Actualités Gabon

Scandale à BGFI Gabon : Edgard Théophile Anon limogé

InfosGabon - mer, 22/02/2017 - 01:26

Libreville, Mercredi 22 Février 2017 (Infos Gabon) – L’administrateur directeur général de la Banque gabonaise et française internationale (BGFI), Edgard Théophile Anon, a été viré le mardi 21 février 2017 au terme d’une session extraordinaire de son conseil d’administration.

Emmanuel Berre et Marie-Ange Ndoungou forment depuis ce mardi la nouvelle équipe dirigeante de la Banque gabonaise et française internationale (BGFI). Telle est la principale décision issue d’une session extraordinaire de cet établissement bancaire tenue ce mardi.

Edgard Théophile Anon, précédemment administrateur directeur général de la structure, perd ainsi son poste une semaine après un scandale financier de plusieurs milliards de francs CFA mis à nu au sein de la BGFI.

«En raison des fraudes perpétrées via certaines cartes Visa Prépayées, et qui continuent de faire l’objet d’investigation tant par les services de police, que par les services internes de la Banque, les mesures adéquates et immédiates ont été prises pour optimiser les procédures de contrôle et de sécurité afin de répondre aux exigences légitimes de notre clientèle», indique le communiqué suspendant cette session.

En attendant la désignation d’un nouveau manager, le conseil d’administration a procédé en urgence à la nomination provisoire d’Emmanuel Berre et de Marie-Ange Ndoungou pour diriger la boîte. Ils étaient jusque-là DG adjoints.

«La nomination du nouveau directeur général se fera selon la procédure de recrutement des dirigeants en vigueur au sein du Groupe, le 10 mars 2017, date du prochain conseil d’administration », ajoute le communiqué.

En dehors d’Edgard Théophile Anon, d’origine ivoirienne, plusieurs autres cadres de cette banque sont impliqués dans ce scandale des cartes de crédit. Rechargées depuis le réseau informatique de la banque, elles permettaient à des complices de retirer les espèces depuis le Gabon et l’étranger.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Scandale à BGFI Gabon : Edgard Théophile Anon limogé est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Mouvement d’humeur des élèves au Gabon : Le ministère de l’Intérieur dénonce une manipulation

InfosGabon - mar, 21/02/2017 - 23:46

Libreville, Mardi 21 Février 2017 (Infos Gabon) – Les élèves ont manifesté dans certaines villes du Gabon. Le ministère de l’Intérieur voit dans ces manifestations survenues lundi dernier à Libreville, Lambaréné et Port-Gentil une main cachée des mouvements syndicaux et politiques.

Dans un communiqué publié ce mardi, le ministère de l’Intérieur porte à la connaissance de l’opinion que les manifestations de rue ont eue lieu lundi dernier à Libreville, Lambaréné et Port-Gentil. Il ressort de ce texte que les élèves de certains lycées et collèges des ces villes ont investi les artères de ces villes pour «réclamer le paiement des allocations d’études et la reprise effective des enseignements suspendus du fait du mouvement de grève initié par les syndicats du secteur éducation».

Mais, le ministère de l’Intérieur y voit une main souterraine des mouvements syndicaux et politiques. «Ces mouvements simultanés qui semblaient spontanés sont en fait le fruit d’une minutieuse préparation aux moyens des tracts distillés par certains membres des mouvements syndicaux et des partis politiques de l’opposition à travers les réseaux sociaux qui ont instrumentalisé et coordonné ces manifestations», poursuit le texte.

Pour rétablir l’ordre et la circulation publics perturbés par ces manifestations, les forces de défense et de sécurité ont dû intervenir en procédant à des tirs de sommation pour disperser les manifestants et des arrestations. Au total, 38 élèves dont 30 garçons et 8 filles ont été interpellés avant d’être relaxés.

A Port-Gentil, les manifestants se sont dirigés vers le collège d’enseignement secondaire de Bac Aviation pour faire sortir des élèves en plein cours. Ces derniers ont par la suite tenté de marcher en direction de la prison de la ville pour tenter de libérer les détenus. Avant d’être stoppés puis dispersés par la force publique.

Dans ce communiqué, le ministère de l’Intérieur souligne qu’«aucun blessé grave, ni perte en vie humaine n’a été enregistré au cours de ces manifestations contrairement aux informations répandues çà et là et dans les réseaux sociaux.»

Signalons que ce mardi d’autres élèves ont manifesté à Oyem, dans la province du Woleu Ntem.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Mouvement d’humeur des élèves au Gabon : Le ministère de l’Intérieur dénonce une manipulation est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : 807 agents bientôt suspendus de solde

InfosGabon - mar, 21/02/2017 - 23:23

Libreville, Mardi 21 Février 2017 (Infos Gabon) – Au Gabon, 807 agents seront bientôt suspendus de solde. Le gouvernement affirme que ces personnels du secteur de l’Education nationale en grève ne percevront pas cette fin de mois leurs salaires.

807 agents de l’Etat relevant du secteur de l’Education nationale verront leur solde suspendue dès cette fin de mois. L’annonce est d’Alain-Claude Bilie By Nze qui a animé sa traditionnelle conférence de presse hebdomadaire.

Face à la presse, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement est revenu à l’occasion sur la grève qui paralyse depuis plusieurs mois déjà le secteur de l’éducation. Les syndicats d’enseignants réclament du gouvernement le versement des primes, le paiement des vacations et de meilleures conditions de travail.

«A la demande du ministre de l’Education nationale, le gouvernement a décidé de la suspension de solde dès ce mois de février de 807 agents du primaire et du secondaire jusqu’à ce que, naturellement le travail pour eux reprenne», a affirmé Alain-Claude Bilie By Nze.

«Cette suspension de solde n’est qu’une première étape. Des procédures sont engagées pour que certains enseignants soient radiés de la Fonction publique compte tenu de leur absence prolongée des salles de classes», a-t-il poursuivi.

En utilisant désormais la mesure forte, le gouvernement marque ainsi son ras-le-bol face à un mouvement qui se radicalise davantage et veut ramener de l’ordre après plusieurs tentatives de conciliation demeurées jusqu’ici infructueuses.

Face au rejet du bras tendu du gouvernement, M. Bilie By Nze n’accorde plus de place à des discussions avec les grévistes. «On va dialoguer de quoi avec les enseignants?», s’est-il interrogé.

