mesures concrètes et fortes. Nous sommes convaincus que d’ici 2020, le terme « maladies tropicales négligées » sera un mauvais souvenir et que nous serons parvenus au niveau de progrès dont les populations les plus touchées ont besoin et qu’elles méritent.

FIN/INFOSGABON/TW/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Maladies tropicales négligées en Afrique : Accélérer le contrôle et l’élimination est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Pages