Actualités Gabon

Gabon : Le dialogue politique rentre en gare

InfosGabon - jeu, 25/05/2017 - 11:26

Libreville, Jeudi 25 Mai 2017 (Infos Gabon) – Ouverte le 28 mars dernier, la grand-messe se referme ce vendredi au cours d’une cérémonie de remise officielle du rapport final des assises au président de la République, Ali Bongo Ondimba.

Le président de la République, Ali Bongo Ondimba, reçoit ce vendredi 26 mai 2017 des mains d’Emmanuel Issoze Ngondet, président du bureau du dialogue politique, le rapport final de ces assises.

Cette cérémonie prévue à la présidence de la République constituera le clou d’une longue réflexion ouverte le 28 mars dernier sur l’avenir du Gabon. Initié par le chef de l’Etat dans l’optique d’apaiser un climat politique délétère, consécutif à une élection présidentielle querellée, cette grande palabre a donné lieu à des débats vifs, houleux et parfois électriques entre participants. Sans que cela ne dégénère.

Tout au long des travaux qui se sont déroulés en deux phases, une phase citoyenne consacrée à la société civile, et une autre politique, réservée à la classe politique, les points d’achoppements ont beaucoup plus porté sur la limitation du mandat présidentiel et le mode de désignation du président de la Cour constitutionnelle, la plus haute juridiction du pays. Alors que les uns voulaient que le mandat présidentiel soit limité à deux et que le président de la Cour constitutionnelle ne soit plus nommé par le chef de l’Etat, les autres s’y opposaient farouchement.

Les réformes des institutions et de la consolidation de l’Etat de droit démocratique, et des réformes électorales. La révision de la Constitution, notamment la durée des mandats politiques : mandat présidentiel, mandat de député, mandat sénatorial et mandat local; au mode de désignation, à la durée du mandat des membres de la Cour constitutionnelle et les missions de celle-ci, la réforme du Conseil national de la démocratie comme cadre permanent du dialogue et de la concertation politique et l’élaboration d’une loi de programmation judiciaire sont autant de questions qui ont été dignes d’intérêt et déchaîné parfois les passions.

Mais, dans un esprit patriotique et avec une volonté affichée des uns et des autres de tourner la page triste des émeutes post-électorales qui ont vu tomber des vies et des biens saccagés, les participants ont fini par taire leurs égos dans l’intérêt supérieur de l’Etat.

Les 14 jours de prorogation démontre donc à suffisance cette volonté réelle des Gabonais de fumer définitivement la paix, de se pardonner et de renouer d’avec le vivre-ensemble si cher au président Ali Bongo Ondimba.

Au moment où l’on s’apprête à tirer le rideau sur le dialogue politique, plusieurs résolutions ont été adoptées par les commissaires. L’acte du dialogue a été signé dans la nuit de mercredi à jeudi à 1 heure du matin. Au final, ces pourparlers voulus à cœur ouvert par les autorités gabonaises, ont permis aux uns et aux autres de s’exprimer librement sur l’avenir du pays, sur leurs frustrations et leurs attentes.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : Le dialogue politique rentre en gare est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : Le village écologique « Edock City » place l’homme au cœur du développement

InfosGabon - jeu, 25/05/2017 - 10:24

Libreville, Jeudi 25 Mai 2017 (Infos Gabon) – En procédant à l’inauguration le samedi 20 mai dernier de la première cité écologique rurale de Viafè, la première Dame du Gabon, Sylvia Bongo Ondimba a indiqué que cette initiative place l’homme au cœur du développement tout en respectant l’héritage précieux qu’est la nature.

Petite bourgade située à une soixantaine de kilomètres de Mitzic, dans le Woleu-Ntem, la première cité rurale écologique a été exclusivement bâtie en douze mois à l’aide de plusieurs essences de bois gabonais, notamment l’Okoumé, le Kévazingo, le Movingui, le Moabi, le Mbilinga, l’Azobe, l’Ozigo et d’autres bois divers.

Si pour la première Dame du Gabon, ce projet offre aux populations de la localité des habitations décentes et construites dans une perspective de développement durable, Andrew Crépin Gwodock a, en sa qualité de Président d’Honneur, parrain de l’Association G2025, fait observer qu’il s’agit de donner un nouveau visage aux villages, de favoriser le retour de la vie et des activités économiques en milieu rural.

