Actualités Gabon

Gabon 9 provinces : L’appel d’Ali Bongo Ondimba

InfosGabon - jeu, 10/08/2017 - 12:14

Libreville, Jeudi 10 Août 2017 (Infos Gabon) – En lançant les manifestations lundi dernier à Libreville, le président de la République a invité ses compatriotes à un retour aux sources.

Le chef de l’Etat a donné lundi au Jardin botanique de Libreville le coup d’envoi du concept «Gabon 9 provinces» destiné à célébrer la diversité et le potentiel culturels du pays. Prévu jusqu’au 16 août prochain, cette manifestation qui témoigne de la volonté d’Ali Bongo Ondimba de valoriser les neuf provinces du Gabon dans ce qu’elles ont d’attrayant, d’attirant, de pittoresque et de traditionnel.

Cette manifestation est placée sur le thème : «Célébrons notre indépendance au rythme de nos traditions et de nos identités», a servi de prétexte au président de la République d’inviter les Gabonais à mettre en valeur le patrimoine matériel, la tradition et l’identité culturelle du pays.

«L’identité d’un pays passe par la culture. C’est au travers de ce genre d’exposition que nous savons d’où nous venons, ce que nous savons et ce que nous sommes, mais toujours avec un sentiment important d’appartenance», a-t-il déclaré.

Tout au long de l’événement, la danse, l’art culinaire, les arts plastiques, la sculpture et le conte de chaque province sont au devant de la scène. Le public aura ainsi droit tout au long de l’événement à des conférences, des nuits thématiques, des concerts et des défilés de divers ordres.

Pour le chef de l’Etat, il convient d’aménager aux artistes des pistes susceptibles d’ouvrir à une base productive, à une perspective commerciale et économique dans ce secteur qui regorge encore un énorme gisement de richesses inexplorées. «L’initiative est louable et permet à nos populations d’apprécier ce que peuvent faire nos artistes dans tous les domaines. L’identité d’un pays passe par la culture», souligne Ali Bongo Ondimba.

FIN/INFOSGABON/FM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon 9 provinces : L’appel d’Ali Bongo Ondimba est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : La CNAMGS entend rectifier le tir

InfosGabon - jeu, 10/08/2017 - 10:34

Libreville, Jeudi 9 Août 2017 (Infos Gabon) – La célébration récente des dix ans d’existence de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale a permis de saluer le chemin parcouru et les chantiers à venir.

La Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS) a célébré le 5 août dernier ses dix ans d’activités à Akanda, localité située au nord de Libreville. Placée sous le thème : «Les dix ans de la CNAMGS : bilan et perspectives», cette célébration a été l’occasion de revisiter la décennie d’existence et de faire des projections sur les défis à relever.

En terme de bilan, il ressort qu’au cours des dix ans écoulés, la CNAMGS a enrôlé 1 036 480 d’assurés, soit 572 797 de Gabonais économiquement faibles (GEF), 261 702 assurés du secteur public et 201 981 salariés du secteur privé et parapublic.

Cependant, il ressort tout de même que de nombreux goulots d’étranglement se dressent sur son chemin et l’empêchent de remplir pleinement ses missions. Notamment, le non-remplacement du personnel admis à la retraite, l’indélicatesse de certains agents, la distribution des cartes, le toilettage du fichier des assurés dans les délais, les difficultés d’accès à certaines zones, l’absence de dispositions pour lutter contre la fraude et les doublons dans les listes.

Pour remédier à la situation, le Pr Michel Mboussou, directeur général de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale a promis développer de nouvelles stratégies pour changer la donne. Il a ainsi annoncé l’ouverture prochaine d’un nouveau registre (Fond 4) qui prend en compte les travailleurs indépendants et le secteur informel. Celui-ci sera appelé à rectifier ce qui n’a pas pu marcher dans le Fond 3.

En clair, il entend revoir la notion de Gabonais économiquement faibles. Les deux ordonnances adoptées le 4 janvier 2007 en conseil des ministres ont contribué à la mise en place de cet organisme destiné à définir le régime de prestations familiales des Gabonais économiquement faibles et à instituer le régime obligatoire d’assurance maladie et de garantie sociale.

FIN/INFOSGABON/FM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : La CNAMGS entend rectifier le tir est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : Plus de 85 000 m3 de pertes d’eau par jour à Libreville

InfosGabon - jeu, 10/08/2017 - 09:44

Libreville, Jeudi 9 Août 2017 (Infos Gabon) – L’incivisme des populations, les interminables travaux d’aménagement entrepris sur le réseau de distribution et le laxisme de la société de distribution mis à l’index.

Dans le souci d’avoir une idée précise sur le phénomène de fuites d’eau potable sur le réseau de distribution devenu récurrent dans la ville de Libreville, le ministère de l’Eau et de l’Energie a ouvert une enquête. Les résultats de ladite enquête donnent tout simplement du tournis.

Sur un volume de 230 000 m3 d’eau portable convoyé au quotidien vers la capitale gabonaise, environ 85 400 m3 disparaissent au quotidien dans la nature. A l’origine, l’incivisme des populations et les interminables travaux d’aménagement entrepris sur le réseau de distribution. Selon l’enquête, des entreprises effectuant des travaux à travers la ville endommagent régulièrement les canalisations et occasionnant ainsi d’importantes fuites.

Le rapport d’enquête déplore également le laxisme affiché par les équipes de la Société d’eau et d’énergie du Gabon (SEEG), entreprise chargée de la distribution d’eau, lorsque survient ce type de désagrément sur le réseau. Autant des raisons qui pourraient bien expliquer les nombreux désagréments subis par plusieurs quartiers de la capitale gabonaise.

D’après les enquêteurs, non seulement ces fuites causent de sérieux dégâts aussi bien au niveau des infrastructures que dans les ménages. Les populations doivent ainsi faire face à de nombreux risques pour s’approvisionner en ce précieux liquide.

Comme solution, Guy Bertrand Mapangou, ministre d’Etat, en charge de l’Eau et de l’Energie, préconise le lancement imminent d’une opération généralisée de prospection des fuites d’eau à Libreville. Quant à l’entreprise de production et de distribution de l’eau, elle envisage d’intensifier des recherches de fuites et de révision de canalisations.