Cette menace du gouvernement intervient au moment où le Gabon s’apprête à organiser le dialogue politique censé décrisper le climat politique tendu et ramener la paix dans le pays à la suite d’une grave crise postélectorale.

Pour beaucoup, il serait judicieux que le gouvernement poursuive les négociations pour sauver encore ce qui peut l’être.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : 807 agents bientôt suspendus de solde est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Dialogue politique au Gabon : Une affaire de tous

InfosGabon - mar, 21/02/2017 - 23:05

Libreville, Mardi 21 Février 2017 (Infos Gabon) – Le dialogue national est une affaire de tout le monde. Le ministre d’Etat, Francis Nkéa a affirmé que ces assises voulues par le président Ali Bongo Ondimba se feront avec toutes composantes de la nation.

Dans le cadre du dialogue politique en préparation, le ministre d’Etat, ministre des Relations avec les institutions constitutionnelles, chargé du Dialogue politique était ce mardi face à la presse. Francis Nkéa a saisi cette tribune pour recadrer les choses et rassurer ceux des Gabonais qui s’inquiètent de ce que ces pourparlers se tiendront sans eux.

Dans un style franc et direct, il a tenu à préciser que ce grand moment de l’histoire de la nation se voudra «inclusif» comme l’a voulu au départ le président Ali Bongo Ondimba.

«En effet, il est important à chaque fois de revenir sur le discours du chef de l’Etat tant lors de sa prestation de serment qu’à l’occasion de la présentation des vœux. Pour le chef de l’Etat, le dialogue politique doit être inclusif. Autrement dit, il doit concerner toutes les couches de la société, y compris les femmes et les jeunes», a-t-il martelé. Comme pour dissiper l’épais nuage d’incertitudes qui planait jusque-là dans certains esprits.

S’appuyant sur une adresse d’Ali Bongo Ondimba à la nation le 12 septembre 2015, le ministre d’Etat a souligné la place de choix qui sera consacrée à l’occasion aux femmes et aux jeunes à l’occasion. Conformément à la loi en matière des quotas qui dispose que pour une répartition équitable, les femmes soient représentées à 30% et les jeunes à 30% sur les listes de candidature aux élections locales et au sein des exécutifs locaux.

Dans son propos, Francis Nkéa a laissé entendre que pour le moment, le dialogue politique n’est encore qu’en phase préparatoire et est l’œuvre du gouvernement à la suite des consultations menées par le Premier ministre, Emmanuel Issoze Ngondet avec les leaders politiques parmi lesquels des femmes.

«Le dialogue proprement dit ne débutera qu’une fois cette phase terminée. Et c’est à cette occasion que toutes les composantes de la société seront impliquées, y compris les femmes et les jeunes. La responsabilité incombe aux partis politiques qui y prendront part de s’assurer du strict respect du principe des quotas femmes et jeunes», a-t-il conclu.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Dialogue politique au Gabon : Une affaire de tous est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : Un second souffle pour le secteur minier

InfosGabon - mar, 21/02/2017 - 22:50

Libreville, Mardi 21 Février 2017 (Infos Gabon) – Le secteur minier gabonais reçoit un second souffle. Il s’agit du soutien apporté par le Fonds monétaire international (FMI) qui permettra de relancer ce pan de l’économie nationale tombé en hibernation depuis quelques années.

Le secteur minier gabonais pourra rebondir dans les prochaines années. Dans le cadre de son Plan de relance économique (PRE), le gouvernement gabonais vient de solliciter l’assistance du Fonds monétaire international (FMI) pour l’aider à sortir ce secteur de son hibernation actuelle.

Il est question pour l’institution de Bretton Woods d’accompagner le Gabon dans la maîtrise du mécanisme de production et les efforts pouvant être fournis. Le Gabon devra donc mettre à la disposition de son partenaire d’amples informations pouvant faciliter le travail des experts.

Christian Magnagna, ministre des Mines, a rassuré la délégation du FMI de son entière disponibilité quant à la réussite de cette mission.

Avec la fermeture à la fin de la décennie 90 de la Compagnie des Mines d’uranium de Franceville (COMUF), le secteur minier gabonais bat de l’aile. Il s’est réduit aujourd’hui à deux ressources : le manganèse et l’or. Sa contribution au produit intérieur brut a dégringolé.

A ce jour, la production annuelle de manganèse avoisine les 3 millions de tonnes, alors que celle de l’or se situe autour de 1,5 million de tonnes par an par la Compagnie minière de l’Ogooué (COMILOG).

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : Un second souffle pour le secteur minier est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Dialogue national au Gabon : Bruno Ben Moubamba en mission de séduction en France

InfosGabon - mar, 21/02/2017 - 14:54

Libreville, Mardi 21 Février 2017 (Infos Gabon) – Bruno Ben Moubamba est en mission de séduction en France. Le vice-Premier ministre en charge de l’Urbanisme, de l’Habitat social et du Logement présente les enjeux des futures assises à la classe politique de l’Hexagone.

En prélude à la tenue prochaine du dialogue national, Bruno Ben Moubamba est en France depuis quelques jours. Au cours de ce séjour, le vice-Premier ministre en charge de l’Urbanisme, de l’Habitat social et du Logement a déjà rencontré d’éminentes personnalités de la scène politique française avec lesquelles il échange sur ces prochaines assises voulues par le président Ali Bongo Ondimba.

Il a ainsi eu des séances de travail avec Jean-François Copé, ancien président du parti de la droite «Les républicains» et ancien candidat aux dernières primaires au sein de cette formation politique, Rama Yade, ancienne secrétaire d’Etat de Nicolas Sarkozy et candidate à la prochaine élection présidentielle française. Le membre du gouvernement gabonais s’est également entretenu avec la Députée Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET.

Bruno Ben Moubamba et ses hôtes ont notamment parlé du bien-fondé et des enjeux desdits pourparlers censés décrisper le climat politique délétère et sortir le Gabon de la crise post-électrorale survenue au lendemain de l’élection présidentielle d’août 2017. Les échanges portent principalement sur le renforcement du système électoral et la modernisation des institutions en charge d’organiser les élections.