« Les maisons dites écologiques fabriquées vont favoriser le retour de la vie et des activités économiques en milieu rural en développant un nouveau secteur d’emplois dans le secteur forêt-bois, tout en suscitant des vocations chez les jeunes dans le domaine de la construction verte », a indiqué Andrew Crépin Gwodock.

A l’invitation de l’association Gabon 2025, Mme Sylvia Bongo Ondimba a procédé à la traditionnelle coupe du ruban et au dévoilement de la plaque de la cité. C’était, en présence de plusieurs membres du gouvernement notamment le vice-Premier ministre Bruno Ben Moubamba.

Cette cité qui comprend 10 logements, est entièrement équipée du dispositif Solarbox destiné à l’approvisionnement des habitations en électricité à partir de panneaux solaires. A l’occasion de cette cérémonie, cinq logements ont été offerts aux familles bénéficiaires, avec la remise officielle des clés de leurs habitations.

Le porteur du projet, l’ancien ministre délégué des Eaux et Forêts, le Dr Andrew Crépin Gwodock et des personnalités de la localité.

FIN/INFOSGABON/FM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : Le village écologique « Edock City » place l’homme au cœur du développement est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : Des parcelles pour construire huit prisons modernes

InfosGabon - jeu, 25/05/2017 - 09:48

Libreville, Jeudi 25 Mai 2017 (Infos Gabon) – Au total, c’est près de 363,47 hectares de parcelles qui ont été mises à la disposition de la Sécurité pénitentiaire. La répartition a été faite de la manière suivante : Les villes d’Oyem (40.6 ha), Lambaréné (50 ha), Franceville (54.32 ha), Koulamoutou (53.9 ha), Mouila (36.39 ha), Tchibanga (36.36 ha), Port-gentil (43.9 ha) et Makokou (48 ha).

C’est le vice-Premier ministre en charge de l’Urbanisme, de l’habitat social et du logement, qui a procédé à la remise des attestations d’attribution des 363,42 hectares (ha) de parcelles au ministre de la Justice, garde des sceaux, Alexis Boutamba Mbina. Les sites, a dit Bruno ben Moubamba, vont servir pour la construction des unités carcérales de nouvelles générations dotées des aires des jeux et des zones dédiées aux exercices militaires.

Ils seront également consacrés à la construction des logements décents pour le personnel pénitencier et des bâtiments administratifs.

La construction de huit prisons modernes dans les capitales provinciales de l’intérieur du pays, selon Bruno Ben Moubamba, survient à la suite d’une demande de partenariat du Commandement en Chef de la Sécurité pénitentiaire adressée au Ministère de l’Urbanisme via le Centre Technique de l’Habitat en vue de trouver des sites sur l’ensemble du territoire gabonais.

M. Moubamba reste d’avis que ces sites vont servir à la construction des unités carcérales de nouvelles générations comme indiqué ci-haut.

Pour ne pas connaître les désagréments des années antérieures, il serait judicieux que les autorités gabonaises libèrent les financements nécessaires pour la construction de nouvelles unités carcérales répondant aux normes internationales en vigueur. Sinon le risque est grand d’une utilisation irrationnelle de ces attestations (titres fonciers).

FIN/INFOSGABON/TW/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : Des parcelles pour construire huit prisons modernes est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

La Chine veut accélérer son soutien au développement du Gabon

InfosGabon - jeu, 25/05/2017 - 09:14

Libreville, Jeudi 25 Mai 2017 (Infos Gabon) – Conduite par le vice-président du Comité permanent de l’Assemblée nationale de Chine, Ji Bingxuan, une délégation parlementaire chinoise était en visite de travail au Gabon dans le cadre d’une tournée panafricaine.

C’est une visite de travail dans la capitale gabonaise qui vient consolider l’amitié entre les deux pays. « Une occasion aussi de réaffirmer notre engagement à accompagner le Gabon vers le développement », a laissé entendre le parlementaire chinois à la sortie d’une séance de travail avec les députés gabonais.