Afin de rendre efficace cette opération, les populations devront donc signaler les différents points critiques.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : Plus de 85 000 m3 de pertes d’eau par jour à Libreville est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : Le Chef de l’Etat est attendu ce jeudi dans la Nyanga pour inaugurer une route

InfosGabon - jeu, 10/08/2017 - 09:09

Libreville, Jeudi 9 Août 2017 (Infos Gabon) – Le Président de la République gabonaise, Ali Bongo Ondimba effectue une visite ce jeudi 10 août à Mayumba (Nyanga) pour inaugurer la route Loubomo – Mougagara sur l’axe Tchibanga – Mayumba.

Une infrastructure qui rentre dans le cadre du développement du Gabon, cette route permet le désenclavement de la région, et surtout, l’amélioration des conditions de vie des populations de cette localité. Longue de 54 Km, la route facilitera les échanges entre Gamba et Tchibanga. Le trajet se fait désormais en cinq heures de temps au lieu de neuf heures comme avant.

L’inauguration de ce tronçon routier Loubomo – Moungagara reliant respectivement les départements de Ndougou et la Basse Banio a fait l’objet d’une rencontre vendredi dernier Libreville. Tous les filles et fils de la province réunis à l’invitation du ministre de la Justice et garde des sceaux, Alexis Boutamba ont promis de réserver un accueil chaleureux au président Ali Bongo Ondimba pour sa politique de développement.

Partant du village Loubomo à l’entrée de la ville de Mayumba, le tronçon qui, au départ était prévu être en latérite a été réalisé jusqu’au bitumage. La qualité des matériaux utilisés est bonne. « L’épaisseur de la couche latéritique qui est de 40cm, celle du béton 15cm et la bande de roulement bitumée à 5cm, donne lieu à de réels motifs de satisfaction », a déclaré le ministre Alexis Boutamba.

Fils de la province de la Nyanga, il a lancé un appel à une grande mobilisation des populations sans une connotation politique. « La route n’est pas seulement pour la majorité au pouvoir, c’est pour tout le monde même ceux qui sont dans l’anti-chambre », a-t-il indiqué.

Partant du pont Boumé Boumé à Mougagara qui sera également visité par le Chef de l’Etat, sur un linéaire de 38 kilomètres, cette route en béton bitumineux va jusqu’à hauteur de la jonction Nyanga/Ogooué-Maritime par Gamba, tronçon rallié jusqu’à ce jour par un bac non conventionnel. Selon des sources crédibles, le budget global d’investissement pour la construction et le bitumage de la route Loubomo – Mougagara, est estimé à 32 milliards de FCFA, financé par le gouvernement gabonais et la société Shell, sur la base de la provision pour investissement diversifié et celle des hydrocarbures.

« Désormais, plus rien ne peut entraver la jonction, par une vraie route bitumée, Tchibanga et Mayumba». Pour les populations de ces deux villes, la route est la bienvenue. La route est source de développement. Auparavant, les femmes étaient obligées de produire de petites quantités et parfois de transporter leur production sur la tête pour l’écouler sur les marchés. Cela fait désormais partie du passé.

Signalons que le Président de la République remettra à l’occasion de cette visite les clés des nouveaux logements construits pour les habitants du village de Panga dans le cadre du programme social inclus dans le projet de construction de cette nouvelle voie.

FIN/INFOSGABON/PM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : Le Chef de l’Etat est attendu ce jeudi dans la Nyanga pour inaugurer une route est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Relance économique au Gabon : Le patronat optimiste

InfosGabon - lun, 07/08/2017 - 12:56

Libreville, Lundi 7 Août 2017 (Infos Gabon) – Alain Bâ Oumar, président de la Confédération patronale du Gabon, trouve réaliste ce plan de sortie de crise initié par le gouvernement.

Le Plan de relance économique mis en place par le gouvernement pourra relever le Gabon de la crise économique drastique qu’il traverse depuis la chute des cours du pétrole survenue en 2014, si et seulement si il est effectivement mis en œuvre.

Cette sortie d’Alain Bâ Oumar fait suite aux nombreuses déclarations alarmistes faisant état de ce que le chemin de croix est encore long pour les Gabonais. Dans un entretien accordé à lenouveaugabon, le président de la Confédération patronale du Gabon balaie ce pessimisme et tente de donner espoir quant à une reprise probable de l’embellie économique.

«Ce plan est réaliste d’autant plus qu’il a été validé par des institutions sérieuses comme le Fonds monétaire international (FMI), la Banque mondiale (BM), la BAD et l’AFD qui toutes, appuient cette initiative du gouvernement qui vise à relancer notre économie. Nous n’avons donc pas des préoccupations quant à la qualité de ce plan. La clé sera la mise en œuvre de tout ce qui est prévu dans ce plan. Nous n’avons aucune raison de douter de la volonté exprimée par le gouvernement d’appliquer ce qui est prévu dans ce plan», rassure-t-il.

Selon lui, la réussite de ce plan passe nécessairement par un ensemble de préalables, notamment une baisse de la pression fiscale, l’amélioration du climat des affaires et le règlement de la dette intérieure.

«Il va falloir, comme les bailleurs de fonds qui l’appuient, que le patronat soit vigilant pour s’assurer que les promesses faites soient tenues. Mais nous n’avons pas de raison de croire qu’elles ne le seront pas parce que c’est dans l’intérêt du gouvernement et de nous tous, de relancer cette économie», ajoute le patron des patrons du Gabon.

Fermeture des entreprises

A ce sujet, Alain Bâ Oumar justifie l’arrêt d’activités survenu dans certaines entreprises par la conjoncture économique assez tendue que traverse le pays depuis quelques années déjà et pas toujours du fait de l’Etat.

«La fermeture des entreprises peut avoir deux causes : soit elles n’arrivent plus à avoir des clients, soit elles ont des clients mais elles n’arrivent plus à répondre à la demande de leurs clients parce qu’elles sont asphyxiées financièrement. L’Etat est le plus gros consommateur des biens et services au Gabon, c’est le plus gros client des entreprises en général. Donc, quand il a les difficultés financières que l’on connaît, à cause de la crise pétrolière qui sévit depuis un certain nombre d’années, l’Etat commande moins, et les entreprises ont également moins de commandes. Elles sont obligées soit de licencier, soit, si elles n’arrivent plus à couvrir leurs charges parce qu’elles n’ont plus des clients, elles ferment. Ce phénomène n’est qu’une illustration des difficultés que connaît l’Etat aujourd’hui», explique Alain Bâ Oumar.

Il suggère ainsi à l’Etat de «rétablir un équilibre au niveau de ses finances, et recommencer à jouer le rôle moteur de l’économie qui est le sien. En attendant, plusieurs entreprises continuent de réclamer à l’Etat beaucoup d’argent.» D’après le président de la Confédération patronale du Gabon (CPG), malgré les difficultés financières auxquelles le pays est confronté, le gouvernement fait de son mieux pour rassurer les opérations économiques.