Accompagné du ministre délégué à l’Economie, Noël Mboumba, et de plusieurs dirigeants de banques, le vice-Premier ministre en charge de l’Urbanisme, de l’Habitat social et du Logement se rendra par la suite au Portugal. A Lisbonne, Bruno Ben Moubamba et sa délégation devront rencontrer des potentiels investisseurs intéressés par la mise en œuvre du «Nouvel ordre urbanistique», la nouvelle politique de gestion rationnelle de la ressource foncière au Gabon.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Dialogue national au Gabon : Bruno Ben Moubamba en mission de séduction en France est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

CNSS du Gabon : Journée « portes ouvertes » à l’agglomération urbaine d’Okolassi ville 1

InfosGabon - mar, 21/02/2017 - 14:05

Quatre questions à Désiré LASSEGUE, Directeur général de la CNSS. Les objectifs du projet, la qualité du cadre de vie et ses commodités, les coûts, les populations cibles, les perspectives d’avenir : voici la trame des axes sur lesquels le Directeur général de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) du Gabon, le Dr Désiré LASSEGUE, qui s’est prêté aux questions de nos reporters, s’est exprimé. Eclairages !

A l’occasion de la cérémonie de la promotion immobilière du projet Okolassi ville implanté dans le 2ème arrondissement de la commune de Ntoum, à 32 km de Libreville, que la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) a organisée le samedi 18 février 2017, les Librevillois et les populations venues d’ailleurs qui ont effectué le déplacement en ont eu pour leurs yeux.

Tant la réalité à laquelle ils ont eu droit semblait paradisiaque et laissait penser à un rêve presque inimaginable il y a seulement quelque temps encore.

Une des villas à un niveau

Sur place, les visiteurs ont agréablement découvert des villas modernes présentant toutes les commodités dans un cadre de vie qui se veut agréable et sécurisé.

Réalisé sans tambour ni trompettes, ce projet n’aurait pas pu prendre forme sans qu’en amont il y ait un rêveur, en la personne du Directeur général de la Caisse nationale de sécurité sociale, le Dr Désiré LASSEGUE.

Mettant cette circonstance à profit, nos reporters se sont rapprochés de lui pour lui tirer quelques vers du nez. Nous vous livrons la quintessence des axes essentiels autour desquels nous nous sommes entretenus avec lui. Eclairages !

Evoquant les objectifs de cet ambitieux projet, le Directeur général de la CNSS a fixé le cap : « offrir aux Gabonais et Gabonaises un cadre de vie agréable qui corresponde aux aspirations du pays conformément aux ambitions affichées par le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba et son gouvernement dans le cadre de l’habitat social ».

Du rêve à la réalité

Se faisant l’écho de cette volonté affichée par les plus hautes autorités, le Directeur général de la CNSS, précise : « la CNSS a initié ce projet en 2014 et nous sommes en train de l’étendre de façon progressive. Aujourd’hui, nous avons ouvert le site aux nombreux Gabonais pour qu’ils touchent du doigt et qu’ils voient ce que nous avons fait afin qu’ils adhèrent et s’approprient le projet comme étant le leur. Place leur est donc ouverte pour qu’ils se manifestent dans l’achat des villas, l’occupation des espaces commerciaux et des hôtels de manière à ce que le projet puisse se poursuivre de façon soutenue ».

Pour ce qui est des couches cibles que vise le projet, le Directeur général a vite fait de lever certaines équivoques. « Je crois que nous avons souvent commis une erreur en pensant que ce qui est social est pour les pauvres gens. Loin s’en faut, car selon la vision du chef de l’Etat qui table sur l’Egalité des chances, ce qui est social appartient à la société et qui profite à la majorité de la société et apporte quelque chose sur le plan sociétal », a-t- il indiqué.

Une série des villas

« Cette fausse idée faisait que quand il s’agissait de réaliser des villas estampillées +social+, l’on montait des ghettos. Ce qui avait toujours pour conséquence de diviser la société toujours en deux : les gens d’en haut et les gens d’en bas. D’un côté les ghettos sans cadre de vie et de l’autre, les gens vivant dans le confort. Une option tout à fait éculée », a ajouté le patron de la caisse.

Aussi, a-t-il précisé : « Ce que nous avons fait, c’est de donner à tous les Gabonais et les Gabonaises sans distinction la possibilité d’avoir un cadre de vie agréable qui réponde aux exigences d’une vie digne et valorisante ».

La question au sujet des coûts n’a pas été éludée par le Directeur général. En cette matière, « je comprends votre préoccupation. Mais je tiens à vous rassurer que nos tarifs ne sont pas rédhibitoires. Il suffit de se rendre à l’évidence que l’investissement d’un logement s’étale environ sur trente (30) ans. En prenant le cas d’une villa qui s’élève à 42.000.000 FCFA, sur 30 ans vous avez à peine 1.000.000 de FCFA à payer chaque année. Or, quand l’on considère les coûts de loyers à Libreville, à Port-Gentil ou ailleurs, la moyenne tourne autour de 100 à 300.000 FCFA pour des personnes soi-disant pauvres. En dépensant cet argent, dans quelles conditions les gens vivent-ils ? Ils sont à Avéa, à la Baie de cochon ou dans les Akebe. Nous nous sommes dit qu’il faut donner aux Gabonais la possibilité d’avoir l’accès à un cadre de vie agréable et à des coûts proches de ce qu’ils dépensent dans leur quotidien à l’échelle annuelle. D’où l’idée de mettre en route le projet d’Okolassi. C’est pour cette raison qu’aujourd’hui, nous les avons appelés dans ce site pour qu’ils viennent voir la réalité, qu’ils apprécient, qu’ils critiquent et que ce projet s’enrichisse de leurs observations jusqu’à s’étendre à Port-Gentil sinon à l’ensemble du Gabon, pourquoi pas », rassure Désiré LASSEGUE.

Face à l’observation d’un journaliste selon laquelle à travers ce projet la Caisse nationale de sécurité sociale serait sortie de ses attributions traditionnelles, le Directeur général s’est voulu clair : « Penser ainsi relèverait d’une ignorance des statuts et du Code de sécurité sociale. Lesquels prévoient en ses articles 40, 41,98 entre autres que le rôle de la sécurité sociale, c’est de contribuer également à l’habitat social de tous ses assurés et ses ayant-droit. Ce qui explique que depuis trente (30) ans, la CNSS a pu se signaler dans la construction de logements sociaux à travers le Gabon. Nous sommes une caisse de sécurité sociale, nous sommes le secours de la société ».

Le rêve peut devenir réalité et la Caisse nationale de sécurité sociale le prouve aujourd’hui, a indiqué en épilogue, le Directeur général, qui n’a pas manqué d’appeler les populations à le rejoindre pour transformer à leur tour le rêve de leur vie en réalité.