Au siège de l’Assemblée nationale gabonaise, le palais Léon Mba, construite par la Chine au début des années 2000, les parlementaires chinois ont visité un palais partiellement détruit lors des violences postélectorales de septembre 2016.

Au cours d’un tête à tête avec le président de l’Assemblée nationale gabonaise, Richard Auguste Onouviet, la Chine s’est engagée, dans le plus bref délai, à rénover ce palais qui fait la beauté de Libreville et se présente comme l’un des symboles emblématiques de la coopération sino-gabonaise.

Se rendant au palais du Sénat, une autre réalisation de la Chine, juste après le palais de l’Assemblée nationale, les parlementaires chinois ont abordé le sujet de la coopération entre les deux parlements. Il était question, dans cette haute chambre du parlement gabonais, de trouver les voies et moyens permettant de développer davantage les échanges commerciaux entre les deux pays. Des entretiens porteurs d’espoir avec les sénateurs notamment la présidente du Sénat gabonais, Lucie Milebou Aubusson.

Avant de quitter Libreville le mardi, le responsable chinois et la délégation qui l’accompagne ont au préalable visité plusieurs infrastructures réalisées par la Chine. Il s’agit notamment du Stade de l’amitié Sino-gabonaise d’Angondjé d’une capacité de 44.000 places. Ce stade livré en 2012 a déjà accueilli deux phases finales de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football, en 2012 et en 2016.

M. Ji Bingxuan a indiqué que son pays reste disposé à accentuer et accélérer son soutien au développement du Gabon en renforçant la coopération dans les domaines de la santé, de l’éducation, des infrastructures routières et sportives, des logements sociaux et de l’aménagement urbain. La Chine et le Gabon ont établi leurs relations diplomatiques en 1974.

FIN/INFOSGABON/PM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article La Chine veut accélérer son soutien au développement du Gabon est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : A Tchibanga, leProcureur a jeté un syndicaliste en prison

InfosGabon - jeu, 25/05/2017 - 07:41

Libreville, Jeudi 25 Mai 2017 (Infos Gabon) – Cyprien Moungouli, délégué provincial de la Nyanga de l’ex Convention nationale des syndicats du secteur éducation (CONASYSED, a été transféré lundi dernier à la prison centrale de Tchibanga.

Dans un communiqué rendu public de cette coalition syndicale interdit par le gouvernement, le syndicaliste est poursuivi pour outrage à magistrat. Cyprien Moungouli avait été interpellé et gardé à vue le 18 mai dernier. Mais, la CONASYSED dit le contraire.

Selon le Syndicat, son membre avait voulu avoir des informations sur l’évolution de sa plainte contre le comité des sages de la Nyanga. Le bureau provincial de la CONASYSED avait, en effet, porté plainte contre ces sages (coupables) de menaces de mort contre ses membres durant la grève nationale organisée par cette coalition syndicale.

L’ordre d’emprisonner le syndicaliste de Tchibanga étant donné par le Procureur, les membres dénoncent cet acharnement contre les leaders de la CONASYSED et ses membres qui ne font que revendiquer leurs droits les plus absolus ? Comment comprendre qu’un accusateur se retrouve en prison avant même le procès contre son agresseur ? S’interroge un syndicaliste à Libreville.

FIN/INFOSGABON/TW/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : A Tchibanga, leProcureur a jeté un syndicaliste en prison est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : « Ensemble Pour la République » voit le jour

InfosGabon - lun, 22/05/2017 - 17:03

Libreville, Lundi 22 Mai 2017 (Infos Gabon) – Ce parti politique créé par Dieudonné Minlama Mintogo ne se situe ni dans l’opposition ni dans la majorité. Son leader, qui est un ancien candidat à l’élection présidentielle du 27 août 2016, ne compte pas rester en marge des prochains défis du Gabon.

A la faveur d’une déclaration qu’il a faite le 20 mai 2017, à Libreville, Dieudonné Minlama Mintogo a annoncé la création de son parti politique : « Ensemble Pour la République » qui rentre dans la droite ligne de l’engagement politique décliné le 20 juin 2015, au Collège Ntchoréré avec son mouvement citoyen la Convention Nationale de l’Interposition.