«Les réponses du gouvernement nous rassurent, non pas à cause de ce qui est promis, parce que ce qui est promis l’est depuis un certain nombre d’années (…) Mais aujourd’hui, nous sommes plus confiants que par le passé parce que le gouvernement va avoir les moyens de sa politique puisque les bailleurs de fonds, dont le FMI qui a déjà commencé, la Banque mondiale, la BAD et l’AFD se proposent d’apporter au gouvernement les moyens d’apurer cette dette intérieure, entre autres, et de faire un certain nombre d’autres choses qui vont permettre de remettre notre économie sur les rails. Donc aujourd’hui, le gouvernement a une fenêtre de tir qui lui permet de résoudre ce problème», fait-il remarquer. Nonobstant le fait que «beaucoup de PME sont aujourd’hui asphyxiées par des dettes et se retrouvent pour certaines au bord de la faillite.»

Une pression fiscale forte

Certes les efforts fournis par le gouvernement sont salués, mais les opérateurs économiques dénoncent cependant une pression fiscale de plus en plus forte et qui constitue un véritable goulot d’étranglement pour les entreprises. Pour Alain Bâ Oumar, celle-ci se vit à différents niveaux.

«Il y a des impôts qui sont prévus, dus, justifiés, légaux et il y a également la parafiscalité. Lorsque des administrations, des agences ou des institutions publiques, du fait des difficultés de l’Etat, ont du mal à être financées, il y a une solution de facilité pour elles : c’est de créer la parafiscalité. Ce qui est aussi de la pression fiscale», souligne-t-il.

Sans pour autant s’opposer au paiement des impôts par les entreprises, il souhaite plutôt que ceux-ci soient utilisés dans un intérêt commun. «Nous sommes moins contents quand on doit payer de plus en plus de choses dont on ne perçoit pas l’efficacité au niveau de leur emploi. Car, il y a des choses qu’on paie sans avoir en contrepartie des services qui correspondent à ce qu’on paie. C’est cette mauvaise fiscalité que nous souhaitons combattre», conclut le président des patrons du Gabon.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Relance économique au Gabon : Le patronat optimiste est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Rwanda : Paul Kagame rempile pour sept ans

InfosGabon - lun, 07/08/2017 - 12:18

Libreville, Lundi 7 Août 2017 (Infos Gabon) – Le candidat sortant a remporté avec plus de 98% des suffrages à la dernière élection présidentielle.

Paul Kagame a été reconduit à la tête du Rwanda pour un troisième septennat à l’issue de la présidentielle de vendredi dernier. Selon les résultats publiés par la Commission électorale, le porte-étendard du Front patriotique rwandais (FPR, au pouvoir) sort vainqueur avec 98,66% des voix au terme de ce scrutin marqué par un taux de participation de 96%.

Il réalise ainsi son plus grand score. A la différence des deux précédentes présidentielles où il avait remporté avec 95,06% des voix en 2003 et 93% des faveurs populaires en 2010. Laissant ses deux rivaux, Philippe Mpayimana et Frank Habineza, se contenter des miettes.

Avec fair-play, les deux candidats malheureux ont reconnu leur défaite, mais ont surtout critiqué les désagréments dont ils ont fait l’objet durant la campagne électorale de la part de certaines autorités. Ils déplorent ainsi le fait qu’ils n’ont pas pu tenir des meetings dans certaines localités.

«Bien sûr, nous savons que la force du FPR est d’avoir des structures au niveau local, ce n’est pas le problème. Le problème est le conflit d’intérêts entre les structures gouvernementales et les structures du FPR. On nous a dit qu’on ne pouvait pas mettre nos drapeaux là où le FPR avait mis les siens, mais malheureusement le FPR a mis les siens partout», dénonce Frank Habineza au cours d’une conférence de presse.

Dans le camp présidentiel, c’est la fête depuis la réélection de leur champion. «Nous nous attendions certainement à cette victoire avec une marge confortable. Nous ne sommes pas déçus. Ça reflète évidemment la volonté des Rwandais (…) Nous sommes satisfaits de cela», a commenté Wellars Gasamagera, porte-parole de campagne du FPR.

Beaucoup expliquent ce raz-de-marée par le fait que Paul Kagame est crédité d’avoir mis un terme au génocide qui a conduit à l’extermination de 800 000 âmes à majorité tutsi et a contraint des milliers de personnes prendre le chemin de l’exil entre avril et juillet 1994. Le chef de l’Etat a également relevé une économie exsangue, après cette période douloureuse.

Nonobstant le fait qu’il lui est concédé le développement spectaculaire que connait aujourd’hui ce pays des grands Lacs. Mais, il lui est tout de même reproché de bafouer les libertés publiques, d’être réfractaire à toute critique et de réprimer toute opposition.

FIN/INFOSGABON/PM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Rwanda : Paul Kagame rempile pour sept ans est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : Le PDG au bord de l’implosion dans l’Estuaire ?

InfosGabon - lun, 07/08/2017 - 11:59

Libreville, Lundi 7 Août 2017 (Infos Gabon) – Certains cadres du parti au pouvoir originaires de cette province envisagent une démission collective et projettent la création imminente d’une nouvelle formation politique.

Un mouvement politique est en gestation au Gabon. Plusieurs cadres du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) annoncent leur départ prochain et entendent mettre en place dans les prochains jours leur parti politique.

Rassemblés au sein du collectif dénommé «La communauté Fang de l’Estuaire», ils dénoncent leur marginalisation au sein du PDG dans lequel ils militent depuis des années. Sous la conduite de Jean Claude Obiang Mba, l’un des cadres du PDG, ces «marginalisés» dénoncent le fait qu’ils ne sont toujours pas promus et entendent pour cela porter leur mouvement sur les fonts baptismaux le 26 août prochain dans le cadre d’une assemblée générale tenue au quartier Nzeng-Yong, carrefour GP, dans le 6e arrondissement de Libreville.

Ils pointent ainsi un doigt accusateur sur Paul Biyoghé Mba. L’ancien Premier ministre et actuel ministre d’Etat en charge de la Prévoyance sociale, affublé de sobriquets du genre «tortue», pêcherait, selon eux, par un manque de « réalisme, d’actions et d’engagement» dans la promotion des siens. L’immobilisme dont ferait preuve ce doyen politique de l’Estuaire est ainsi décrié de manière véhémente.