Notons que pour cette première phase, 120 villas sont déjà sorties de terre et se prêtent ainsi à être occupées par les personnes désireuses de se les approprier. Ce nombre devrait accroître dans les prochains jours d’autant que la réalisation du projet se poursuit.

Cet article CNSS du Gabon : Journée « portes ouvertes » à l’agglomération urbaine d’Okolassi ville 1 est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Entrepreneuriat : Le Gabon à l’ère du speed-dating

InfosGabon - mar, 21/02/2017 - 10:52

Libreville, Mardi 21 Février 2017 (Infos Gabon) – Le speed-dating. L’événement est un cadre d’échanges où entrepreneurs, porteurs de projets, investisseurs et banquiers parlent affaires.

L’économie gabonaise est désormais arrimée au speed-dating depuis le lancement le 14 décembre dernier du speed-dating, une nouvelle plateforme mensuelle consacrée aux rencontres entre entrepreneurs, porteurs de projets, investisseurs et banquiers.

Organisée par l’Espace PME, ce cadre d’échanges se tient sous forme d’ateliers conduits par des experts chevronnés dans différents secteurs. Ce sont aussi des moments de pédagogie et de séduction au cours desquels les entrepreneurs rencontrent deux heures durant des banquiers pouvant les soutenir dans leur aventure.

Le speed-dating est une rencontre gratuite et donne lieu à des rencontres B2B qui mettent face à face un investisseur et un banquier pour un échange de 15 minutes. Une première au Gabon !

Cet événement est réservé aux partenaires qui acceptent de jouer le jeu. Une vingtaine d’entrepreneurs en quête de financements ont déjà été répertoriés. BGFI, Ecobank, BICIG, Finam et Orabank ont participé aux deux premières rencontres.

Quelques semaines seulement après son lancement, la nouvelle trouvaille constitue déjà un motif de satisfaction pour les bénéficiaires. «J’ai été agréablement surprise, j’ai pu m’adresser aux banquiers dans de bonnes conditions, sans stress. J’ai eu le temps nécessaire de développer toutes les parties de mon projet de bout en bout. Ils m’ont orienté vers des personnes clés qui pourront m’accompagner, et m’ont donné les éléments et arguments nécessaires pour constituer un dossier solide et détaillé dont j’aurais besoin pour solliciter un financement», affirme Corinne Sipamio-Berre, une adhérente.

La prochaine rencontre est prévue le 16 mars 2017 dès 9h à l’Espace PME.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Entrepreneuriat : Le Gabon à l’ère du speed-dating est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

La coopération chinoise soutient le développement du tennis de table gabonais

InfosGabon - lun, 20/02/2017 - 21:57

Libreville, Lundi 20 Février 2017 (Infos Gabon) – Coopération Chine – Gabon en tennis de table. Depuis l’établissement, le 20 avril 1974, des relations diplomatiques entre la Chine et le Gabon, la coopération bilatérale n’a cessé de se renforcer et de s’élargir. Le dimanche 13 février dernier, c’était l’occasion pour le gymnase du Prytanée militaire d’abriter la 4ème édition de la Coupe de l’Ambassade de Chine au Gabon de tennis de table.

Que ce soit dans les secteurs de la santé, de l’éducation, de la pêche, de l’agriculture, des mines, de l’énergie, de la forêt, la Chine et le Gabon n’ont pas cessé de nouer des partenariats.

Le sport n’a pas dérogé à la règle. Un partenariat a été signé en 2013 entre l’ambassade de Chine et la Fédération gabonaise de tennis de table, présidée par Bernadette Nguema. Celui-ci a débouché sur l’organisation d’un tournoi de ping-pong. C’est ainsi que le 20 décembre 2014, le Prytanée militaire de Libreville a abrité la première édition de l’Open de l’Ambassadeur de Chine au Gabon, regroupant une centaine de pongistes gabonais et venus de la communauté chinoise et d’autres pays. Une compétition entièrement financée par l’ambassade de Chine au Gabon et organisée par la Fédération de tennis de table du Gabon.

Le dimanche 13 février dernier, c’était l’occasion pour le gymnase du Prytanée militaire d’abriter la 4ème édition de la Coupe de l’Ambassade de Chine au Gabon, en présence de l’ambassadeur de Chine au Gabon, HU Changchun. Les plus méritants ont reçu des trophées et des enveloppes financières.

Grâce aux financements de l’ambassade de Chine, il a été décidé que chaque année, deux pongistes gabonais passent deux mois de formation en Chine, dont le contenu comprend des séances d’entraînements sous la direction d’encadreurs techniques chinois chevronnés, et une quinzaine de compétitions à travers plusieurs villes de l’Empire du Milieu.

Deux athlètes gabonais sont donc allés se perfectionner en Chine en 2013, en 2014 et en 2015. Cependant, en l’an dernier, en 2016, une dérogation été accordée par la Chine pour offrir non plus deux, mais six places au Gabon. Cela a donné l’occasion à deux encadreurs techniques, ainsi que quatre jeunes pongistes de faire deux mois de stage en Chine.

Sur le coût de ces formations, chaque personne coûte plus de 3.000.000 F CFA par an.

« Cette mission diplomatique participe depuis 2013 au développement du tennis de table dans notre pays. Chaque année, elle envoie des athlètes gabonais se perfectionner en Chine. C’est vraiment un apport considérable », a souligné le directeur technique national de la Fédération gabonaise de tennis de table (FGTT), Steeve Ekogha.

Grâce à ces stages, le Gabon occupe actuellement le 11ème rang, chez les cadets féminins, alors qu’il végétait dans les profondeurs du classement africain il y a quelques années.

FIN/INFOSGABON/EP/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article La coopération chinoise soutient le développement du tennis de table gabonais est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Accusation sur la faillite de La Poste SA : Le cinglant démenti d’Alain-Claude Bilie By Nze

InfosGabon - lun, 20/02/2017 - 19:34

Libreville, Lundi 20 Février 2017 (Infos Gabon) – Le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement dit ne pas se reconnaître dans les accusations portées contre lui et le Premier ministre par l’ancien PDG de la Poste SA, Alfred Mabika Mouyamba.

Suite à un mandat d’arrêt lancé contre lui après un scandale financier ayant conduit La Poste SA à une banqueroute, Alfred Mabika Mouyama est sorti de sa cachette depuis Paris, en France pour rejeter en bloc les faits qui lui sont reprochés.