Même si l’appartenance politique du nouveau parti politique n’a pas été révélée, Ensemble Pour la République est présenté comme une «formation centriste» tout en participant au dialogue politique convoqué par le président Ali Bongo Ondimba.

L’orateur a invité la société civile, les jeunes, les femmes à rejoindre son aventure. «Mon expérience m’enseigne que les grands défis ne se gagnent pas à travers les luttes sectorielles, mais à travers le combat politique. Ensemble nous réussirons».

Dieudonné Minlama Mintogo de faire remarquer que son expérience l’enseigne que la critique stérile et la politique de la chaise vide n’emmènent nulle part. Seuls ceux qui osent comptent.

Le nouveau parti, selon son fondateur, est ouvert à toutes les Gabonaises et Gabonais. «C’est l’espace dans lequel je vous invite à mener le débat politique, économique, moral, culturel, social et sportif», a-t-il précisé.

M. Minlama Mintogo souligne que la classe politique gabonaise est vieillissante. Pour lui, le Gabon a besoin de renouveau, de nouvelles figures, de nouveaux leaders, d’un nouveau leadership pour affronter les défis de l’heure.

Ainsi, son parti politique « Ensemble Pour la République » entend non seulement participer aux prochaines joutes électorales, mais aussi à la gouvernance du pays à tous les échelons avec l’arrivée de nouvelles figures, des jeunes, des femmes et de nouveaux leaders au sein de la classe politique et dirigeante du pays.

Pour Dieudonné Minlama Mintogo, son positionnement procédait du constat de la crise due à la mauvaise gouvernance et à l’incapacité des acteurs politiques à surmonter leurs divergences. Le pays étant plongé dans une situation intenable, il a pris cette résolution de continuer le combat.

Faut-il dire que c’est le même constat de la misère et le désespoir dans lequel vivent les populations qu’il avait décidées de se porter candidat à l’élection présidentielle avec son projet de société «Mes engagements pour un Gabon nouveau».

Fruit de plusieurs compatriotes, ce parti politique « Ensemble Pour la République » prévoit un congrès constitutif dans les tout prochains jours. Ses leaders invitent les différentes couches sociales du pays à rejoindre leur parti.

En ce qui concerne la tenue du dialogue initié par le président Ali Bongo Ondimba, M. Minlama Mintogo s’est dit convaincu qu’à travers ce dialogue les Gabonais vont enregistrer des avancées importantes en matière de démocratie, d’organisation des élections, de l’Etat de droit, de la modernisation de l’Etat et de la réconciliation nationale.

FIN/INFOSGABON/TW/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : « Ensemble Pour la République » voit le jour est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : Lin Mombo désigné nouveau président du Conseil des régulateurs africains

InfosGabon - lun, 22/05/2017 - 16:22

Libreville, Lundi 22 Mai 2017 (Infos Gabon) – En marge du sommet (Transform Africa), dédié aux villes intelligentes et au développement accéléré de celles-ci, Lin Mombo, le président de l’Autorité de régulation du Gabon a été désigné nouveau président du Conseil des régulateurs africains à Kigali, au Rwanda.

D’après les organisateurs, cette désignation procède de la réalisation par le Gabon, «de différents projets portant sur la mise en place d’infrastructures numériques sur l’ensemble du territoire, permettant le développement d’une large gamme de services, et favorisant un saut qualitatif majeur dans les services sociaux».

Faut-il préciser que la mise en place d’un environnement technologique et d’un cadre juridique continental permettant d’agir sur la transformation de l’Afrique en un marché numérique unique et compétitif, constitue la principale mission du Gabonais.

Président de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes du Gabon (Arcep), Lin Mombo est par ailleurs président exécutif de l’Assemblée des régulateurs de télécommunications de l’Afrique centrale (Artac).

FIN/INFOSGABON/TW/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : Lin Mombo désigné nouveau président du Conseil des régulateurs africains est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Dialogue national au Gabon : Suspension minime des travaux mais tout est revenu à la normale

InfosGabon - lun, 22/05/2017 - 15:43

Libreville, Lundi 22 Mai 2017 (Infos Gabon) – Les concertations du dialogue politique au Gabon se sont poursuivies vendredi 19 et samedi 20 mai 2017 au stade d’Angondjé.