Pour ces transfuges du Parti démocratique gabonais, il sera plus question à travers le futur parti politique de «revaloriser l’identité culturelle des fangs de l’Estuaire», ce groupe ethnolinguistique majoritaire dans la plus grande des provinces du Gabon.

Ces dissidents estiment être plutôt les parents pauvres de la «politique de l’émergence» prônée par le président Ali Bongo Ondimba.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : Le PDG au bord de l’implosion dans l’Estuaire ? est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Eliminatoires CHAN 2018 : Le Gabon ne participera pas

InfosGabon - lun, 07/08/2017 - 10:50

Libreville, Lundi 7 Août 2017 (Infos Gabon) – Le gouvernement justifie cette décision par le non respect du programme de préparation de la sélection nationale locale par la Fédération gabonaise de football.

L’équipe locale de football du Gabon ne prendra pas part aux éliminatoires du Championnat d’Afrique des nations (CHAN) Rwanda 2018. Telle est la principale annonce faite vendredi par le ministre de la Jeunesse et des Sports au cours d’une rencontre avec le président de la Fédération gabonaise de football (FEGAFOOT), Pierre Alain Mounguengui.

Nicole Assele justifie cette décision par un manque de respect du programme de préparation de la sélection nationale locale élaborée depuis janvier dernier par José Garrido, directeur technique national, à l’instance dirigeante du football gabonais. «La Fédération Gabonaise de Football aurait dû prendre toutes les dispositions relatives à ce retrait, notamment auprès de l’instance faîtière du football sur le continent», déclare-t-elle dans un communiqué.

La tutelle reproche aussi à la Fédération des lourdeurs administratives et autres lenteurs constatées dans la production des projets de budgets et plans de gestion des financements mis à disposition des différentes équipes nationales pour les campagnes internationales. Il en veut pour preuve le dépôt récent desdits documents sans tenir compte des différentes étapes à franchir pour le déblocage de ces fonds.

Le ministre de la Jeunesse et des Sports déclare n’avoir pas encore aussi reçu le projet de budget et le plan d’utilisation des fonds du match aller Gabon-Côte d’Ivoire prévu à Libreville le 02 septembre et du match retour prévu trois jours plus tard à Bouaké en vue des éliminatoires de la Coupe du monde de football Russie 2018.

Le Gabon est classé deuxième du groupe C, après deux matchs nuls, respectivement contre le Maroc et le Mali. Le Gabon est donc 2è du groupe C, derrière la Côte d’Ivoire, leader du groupe, et est à égalité avec le Maroc.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Eliminatoires CHAN 2018 : Le Gabon ne participera pas est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : Les 9 provinces en vitrine à Libreville

InfosGabon - lun, 07/08/2017 - 10:29

Libreville, Lundi 7 Août 2017 (Infos Gabon) – Elles seront sous le feu des projecteurs à la faveur d’un grand événement culturel organisé du 7 au 16 août à Libreville par le Musée national des arts et traditions.

La richesse culture de l’arrière-pays sera au-devant de la scène du 7 au 16 août à travers un concept baptisé «Gabon 9 provinces». A l’initiative du Musée national des arts et traditions du Gabon, l’événement a pour objectif de valoriser les neuf provinces du pays.

Dans un entretien accordé à Gabon Télévision, son directeur général a fait un bref rappel du bien fondé dudit concept qui par le passé a connu un succès fulgurant sur le petit écran. «A la base, le concept Gabon 9 provinces était une émission réalisée par la Radio Télévision du Gabon (RTG) dans les années 80. Au cours de cette émission, les provinces étaient clairement présentées à travers leur culture respective, leurs villes et même leurs notables. A ces débuts, Gabon 9 provinces permettait ainsi aux téléspectateurs de découvrir les provinces», a indiqué Davy Willis Kombi Ovenga.

Pour le patron du Musée national des arts et traditions du Gabon, il est question de pérenniser sous la coordination du ministère de la Culture ce concept à travers diverses manifestations artistiques et culturelles. «Après le succès de la Fête des cultures, nous nous inscrivons dans la continuité de celle-ci avec le Gabon 9 provinces», a-t-il ajouté.

Ce rendez-vous se tiendra en deux phases avec la première qui s’étalera du 7 au 15 août au Jardin botanique de Libreville. Au programme, une exposition-dégustation d’art culinaire ainsi que des présentations des patrimoines de chacune des neuf provinces. Cette phase bénéficiera du concours de la Fédération nationale des peintres et sculpteurs. «Cette exposition sera permanente», a affirmé Davy Willis Kombi Ovenga.

Mais, pour les organisateurs, il sera beaucoup plus question de mettre un accent sur le côté culturel et éducatif que revêt cet événement. «Nous aurons également une tente dédiée à la science. Nous avons constaté qu’il fallait aussi partagé avec les Gabonais, les potentialités et les spécificités de chaque province. Nous allons ainsi présenter les départements, les villages et les cantons de chaque province du Gabon», a-t-il annoncé.

Avant de faire le distinguo avec la fête des cultures où le loisir était de mise. «Ici les visiteurs pourront s’instruire. Car, il y a des Gabonais ayant oublié le nombre de départements de leur province d’origine ou même leurs spécificités culinaires», a expliqué le directeur général du Musée national des traditions.

Un concert animé par des artistes originaires de chaque province viendra clôturer cette première phase. Le Musée national des arts et des traditions prendra ensuite le relais le 16 août au soir avec «La nuit des masques». «Là encore, nous voulons ressortir les spécificités de chaque province en présentant neuf masques. Soit un masque par province avec une explication pédagogique pour présenter la valeur de ces réalisations», a-t-il conclu.

Signalons que l’inauguration officielle est prévue ce lundi au jardin Botanique aux environs de midi.

FIN/INFOSGABON/FM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : Les 9 provinces en vitrine à Libreville est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : L’avenir d’un site historique en Angola préoccupe

InfosGabon - sam, 05/08/2017 - 19:15

Libreville, Samedi 5 Août 2017 (Infos Gabon) – Le sujet était vendredi 4 août au centre d’une audience accordée par le président Ali Bongo Ondimba à une émissaire angolaise.

Ali Bongo Ondimba a reçu vendredi Carolina Cerqueira, ministre angolaise de la Culture. L’audience entre le président de la République gabonaise et l’émissaire de son homologue Eduardo Dos Santos a porté essentiellement sur la valorisation, la protection et la préservation de Mbanza Kongo, une cité située au nord de l’Angola.