Dans sa réaction, l’ancien Président Directeur Général de La Poste cite plutôt Emmanuel Issoze Ngondet, l’actuel Premier ministre, et le ministre de la Communication, Alain-Claude Bilie By Nze, parmi ceux-là qui ont trempé dans la faillite de cette structure étatique. Il attribue au porte-parole du gouvernement un trou de pas moins de 400 millions de francs CFA.

«Monsieur Bilie By Nze est l’un des fossoyeurs de la République. En 2006, il prenait l’argent des Comptes chèques postaux (CCP). Il profitait du fait que le chef d’agence qui était en service était de sa province. Nous étions trois à avoir ce dossier : Paul Toungui, alors ministre des Finances, le président Omar Bongo et moi», a affirmé Alfred Mabika.

Dans un cinglant démenti sur les ondes de Radio France Internationale (RFI), Alain-Claude Bilie By Nze tient à dénoncer ce qui parait alors comme un mensonge cousu de fil blanc. Ne se reconnaissant pas d’être associé ni de près, ni de loin à ce scandale financier, il dit regretter les élucubrations vociférées par ce « fossoyeur de la République » à son endroit.

«Je m’attendais à tout, sauf à ce que Monsieur Mabika aille tomber si bas», a-t-il répliqué. «Je ne vois pas en quoi le Premier ministre actuel ou moi serions responsables du trou de 100 milliards», a poursuivi M. Bilie By Nze qui trouve cette accusation «tellement ridicule».

A cet effet, il souhaite vivement que «celui qui était le président directeur général de La Poste puisse répondre devant la justice, plutôt que de chercher de fausses accusations, à essayer de noyer ses responsabilités.»

Un exercice auquel l’ancien PDG de La Poste SA n’est pas prêt à se soumettre. Puisque qualifiant la justice gabonaise de partiale.

Signalons qu’Alain-Claude Bilie By Nze répondra aux questions des journalistes demain, mardi, au cours d’une conférence de presse qu’il va animer.

De son côté, le Premier ministre a annoncé le dépôt d’une plainte contre Alfred Mabika Mouyama.

Signalons qu’Alfred Mabika vient de publier deux livres qu’il a présentés le 16 février 2017 à Paris. «Du cœur à l’ouvrage» et «La Poste au Gabon : Controverses & Manipulations politiques».

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Accusation sur la faillite de La Poste SA : Le cinglant démenti d’Alain-Claude Bilie By Nze est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : L’environnement économique et social expliqué aux élèves

InfosGabon - lun, 20/02/2017 - 19:04

Libreville, Lundi 20 Février 2017 (Infos Gabon) – Une convention signée entre le ministère de l’Education nationale, JA Gabon et Citibank Gabon envisage d’apprendre à 900 élèves du public des notions sur la découverte de leur cadre de vie.

JA Gabon, Citibank et le ministère de l’Education nationale viennent d’officialiser un partenariat à travers la signature récente d’une convention de mise en œuvre du programme dénommé : «Notre Quartier». Eliane Pamboud, directrice provinciale d’Académie de l’Estuaire, et Radia Garrigues, directrice de l’Association JA Gabon, en présence de Juliette Weisflog, directrice générale de Citibank, donateur, ont paraphé les documents y relatifs.

Destiné à 900 élèves âgés entre 6 et 12 ans des établissements scolaires essentiellement publics, ce programme va permettre aux bénéficiaires de découvrir et de vivre avec leur environnement au quotidien au plan socio-économique. Les apprenants seront ainsi initiés aux notions économiques à travers le fonctionnement d’une collectivité.

A travers «Notre Quartier», les partenaires ambitionnent de découvrir le monde économique qui entoure l’enfant; d’appréhender le rôle du service public et la notion de l’impôt; d’identifier les besoins d’un territoire et d’y apporter des réponses; de comprendre à quoi sert la circulation de l’argent; de permettre aux enfants d’acquérir les notions de citoyenneté et d’encourager la prise de parole en public et le travail en équipe.

Pour Eliane Pamboud, «l’approche par compétences est en phase avec les programmes en vigueur dans nos école.» D’après la directrice provinciale de l’Académie de l’Estuaire, ladite approche vise à centrer les apprentissages sur le développement de compétences nécessaires à l’accomplissement des tâches là où les approches traditionnelles organisent les activités d’apprentissage en se focalisant sur les savoirs.

La transmission des savoirs se fera à travers des ateliers, des jeux de rôles, des jeux éducatifs, des projets collectifs et des visites des diverses institutions. Ceci grâce à une synergie entre les inspecteurs pédagogiques du ministère de l’Education nationale, des enseignants d’écoles, des facilitateurs de JA Gabon et des employés volontaires de Citibank Gabon qui permettra de découvrir, d’un point de vue économique et social, les interactions entre diverses activités au sein d’un quartier.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : L’environnement économique et social expliqué aux élèves est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Election à la Confédération patronale gabonaise : Les priorités de Jean-Bernard Boumah

InfosGabon - lun, 20/02/2017 - 18:04

Libreville, Lundi 20 Février 2017 (Infos Gabon) – Le directeur général du groupe CECA-GADIS entend moderniser la gouvernance et l’organisation interne de cette institution en mettant l’entreprise au centre de son action. Jean-Bernard Boumah brigue la présidence de la Confédération patronale gabonaise (CPG).

En annonçant sa candidature au poste de président de la Confédération patronale gabonaise (CPG), Jean-Bernard Boumah se définit comme le candidat de la nouvelle dynamique qui entend apporter à l’institution un souffle nouveau. Avec pour slogan : «Ensemble pour un Gabon entreprenant», le directeur général du groupe CECA-GADIS se situe dans le sillage d’un «Gabon émergent», une politique mise en place par le gouvernement marquée par la réalisation des grands projets et la lutte contre la pauvreté.

«Je suis candidat à la présidence de la CPG. Car, j’ai l’intime conviction que notre pays peut repartir de l’avant, retrouver une croissance vigoureuse et durable. Nos entreprises ont du potentiel. Nos entrepreneurs de l’énergie et du talent. Nous pouvons ensemble faire du Gabon une terre d’épanouissement pour l’entrepreneuriat», croit-il avec conviction.

Se présentant comme l’avocat des entreprises gabonaises, il entend œuvrer en faveur d’une modernisation de la gouvernance et de l’organisation interne de la Confédération patronale gabonaise. Il ambitionne à cet effet redoubler d’efforts pour encourager l’entrepreneuriat et toutes les formes d’initiatives privées.

Dans son plan d’action, les entrepreneurs, créateurs de richesses et d’emplois, doivent pouvoir bénéficier de formation et accéder aux financements pour pouvoir booster la croissance. Le candidat souligne fort à propos que la CPG doit inciter les pouvoirs publics à bâtir un environnement économique et social favorable à l’éclosion et au développement des entreprises au Gabon.

Visionnaire et éclairé, ce manager a entrepris de dialoguer avec les pouvoirs publics et les partenaires économiques du Gabon dans le but de mettre en place un projet fédérateur commun de relance économique au Gabon.

Cet industriel de renommée qui a fait fortune dans le secteur de la distribution est depuis février 2016 le président de la CPG, suite à la démission de Madeleine Berre, promue au gouvernement.

Ancien président du Syndicat des importateurs et exportateurs (SIMPEX), Jean-Bernard Boumah est également vice-président de la Chambre de commerce du Gabon, chargé du commerce et président du conseil d’administration du Centre de gestion agréé de Libreville. Depuis quelques mois, il s’est consacré au règlement de la dette intérieure de l’Etat en prenant à bras le corps les intérêts des entreprises gabonaises. Pas étonnant donc que le 24 février prochain il séduise le patronat gabonais.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Election à la Confédération patronale gabonaise : Les priorités de Jean-Bernard Boumah est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

CEMAC : Les défis du Professeur Daniel Ona Ondo

InfosGabon - lun, 20/02/2017 - 17:43

Libreville, Lundi 20 Février 2017 (Infos Gabon) – L’ancien Premier ministre gabonais, Daniel Ona Ondo, porté à la tête de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), a été chargé d’accélérer l’intégration dans la sous-région.

Daniel Ona Ondo préside aux destinées de la Commission de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) depuis le dernier sommet des chefs d’Etat et de gouvernement tenu du 16 au 17 février dernier à Djibloho, en Guinée équatoriale. Il a été désigné pour un mandat de cinq ans en remplacement du Congolais Pierre Moussa qui aura aussi conduit ladite Commission au cours des cinq dernières années.

La nomination de l’ancien Premier ministre du Gabon intervient dans un contexte où la libre circulation des hommes et des biens peine à rentrer dans les faits. Malgré la bonne volonté des uns et des autres, ce projet tarde toujours à prendre corps et il n’est pas rare d’assister au triste spectacle de refoulement des ressortissants d’un pays ou d’un autre dans cette sous-région.

L’abandon récent par les chefs d’Etat de cet espace géographique du projet d’Air CEMAC, la compagnie de transport sous-régionale, et la longue attente de la mise en circulation d’un passeport CEMAC sont autant des faits qui montrent qu’en zone CEMAC, la libre circulation n’est encore qu’un rêve. Contrairement en Afrique de l’Ouest où elle est une réalité.

Daniel Ona Ondo devra donc relever ce défi au cours des cinq prochaines années. «Il reviendra au Pr Daniel Ona Ondo la responsabilité de conduire avec succès, le sempiternel problème de la libre circulation des personnes et des biens en zone CEMAC. Car, cette volonté a été fortement exprimée par l’ensemble des chefs d’État présents à Djibloho », a affirmé le Premier ministre, Emmanuel Issoze Ngondet, qui représentait le président Ali Bongo Ondimba à ces travaux.

A 71 ans, l’ancien chef du gouvernement gabonais a toutes les qualités et l’expérience nécessaires pour réussir cette délicate mission. Ancien vice-président de l’Assemblée nationale, il a été ministre pendant plusieurs années et a également servi comme recteur de l’Université Omar Bongo de Libreville. Agrégé d’économie, il devra aussi aider cette institution à vocation économique dont il a désormais la charge de sortir de sa léthargie actuelle.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article CEMAC : Les défis du Professeur Daniel Ona Ondo est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Zone économique spéciale de Nkok : Réflexion en vue d’une extension

InfosGabon - sam, 18/02/2017 - 20:24

Libreville, Samedi 18 février 2017 (Infos Gabon) – Une réflexion est menée au Gabon en vue d’une extension de la Zone économique spéciale de Nkok. Le vice-Premier ministre Bruno Ben Moubamba a ouvert un cadre d’échange sur ce projet lundi dernier.

Le gouvernement vient de lancer la réflexion sur un projet d’extension de la Zone économique à régime privilégié (ZERP) de Nkok. Le vice-Premier ministre en charge de l’Urbanisme, de l’Habitat social et du Logement a présidé une réunion dans ce sens lundi pour présenter les contours et les objectifs de ce projet.

Autour de Bruno Ben Moubamba, outre ses proches collaborateurs, les administrations concernées par cette zone économique, des experts et des élus locaux pour réfléchir sur sa faisabilité. Etait également présent, le DG d’Olam Gabon, Gagan Gupta. Située à 27 km de Libreville dans la commune de Ntoum, ce site pourrait devenir étroit dans les prochaines années au regard de sa forte sollicitation par les opérateurs économiques et les entreprises. Tout comme il est aussi sujet à une occupation désordonnée des populations.

Face aux inquiétudes de plus en plus audibles des riverains qui redoutent déjà leur déguerpissement futur du fait d’un agrandissement de ce site, Bruno Ben Moubamba a tenu à rassurer les uns et les autres. Au cours de la rencontre, il a surtout parlé d’une extension rationnelle qui n’a rien à voir avec une opération coup de poing volontaire contre les occupants illégaux.

«Nous mettons en place une synergie pour éviter de nourrir les frustrations des populations de Ntoum et ses environs», a-t-il déclaré. Mais, le vice-Premier ministre en charge de l’Urbanisme, de l’Habitat social et du Logement tient avant tout à rassurer que ce projet s’appuie sur «Le nouvel ordre urbanistique», la nouvelle politique en matière foncière. Une politique axée sur la lutte contre l’occupation anarchique des terrains, mais qui promeut le respect des lois et règlements du Gabon en matière foncière.

«L’Etat est là pour protéger à la fois les plus forts et les plus faibles, nul n’est au-dessus de la loi», a précisé Bruno Ben Moubamba. Pour lui, il faut mettre un terme au laxisme qui a fini par s’ériger en règle dans les constructions et intégrer le «nouvel ordre d’urbanisme» qui prend en compte l’embelli.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Zone économique spéciale de Nkok : Réflexion en vue d’une extension est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon – FAO : On examine les axes de la coopération

InfosGabon - sam, 18/02/2017 - 20:06

Libreville, Samedi 18 février 2017 (Infos Gabon) – Le Gabon et la FAO examinent les axes de leur coopération. Les deux parties étudient l’ensemble des projets agricoles à financer entre 2017 et 2020 et une stratégie commune en vue de leur réussite.