Inscrit en juillet dernier au patrimoine mondial de l’UNESCO, ce patrimoine commun fut la capitale politique et spirituelle du royaume du Kongo constitué d’Afrique australe, de l’Angola, du Gabon, du Congo et de la République démocratique du Congo.

Au nom du gouvernement angolais et du peuple angolais, Carolina Cerqueira est venue solliciter des autorités gabonaises une meilleure synergie d’actions entre différents pays de la sous-région qui faisaient partie jadis du royaume du Kongo.

L’hôte d’Ali Bongo Ondimba a ainsi sollicité un partage d’informations et une vulgarisation de cet héritage culturel considéré comme une richesse collective. Notamment en matière d’éducation des générations futures dans le but de mieux valoriser les vestiges de cette localité sur la scène africaine et internationale.

FIN/INFOSGABON/PM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : L’avenir d’un site historique en Angola préoccupe est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : Réflexion autour des aires marines protégées

InfosGabon - sam, 05/08/2017 - 10:11

Libreville, Samedi 5 août 2017 (Infos Gabon) – Le secrétaire exécutif de l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN), Lee White a démontré les innombrables atouts que regorgent ces espaces naturelles.

Dans le cadre de ses activités pour le mois d’août, l’association Imagine-Gabon Think-Tank a mis mercredi en débat une question d’ordre environnemental sur la table portant sur la thématique : «Création de 20 aires marines protégées : quels enjeux pour le Gabon?». Avec comme invité, une personnalité de choix.

Lee White, secrétaire exécutif de l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN), a entretenu l’assistance sur l’importance de ces espaces et ce qu’elles apportent au Gabon. S’appuyant sur des photographies, le conférencier a tenu à attirer l’attention de l’assistance sur les préjudices causés par certaines activités humaines à ces espaces et leur impact dans la vie des Gabonais.

Il a ainsi expliqué que les «réserves aquatiques sont des aires délimitées à des fins d’aménagement dans lesquelles les ressources halieutiques font l’objet d’une protection particulière. Les parcs marins sont des espaces du domaine marin public classés pour nécessité de protection, de conservation, de propagation des espèces animales ou végétales et d’aménagement de leurs habitats».

De l’avis du professeur Lee White, le Gabon gagne en estime du fait de sa réussite dans la protection de son espace maritime. Avec ses 9 parcs marins, le pays d’Ali Bongo Ondimba pourrait faire des jaloux en matière de conservation des ressources halieutiques, de protection des zones de reproduction et frayères et des zones de croissance et d’alimentation.

Pour l’orateur, un découpage rationnel de l’espace maritime en zone de pêche ou de protection donne lieu à une pêche durable, à la sécurité alimentaire, à une limitation des conflits et à une conservation des ressources naturelles.

Prenant l’île de Mbanié et Caillou pour exemple, le Pr Lee White affirme que la protection de ces espaces est due à «leurs écosystèmes uniques au Gabon» qui constituent des «aires d’alimentation et de nidification pour les espèces protégées au niveau national et international : tortue verte, tortue imbriquée, des espèces globalement en danger critique».

Le conférencier fera également savoir que ces zones sont dotées d’une riche biodiversité, avec des zones de fraie très importantes des poissons, oiseaux marins, mollusques, crustacés, éponges, coraux, herbiers marins, algues. Tout comme elles disposent aussi d’un excellent potentiel touristique.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : Réflexion autour des aires marines protégées est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Conjoncture : L’économie gabonaise sur une bonne lancée

InfosGabon - sam, 05/08/2017 - 09:54

Libreville, Samedi 5 août 2017 (Infos Gabon) – La récente mission du Fonds monétaire international à Libreville annonce de belles perspectives pour le Gabon, mais demande à l’Etat de réduire son train de vie et de consentir encore plus de sacrifices.

Une délégation du Fonds monétaire internationale (FMI) est arrivée en fin de mission mercredi à Libreville. Conduite par Alex Segura-Ubiergo, ladite mission a passé revue en compagnie des officiels gabonais, les perspectives de l’économie du Gabon.

«La mission a salué les progrès récemment enregistrés sur le front des réformes structurelles, y compris l’adoption de nouvelles procédures de dépenses et le renforcement des contrôles pour éviter le recours aux dépenses extra-budgétaires», a déclaré le chef de la mission de l’institution de Bretton Woods.

Malgré cette embellie qui se profile à l’horizon, le Gabon devra encore entreprendre des réformes additionnelles pour plus d’efficience et de transparence en matière de dépenses publiques. «Respecter scrupuleusement les règles budgétaires, améliorer les marchés publics afin de réduire les contrats de gré à gré, recourir davantage aux études de faisabilité pour hiérarchiser les projets d’investissement public, et assurer une diffusion plus large de l’information économique», a ajouté Alex Segura-Ubiergo.

La mission du FMI a également recommandé au gouvernement gabonais d’autres pistes susceptibles de lui permettre de renouer avec la croissance et de surmonter la zone de turbulences actuelle. «La mise en œuvre énergique des plans d’apurement des arriérés de l’État sera également vitale pour accroître la résilience du secteur financier. Dans le même temps, les réformes destinées à améliorer le climat des affaires en appui à la stratégie de diversification devraient également être menées avec vigueur, car elles offrent la possibilité de hisser la croissance vers les 5% à moyen terme», suggère le fonctionnaire du FMI.

Cependant, les Gabonais devront encore davantage serrer la ceinture et faire preuve de beaucoup de sacrifice car le bout du tunnel s’avère encore long. Alors qu’à Libreville l’on tablait sur un taux de croissance de 3% en moyenne, le FMI s’est voulu modeste quant aux perspectives en tablant celui-ci autour de 1%.

«Malgré ces perspectives difficiles, certains signes sembleraient indiquer que l’économie a commencé à se stabiliser au premier semestre 2017. Le secteur pétrolier a bénéficié du redressement des prix énergétiques internationaux par rapport aux faibles niveaux enregistrés au début 2016. En outre, d’autres secteurs liés aux ressources naturelles, comme les filières manganèse et bois et les activités agro-industrielles connaissent une croissance rapide, et les BTP semblent manifester plus de résilience que prévu», rassure-t-il.

De son côté, le gouvernement gabonais voit l’avenir avec optimisme et en appelle à encore un peu plus de patience. «En plus de la reprise économique, l’environnement international est aussi marqué par une remontée des cours. Ainsi, le prix des produits énergétiques et des métaux devraient enregistrer une orientation positive, en raison notamment du resserrement de l’offre et d’une forte demande», rassure Régis Immongault, le ministre gabonais de l’Economie, de la Prospective et de la Programmation du développement.

FIN/INFOSGABON/PM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Conjoncture : L’économie gabonaise sur une bonne lancée est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : Plus de 1 000 emplois disponibles à Nkok

InfosGabon - sam, 05/08/2017 - 09:29

Libreville, Samedi 5 août 2017 (Infos Gabon) – Ces opportunités rentrent dans le cadre de la mise en œuvre du Contrat d’apprentissage jeunesse mis en place par le gouvernement et ses partenaires pour résorber le problème de chômage.

200 jeunes chercheurs d’emplois viennent d’être reçus par l’Office national de l’emploi (ONE) et l’Autorité administrative de la zone économique de Nkok. Cette première vague fait partie des 734 jeunes présélectionnés durant les caravanes organisées en juillet dernier dans le cadre de l’implémentation du Contrat d’apprentissage jeunesse (CAJ).

La rencontre avec les structures implantées à Nkok a donné l’occasion à ces derniers de se familiariser avec l’environnement de travail où ils sont appelés à exercer. Les jeunes recrues devront aussi se familiariser avec la zone économique spéciale de Nkok et être édifiées sur le Contrat d’apprentissage jeunesse.

Dans un premier temps, il est question de recruter 524 jeunes entre août et septembre 2017. Alors qu’au mois d’octobre, une seconde vague de 500 jeunes sera recrutée. Cette initiative mise en place par le gouvernement et ses partenaires vise à résorber le phénomène du chômage et à offrir aux jeunes un travail décent.

FIN/INFOSGABON/FM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : Plus de 1 000 emplois disponibles à Nkok est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : Dieudonné Minlama a une solution pour sortir le système éducatif des vices

InfosGabon - ven, 04/08/2017 - 21:57

Libreville, Vendredi 4 Août 2017 (Infos Gabon) – L’éducation gabonaise a laissé la place aux vices et aux trafics de tous genres.

Un constat révoltant fait par le président d’Ensemble pour la République (EPR) qui a proposé au gouvernement, le 2 août à Libreville, de mettre à profit la période des vacances scolaires pour l’organisation d’un dialogue national sur «l’école gabonaise».

Dieudonné Minlama Mintogo déplore le fait que les notes et les diplômes se vendent et s’achètent. L’excellence a fait place à la médiocrité, d’une part, et les grèves à répétition et sans issue rythment la cadence des années scolaires dans notre pays, d’autre part, sans oublier de souligner que la coupe est pleine et le danger est permanent.

Le résident d’Ensemble pour la République se réfère particulièrement aux derniers résultats obtenus au baccalauréat de cette année scolaire 2016-2017. Il s’est exprimé en ces termes : «Ces résultats nous rappellent que nous avons touché le fond et qu’il va falloir prendre conscience et rebondir», a insisté le président M. Minlama Mintogo.

«Notre ambition de faire du Gabon un pays émergent dans les 20 prochaines années ne pourrait se réaliser avec un système éducatif en lambeau». Il a interpellé le gouvernement sur la nécessité d’organiser, pendant les vacances scolaires, un dialogue national sur «l’école gabonaise».

Des assises, selon lui, qui verraient la participation de toutes les parties prenantes (élèves, syndicats, leaders d’opinions, gouvernement, parlement, partenaires au développement, etc.). Le dialogue national proposé permettrait notamment de définir les priorités de l’heure. Mais également, de mettre en place un plan d’urgence sur l’éducation et la formation dans notre pays et de négocier une période d’accalmie. Loin de toute considération politique, cette proposition du président d’EPR est motivée par un constat accablant découlant de l’état chaotique du système éducatif gabonais, caractérisé par ce qu’il appelle « les «vices et trafics de tous genres».

Tout en invitant les acteurs politiques à taire leurs divergences et divisions, Dieudonné Minlama Mintogo estime que le moment est venu pour se mettre ensemble dans le but de soigner et sauver l’école gabonaise. « Je reste convaincu qu’ensemble nous pouvons remettre notre école debout et rivaliser avec les meilleurs systèmes éducatifs du monde », a-t-il fait observer.

Ajoutant que les conclusions de cette concertation permettront de relever quatre défis majeurs, à savoir : aligner cinq années scolaires sans grève aux noms de l’intérêt supérieur de la Nation et de l’épanouissement de la jeunesse ; re-moraliser le système éducatif ; doter le pays d’infrastructures scolaires à la hauteur ; améliorer les conditions de travail des enseignants et des élèves, en tenant compte de la situation économique du pays.

FIN/INFOSGABON/TW/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : Dieudonné Minlama a une solution pour sortir le système éducatif des vices est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : Cinq fédérations sportives dans l’œil du cyclone

InfosGabon - ven, 04/08/2017 - 20:41

Libreville, Vendredi 4 Août 2017 (Infos Gabon) – Le ministère de la Jeunesse et des Sports leur demande de se conformer aux normes pour bénéficier de la subvention de l’Etat.

Certaines fédérations sportives viennent d’être sommées de se mettre en règle à défaut de se voir sanctionnées par la tutelle. Il s’agit des fédérations de taekwondo, de tennis de table, de tennis sur court, de kickboxing et de wushu qui viennent d’être enjointes par la tutelle de tenir leurs assemblées générales respectives. Condition préalable à l’octroi de toute subvention publique.

Celles-ci viennent d’élaborer une nouvelle feuille de route qui devra asseoir une base de travail en vue d’un partenariat à court et moyen termes avec le gouvernement. A la Fédération gabonaise de taekwondo, il est annoncé dans les tout prochains jours l’organisation d’une nouvelle assemblée générale élective sur la base du collège électoral et des candidatures validées par les instances compétentes.

La Fédération gabonaise de tennis de table qui fait face à de nombreux blocages du fait de plusieurs dysfonctionnements dus aux lenteurs administratives au niveau de la tutelle devra s’y conformer. La fédération gabonaise de kickboxing devra tenir son assemblée générale le 15 novembre prochain avec ou sans son président sortant, Éric Ella, qui sollicite une contre-enquête de moralité. Il est attendu le lancement d’un nouvel appel à candidatures au plus tard le 1er octobre 2017.

Malgré ce blocage, le secrétaire général qui gère les affaires courantes, devra convoquer une assemblée générale extraordinaire afin de réexaminer les statuts de ladite fédération. Hormis les cinq ligues en activité, les clubs devront intégrer le collège électoral.