Le Gabon et le Fonds des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) examinent depuis le 13 février dernier le Cadre de programmation pays (CPP). Ce processus lancé à Libreville à la faveur d’un atelier vise à définir l’ensemble des projets à financer au cours de la période 2017-2021. Il est aussi question de veiller au strict respect par chaque partie du cahier de charges en vue d’atteindre des résultats satisfaisants dans la politique agricole.

Le ministre gabonais de l’Agriculture, Yves Fernand Manfoumbi et le coordonnateur sous-régional de la FAO en Afrique centrale, Helder Mutela, ont réaffirmé à l’occasion leur engagement et leur détermination à contribuer au succès de ce processus.

«Le gouvernement réitère son engagement à travailler conjointement avec la FAO et les autres partenaires techniques et financiers pour la mobilisation des ressources nécessaires à l’exécution des programmes qui seront arrêtés», a fait savoir Yves Fernand Manfoumbi.

Entre 2012 et 2016, il ressort que la coopération entre le Gabon et la FAO était axée sur la gestion des ressources naturelles, les politiques et stratégies de développement agricole et rural.

Le Cadre de programmation pays a permis durant cette période de mener une coopération jugée fructueuse par les autorités avec la FAO. Il est donc attendu que durant la période 2017-2020 l’Etat gabonais honore ses engagements à travers une mobilisation des fonds nécessaires à la mise en œuvre de ce projet. Il doit élaborer une politique foncière équitable en vue d’un meilleur accès du grand nombre à la terre et œuvrer en faveur de la mécanisation ou encore la sécurité alimentaire.

Dans l’optique d’apporter plus de transparence aux régimes fonciers et permettre la mise en place d’une gestion foncière plus équitable, il convient de mettre en place un cadre législatif. Ceci avant l’appropriation des résultats du premier CPP par les départements ministériels concernés.

Entre 2017-2020, le Fonds des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture devra travailler en étroite collaboration avec les différentes autorités concernées afin de recueillir leurs avis dans la prise de décision des actions à mener dans le cadre du CPP, éviter les atermoiements à l’allumage en accordant un point d’honneur à la communication ainsi qu’un accent sur la maîtrise des ressources hydrauliques.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon – FAO : On examine les axes de la coopération est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : Le financement de l’agriculture préoccupe le gouvernement

InfosGabon - sam, 18/02/2017 - 19:49

Libreville, Samedi 18 février 2017 (Infos Gabon) – Le financement de l’agriculture préoccupe le gouvernement gabonais. Un symposium s’est tenu récemment à Libreville sur les mécanismes de création d’un fonds national de développement agricole.

Le récent symposium organisé par le ministère de l’Agriculture, de l’Elevage, chargé de la mise en œuvre du programme GRAINE sur le financement du développement agricole a permis d’échanger sur les principaux défis de ce secteur, ses opportunités, ses nouvelles orientations et la stratégie de développement allant de 2016 à 2023.

Cette rencontre a donné l’opportunité aux différents acteurs du secteur agricole de réfléchir, de proposer et de définir les mécanismes durables pour le financement de l’agriculture, un secteur appelé à devenir le moteur de croissance économique pour le Gabon.

En présence du Premier ministre, chef du gouvernement, Emmanuel Issoze Ngondet, de plusieurs membres du gouvernement, des partenaires techniques et financiers et des acteurs du monde agricole, ce symposium a permis de jeter les bases d’un fonds national de développement agricole.

Pour le ministre de l’Agriculture, Yves-Fernand Manfoumbi, la mise en place dudit fonds permettra de «créer les conditions pour une croissance continue du financement, une sécurisation et une utilisation efficace des ressources financières affectées au développement agricole.»

Partant du fait que le secteur agricole est un gisement de plus de 150 000 emplois à créer à l’horizon 2023, M. Manfoumbi soutient que l’agriculture constitue désormais «le nouveau pétrole du Gabon».

Dans son propos, le chef du gouvernement a tenu à rappeler les objectifs majeurs qui fondent la politique agricole du président Ali Bongo Ondimba. A savoir : valoriser le potentiel agricole du pays et garantir la sécurité alimentaire. Selon Emmanuel Issoze Ngondet, l’atteinte de ces objectifs impose que l’on situe l’agriculture comme étant un levier important pour la croissance économique.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : Le financement de l’agriculture préoccupe le gouvernement est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Crise post-électorale et dialogue politique au Gabon : Issoze Ngondet fait le point

InfosGabon - sam, 18/02/2017 - 19:20

Libreville, Samedi 18 février 2017 (Infos Gabon) – Le Premier ministre gabonais, Emmanuel Issoze Ngondet, a expliqué aux partis politiques les efforts entrepris par son équipe pour décrisper le climat politique actuel et les enjeux de la grande palabre à venir.

Emmanuel Issoze Ngondet a présidé mercredi dernier à Libreville une réunion à laquelle prenaient part ses proches collaborateurs, des responsables des formations politiques de la majorité et de l’opposition. La rencontre avait pour but de mettre en place un comité ad-hoc chargé de préparer le dialogue politique voulu par le président Ali Bongo Ondimba.

La réforme du système électoral, du fonctionnement des partis politiques, de la limitation du nombre de mandats présidentiels et des réformes institutionnelles de fond pourraient constituer la lame de fond de cette grand-messe nationale.

A l’occasion, le chef du gouvernement a présenté les mesures prises pour décrisper le climat politique actuel. «Au sortir des consultations avec les différents groupements politiques du pays, le gouvernement a fait des efforts notables pour décrisper le climat politique, en apportant des réponses adéquates aux préalables posés par les partis de l’opposition», a-t-il déclaré.

Il s’agit entre autres de la libération des prisonniers politiques, incarcérés à la suite des dernières violences post-électorales, de l’indemnisation des victimes et de la prise en compte des revendications syndicales des partenaires sociaux.

D’après M. Issoze Ngondet, sur plus de 800 détenus, deux restent encore sous le coup de la justice, mais la procédure de leur libération est enclenchée. Il a également fait savoir qu’une commission ad-hoc constituée de 20 membres issus de la majorité et de 20 autres relevant de l’opposition, à l’effet de faire le point sur les violences post-électorales et d’évaluer l’indemnisation des victimes, est d’ores et déjà à pied d’oeuvre.