Du côté de la Fédération gabonaise de wushu, avec ou sans Edith Biyoghe, la présidente sortante toujours en attente des résultats d’une contre-enquête de moralité, une Assemblée générale élective sera convoquée au plus tard le 15 novembre prochain.

A la Fédération gabonaise de natation, le président Crésant Pambo a sollicité du ministère de la Jeunesse et des Sports un délai jusqu’en octobre prochain pour le parachèvement de la mise en place effective de la Ligue du Haut-Ogooué. La Fédération de tennis sur court a organisé son assemblée générale élective récemment sans la tutelle.

FIN/INFOSGABON/FM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : Cinq fédérations sportives dans l’œil du cyclone est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Neymar : La planète football en folie

InfosGabon - ven, 04/08/2017 - 19:45

Libreville, Mercredi 2 Août 2017 (Infos Gabon) – Son transfert du FC Barcelone pour le PSG a nécessité la mobilisation de près de 327 milliards de francs CFA au total.

La nouvelle enflamme la planète football depuis quelques jours. Alors que Neymar Junior n’avait même pas encore signé que la rumeur avait déjà parcouru les quatre coins du monde. Son arrivée au Paris Saint-Germain est le plus grand record du marché des transferts.

A 25 ans, l’attaquant brésilien est le joueur le mieux payé de l’histoire du football. Sa clause libératoire pour quitter le FC Barcelone était fixée à 222 millions d’euros, soit plus de 145 milliards de francs CFA. L’attaquant brésilien est suivi loin derrière par Paul Pogba dont le contrat pour partir de Juventus de Turin à Manchester United en 2016 était de 120 millions d’euros, environ 78,6 milliards de francs CFA.

Tandis que le départ en 2009 de Cristiano Ronaldo de Manchester United pour le Réal Madrid a coûté 94 millions d’euros, environ 61,5 milliards de francs. Pour acquérir Gareth Bale en 2013, le Réal Madrid a dû débourser au profit de Tottenham 101 millions d’euros, soit 66,1 milliards de francs CFA.

On pourrait donc parler de la folie des grandeurs surtout quand on sait que pour son salaire, Neymar Junior a exigé et obtenu 30 millions de salaire annuel sur une période de cinq ans. On est donc bien loin du transfert de Zinedine Zidane en 2001 de Juventus pour le Real Madrid qui a coûté 75 millions d’euros, soit 49,125 milliards de francs.

Un contrat qui fait jaser le monde du football. «On est tombé sur la tête», clame Bernard Tapie, ancien président de l’Olympique de Marseille. «Comment cela a-t-il pu arriver?», demande Jürgen Klopp, entraineur de Liverpool. «Ce n’est pas cher», déclare Mourinho, entraîneur de Manchester United. Pour Carlo Ancelotti, entraineur du Bayern de Munich, «c’est le prix du marché aujourd’hui».

Afin de stopper la folie financière de certains clubs plus nantis, l’UEFA a crée en 2013 la notion de Fair-play financier (FPF). Il est question de s’assurer que tous les clubs disputant les compétitions européennes sont en règle, honorent leurs factures et ne sont pas endettés auprès d’autres clubs, de leurs joueurs et des administrations fiscales.

Le FPF vise donc à s’assurer que les clubs ne dépensent pas plus qu’ils ne gagnent. Pour cela, le PSG devra donc expliquer le montage financier de ce dossier qui devrait coûter près de 500 millions d’euros, près de 327 milliards de francs CFA. Soit son budget annuel.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Neymar : La planète football en folie est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Baccalauréat 2017 au Gabon : Près de 90% d’échecs au premier tour

InfosGabon - mer, 02/08/2017 - 12:13

Libreville, Mercredi 2 Août 2017 (Infos Gabon) – Les grèves à répétition ayant secoué l’année scolaire citées comme cause principale de cette catastrophe.

La moisson n’a pas été bonne cette année à l’examen du baccalauréat pour bon nombre de candidats. Sur un total de 21 575 inscrits, seuls quelques 3 141, soit 14,81%, ont décroché le précieux sésame, alors que 9 310, soit 43,91%, passent à la session de rattrapage.

Dans le classement, le Lycée national Nelson Mandela sort maillot jaune avec un taux de réussite avoisinant les 40% à l’issue de ce premier round du baccalauréat. Il est suivi par le CLSM qui vient largement derrière avec 29,35% du taux de réussite.

Dans la capitale, le taux de réussite est bien faible. Dans l’arrière-pays, l’on déplore des tendances similaires. A l’instar de Makokou où ce premier tour s’est soldé par un taux de réussite d’environ 15% alors qu’au centre Lema à Franceville, il est de 20%.

Sur les raisons de ces résultats catastrophiques, l’on pointe un doigt accusateur sur la crise postélectorale marquée par d’interminables grèves ayant secoué le secteur de l’éducation. D’autant plus que les cinq mois de débrayage ont plutôt contribué à raccourcir l’année scolaire.

«Les résultats du baccalauréat cette année sont catastrophiques. On s’y attendait. Lors des corrections, plusieurs de mes collègues ont constaté comme moi une baisse du niveau des candidats», se lamente un enseignant rencontré à Libreville ayant requis l’anonymat. Au ministère de l’Education nationale, l’on annonce une communication des officiels à la fin du processus.

Les épreuves de rattrapages ont débuté mardi et se poursuivent jusqu’à vendredi. Samedi, on aura une idée des résultats du second tour.

FIN/INFOSGABON/FM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Baccalauréat 2017 au Gabon : Près de 90% d’échecs au premier tour est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon – OAPI : Mission accomplie pour Paulin Edou Edou

InfosGabon - mer, 02/08/2017 - 11:55

Libreville, Mercredi 2 Août 2017 (Infos Gabon) – Le Gabonais vient de passer la main à son successeur, après dix années de bons et loyaux services passées à la tête de cette institution panafricaine basée à Yaoundé au Cameroun.

En quittant l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI), Paulin Edou Edou a le sentiment d’une mission bien remplie. Au terme des dix ans comme directeur général, il a officiellement cédé le lundi 31 juillet 2017 le fauteuil de directeur général de cette institution panafricaine à l’Ivoirien Denis Bouhoussou Loukou.

Le nouveau patron aura comme adjoint, le Centrafricain Jean-Baptiste Noël Wago et Serigne Momar Nasir Toure de nationalité sénégalaise au poste de contrôleur financier. Cette nouvelle administration a été désignée en fin 2016 au cours d’une session du conseil d’administration de l’OAPI, une institution regroupant 17 pays africains d’expression française.

Après dix années de bons et loyaux services, le Gabonais s’en va le cœur léger. A l’heure du bilan, il affirme avoir contribué à la modernisation de l’institution pour en faire l’une des plus fiables, mais aussi l’une des plus respectées en matière de gestion de la propriété intellectuelle dans le monde.

«Je laisse une institution totalement transformée. Je voudrais, pour illustrer mon propos, citer trois domaines majeurs qui ont connu cette transformation au cours de mes mandatures. D’abord sur le plan infrastructurel, on peut citer la construction de ce nouveau siège qui orne désormais le paysage urbain de la capitale du Cameroun et la rénovation de l’ancien bâtiment. Au niveau de l’infrastructure virtuelle, le chantier de la numérisation de toutes nos archives, notamment les archives techniques est en cours. La numérisation va, à terme, induire une véritable révolution dans notre capacité à rendre l’information disponible pour nos usagers. Elle permettra aussi de mettre hors de danger la mémoire de notre organisation», affirme-t-il.

La mission de Paulin Edou Edou a également porté sur la transformation apportée au niveau des ressources humaines. «J’ai sans cesse œuvré à placer la formation au centre de mon action, d’abord pour le personnel de l’organisation, mais également pour de nombreux cadres de nos Etats-membres, voire au-delà. Pour ce faire, il a été mis en place un programme de Master II en propriété intellectuelle, en collaboration avec l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) et l’Université de Yaoundé II. Je voudrais enfin souligner que je pars en laissant une OAPI en excellente santé financière», se réjouit le Gabonais.

Son autre chantier consistait également à la démythification de la propriété intellectuelle à travers une communication de charme et tous azimuts. «Cela a-t-il suffi à inciter les uns et les autres à protéger leurs créations ? Je ne peux être affirmatif dans l’absolu. Toutefois, l’on peut observer que d’années en années, le nombre de demandes de marques va croissant, pour ne parler que de cet objet», relève-t-il.

Quant à l’avenir, Paulin Edou Edou parle d’une future décennie plus radieuse pour l’OAPI. «Ma conviction se fonde sur l’ensemble des chantiers entrepris et qui, je ne peux en douter, vont continuer avec mon successeur. Il s’agit par exemple de la ratification du nouvel accord révisé, de l’achèvement du chantier de numérisation de nos archives techniques, de l’interconnexion entre le siège et les centres de documentation en propriété intellectuelle dans les Etats membres, sans oublier le dépôt électronique des demandes de titres – brevets, marques – qui sera bientôt une réalité à l’OAPI», souhaite le directeur général sortant de l’OAPI.

«Notre organisation a résolument pris le cap de la modernisation pour devenir l’un des offices les plus fiables et les plus respectés au monde. Nous en avons posé les bases. Je reste optimiste pour l’avenir de l’OAPI et souhaite vivement qu’elle continue de relever les défis du monde moderne. Qu’elle reste comme je le dis souvent, ce véritable laboratoire d’analyses capable d’aborder, sans complaisance, ni complexe, les questions de développement en rapport avec la propriété intellectuelle», conclut M. Edou Edou.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon – OAPI : Mission accomplie pour Paulin Edou Edou est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : Les clients de La Poste rappelés à l’ordre

InfosGabon - mer, 02/08/2017 - 11:34

Libreville, Mercredi 2 Août 2017 (Infos Gabon) – L’entreprise invite ses abonnés à se faire enrôler à défaut de voir leurs boites postales scellées.

Des équipes techniques sillonnent depuis lundi les différents bureaux de La Poste SA de Libreville à l’effet de procéder au changement de serrures des boîtes postales des clients. Cette décision du président directeur général de cette structure concerne aussi bien les clients indélicats que ceux en règle.

Par le biais d’un communiqué, Michael Adandé demande aux uns et aux autres de se faire enrôler au risque de voir leurs boîtes tout simplement scellées. Selon le programme établi par les dirigeants de La Poste SA, l’opération vise en premier lieu ceux des clients dont les numéros des boites postales varient de 1 à 3 000. Le reste suivra.

Pour conserver leurs boîtes postales, les abonnés devront fournir des justificatifs. D’après ledit texte, les entreprises sont appelées à présenter «la clé de la boite postale, la fiche circuit, les statuts juridiques, la délégation de pouvoir et la pièce d’identité du mandataire, et justificatifs du paiement».

Quant aux particuliers, ils doivent fournir «la clé, la carte nationale d’identité, le passeport, le permis de conduire ou la carte de séjour». Mais, de l’avis de bon nombre de personnes, l’opération pourrait porter injustement préjudice à certains abonnés actuellement absents du pays pour des vacances d’autant plus que le délai accordé aux clients pour se conformer qui va du 31 juillet au 25 août prochain s’avère court.

FIN/INFOSGABON/FM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : Les clients de La Poste rappelés à l’ordre est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Pharmacies du Gabon : Les fonds sont disponibles à la CNAMGS

InfosGabon - mer, 02/08/2017 - 11:17

Libreville, Mercredi 2 Août 2017 (Infos Gabon) – La Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale invite ces prestataires à passer dans ses services pour se faire payer.

Les responsables des pharmacies agréées à la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS) peuvent passer à la caisse. Dans un communiqué daté du 27 juillet 2017, le directeur général de cette structure invite ces officines à aller percevoir les sommes à elles dues pour les prestations accordées aux assurés.

Le Pr Michel Mboussou a tenu à les rassurer que le dysfonctionnement survenu dans la chaine de paiement et qui a causé des perturbations dans l’apurement d’une ardoise de plus de 4 milliards de francs CFA, n’est désormais qu’un triste souvenir. Il a donc tenu à leur faire savoir que les fonds étaient disponibles dans ses services où elles pouvaient aller toucher.

Suite aux désagréments subis par certains usagers qui se sont vu refuser des prestations par certaines pharmacies, il a tenu à s’excuser auprès de ses partenaires.

Cette sortie du DG de la CNAMGS intervient alors que le syndicat national desdits établissements projetait déjà une suspension des prestations aux assurés. Selon le Pr Michel Mboussou, les conventions signées avec les pharmacies prévoient des dispositions pertinentes en vue de résoudre d’accord-parties pour toutes les difficultés inhérentes à l’exécution de ces contrats.

Avec l’appui des pouvoirs publics, la CNAMGS entend poursuivre de manière permanente et efficace ses missions en matière de protection sociale des assurés.

FIN/INFOSGABON/FM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Pharmacies du Gabon : Les fonds sont disponibles à la CNAMGS est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Pages