Quant à la crise sociale marquée par divers mouvements d’humeur, le Premier ministre a affirmé que le dialogue est toujours en cours avec les différents syndicats de grévistes. «Toutes ces actions marquent la détermination du gouvernement à assainir le climat politique et social», a martelé Emmanuel Issoze Ngondet.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Crise post-électorale et dialogue politique au Gabon : Issoze Ngondet fait le point est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : L’UPG appelle au dialogue politique

InfosGabon - sam, 18/02/2017 - 18:59

Libreville, Samedi 18 février 2017 (Infos Gabon) – L’Union du peuple gabonais (UPG) est pour le dialogue national. Son président, Mathieu Mboumba Nziengui invite les Gabonais à y prendre massivement part.

Le dialogue politique prôné par le président Ali Bongo Ondimba sera sans doute la voie de sortie de la crise politique actuelle. C’est du moins le message qui découle de la conférence de presse organisée il y a quelques jours à Awendjé, dans le 4e arrondissement de Libreville, par Mathieu Mboumba Nziengui.

Au cours de cet échange avec les hommes et les femmes des médias, le président de l’Union du Peuple Gabonais (UPG) a lancé un vibrant appel aussi bien en direction de ses militants et sympathisants qu’à l’ensemble des Gabonais à participer à ces pourparlers qui s’annoncent déterminants pour l’avenir du pays.

Ce leader de l’opposition soutient que ces assises aboutiront à coup sûr à la réforme du système électoral et politico-institutionnel du Gabon. Il a ainsi «exhorté tous les acteurs politiques gabonais à s’ouvrir au dialogue national souhaité par le président de la République, clé de voûte des institutions constitutionnelles de notre pays, afin que nous puissions y préserver la paix sociale, inestimable trésor très cher aux Gabonaises et Gabonais.»

Pour Mathieu Mboumba Nziengui, «Pierre Mamboundou, père fondateur de l’UPG, a été de toute sa vie un chantre de la paix et du dialogue».

«Malgré la récusation de ses victoires à plus d’une élection présidentielle, il n’a jamais incité le peuple gabonais à la révolte et à l’insurrection contre les autorités légalement établies», a-t-il conclu.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : L’UPG appelle au dialogue politique est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : Les membres du Comité ad hoc sont à pied d’œuvre pour le dialogue national

InfosGabon - sam, 18/02/2017 - 18:45

Libreville, Samedi 18 février 2017 (Infos Gabon) – Les membres du Comité ad hoc sont à pied d’œuvre pour le dialogue national inclusif. Cette équipe est chargée d’élaborer les termes de référence des travaux, le code de bonne conduite, le règlement intérieur et la sélection des thématiques à l’ordre du jour.

Alors que l’on s’achemine inexorablement droit vers le dialogue national inclusif et sans tabou prôné par le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, l’on a déjà l’équipe devant conduire la préparation de cette grand-messe.

En son sein, le comité ad hoc chargé de la préparation de ces assises intègre des personnalités de différents bords de la scène politique gabonaise. Ainsi, Emmanuel Issoze Ngondet en est le président, tandis que Faustin Boukoubi et Jean-Boniface Assélé Dabany ont été désignés vice-présidents de la majorité. Dans le camp de l’opposition, René Ndémezo’o Obiang et Pierre Claver Maganga Moussavou sont vice-présidents. Ali Akbar Onanga Y’Obegue a été nommé rapporteur général des travaux et aura à ses côtés deux rapporteurs issus de la majorité et de l’opposition.

Au cours de la rencontre, le chef du gouvernement a rendu hommage à ses hôtes pour leur présence à cette réunion. «Votre présence est le témoignage de votre sagesse et du sens de votre responsabilité», a déclaré Emmanuel Issoze Ngondet. Avant d’inviter par la suite la classe politique à tout mettre en œuvre pour sortir le Gabon du climat de tension actuel.

Dans son cahier de charges, cette équipe est chargée de l’élaboration des termes de référence du dialogue national, du code de bonne conduite, du règlement intérieur et de la sélection des thématiques à l’ordre du jour. Mais, le maitre de céans a tenu à préciser que la présence des ministres à ces assises est neutre et rentre dans le cadre des comités interministériels.

Débutés le 15 février dernier, les travaux de cette commission ad hoc prendront fin le 20 février prochain. Plusieurs recommandations sont attendues.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : Les membres du Comité ad hoc sont à pied d’œuvre pour le dialogue national est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : Scandale financier à la BGFI, qui dit la vérité

InfosGabon - mer, 15/02/2017 - 17:04

Libreville, Mercredi 15 Févier 2017 (Infos gabon) – Un scandale financier a été révélé hier à BGFI. Une fraude massive à l’origine de la fuite de plusieurs milliards de francs CFA de cette banque.

Edgar Hanon, Administrateur Directeur Général de BGFIBank et une quinzaine de ses collaborateurs ont été suspendus de leurs fonctions et sont sous le coup d’une enquête judiciaire. Tels sont les derniers développements du gros scandale financier qui secoue depuis quelque temps le Gabon tout entier.

En attendant que l’enquête ouverte à cet effet livre ses conclusions, on ignore encore quels sont les responsables, comment cette situation a pu être possible et quel est le montant exact détourné.

Mais, toujours est-il que les montants avancés sont assez importants et varient d’une source à l’autre. Pour les uns, 3 milliards de franc CFA détournés et 13 milliards pour les autres. La Direction générale de la recherche (DGR) qui s’est saisie du dossier cherche à établir les responsabilités des uns et des autres et à comprendre l’origine du mal.

D’aucuns parlent de hackers qui seraient à la manœuvre depuis l’étranger. Mais pour beaucoup, ce détournement de fonds serait le fait même des agents en interne même si le service de communication de la banque essaie de distraire l’opinion.

Des employés de BGFI auraient crédité des cartes bancaires prépayées sans que l’argent ne soit réellement versé au guichet ou dans les Distributeurs automatiques de billets. Il y a aussi que cet établissement pêche par un manque de contrôle rigoureux qui aurait orchestré cette fraude. Un laxisme qui a ouvert la voie aux fraudeurs.

Pendant ce temps, les clients sont aux abois sans savoir à quel saint se vouer. Depuis plusieurs jours, nombre d’entre eux ne pouvaient effectuer d’opérations de retrait.

Cet article Gabon : Scandale financier à la BGFI, qui dit la vérité est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Pages