Pour couper court à l’information qui a circulé sur le net et dans une partie de la presse sur un prétendu départ de l’opposition des travaux du Dialogue, le Comité d’organisation du dialogue politique a rendu public un communiqué indiquant qu’à la commission n°1, il a été observé une suspension minime des travaux mais tout est revenu à la normale.

Le refus des membres de la majorité de «faire des concessions » aurait conduit, les responsables de la délégation de l’opposition au dialogue politique, René Ndemezo’o Obiang et Séraphin Ndaot Rembogo de demander aux membres de la commission 1 de se retirer des assises du stade de l’Amitié à Angondjé.

Ce désaccord serait suscité par le statut du Conseil national de la Démocratie (CND). Les délégués de l’opposition sollicitent que l’institution devienne une institution constitutionnellement à la même facture que le Conseil d’Etat ou encore la Cour constitutionnelle, avec une «une plus grande prise en compte de ses avis sur les questions politiques».

Une proposition que les représentants de la majorité n’entendent pas satisfaire. Les concessions de ce camp politique proche d’Ali Bongo Ondimba ne cède qu’à «minima».

Ce dysfonctionnement de courte durée, explique le Comité, ne concerne pas l’ensemble des participants de l’opposition présents dans les autres commissions qui, poursuivent normalement les débats dans leurs groupes de travail. A l’instar de la commission n°3 sur la modernisation de la vie publique.

« Pour rappel, en cas de désaccord, le code de bonne conduite prévoit que les commissions concernées sollicitent le Bureau du Dialogue politique afin de trouver un accord. Si cette sollicitation n’est pas favorable à l’ensemble des parties ou une des parties, en ce moment les facilitateurs peuvent intervenir pour une issue définitive. Mais pour le moment, il ne s’agit pas de cela, les deux parties ont retrouvé le chemin de la discussion », souligne le communiqué.

Mieux vaut la fin que le commencement, dit-on, le Dialogue politique initié par le président Ali Bongo Ondimba tire vers sa fin. Sauf changement de dernière minute, la date de clôture est fixée au 25 mai prochain. Les différents commissaires s’attèlent actuellement à rendre les conclusions des thématiques soumises à leurs réflexions.

FIN/INFOSGABON/FM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Dialogue national au Gabon : Suspension minime des travaux mais tout est revenu à la normale est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : Les magistrats en grève attendent les discussions avec la tutelle

InfosGabon - lun, 22/05/2017 - 15:12

Libreville, Lundi 22 Mai 2017 (Infos Gabon) – La décision de paralyser l’appareil judiciaire sur l’ensemble du pays, a été prise le 17 mai dernier au palais de justice de Libreville.

Le syndicat national des magistrats gabonais (Synamag) n’est pas satisfait par rapport aux avancées concrètes dans le traitement de leur dossier et regrette la légèreté avec laquelle cette question est abordée par le gouvernement.

Le Syndicat national des magistrats gabonais fait observer qu’il s’agit d’une attitude d’indifférence affichée par la tutelle face à leurs revendications. D’où cette reprise du mouvement de grève générale, suspendu depuis un trimestre. Ce, en conformité avec la décision de l’assemblée générale ordinaire tenue le 11 mai 2017 d’entrer en grève illimité avec service minimum limité à certaines tâches, sur l’ensemble du territoire.

Selon le président du Synamag, le service minimum est limité à l’examen des dossiers mis en délibéré pour ce qui concerne l’ordre judiciaire. Les parquets de la République et les cabinets d’instruction ne traiteront que des nouvelles procédures pénales, des prolongations de la détention préventive, des démarches de mise en liberté.

Pour ce qui est de l’ordre administratif, du tribunal administratif de Libreville, de la Cour d’appel administrative, la décision est prise, seule l’instruction des dossiers en cabinet va continuer. Tandis que dans l’ordre financier, le service minimum est limité et porte sur les délibérations des dossiers mis en délibéré, l’instruction en cabinet, les chambres de conseil et les conseils de direction.

Par ailleurs, le président du Synamag a indiqué que tout au long de la période d’arrêt de travail, un piquet sera observé par tous les magistrats au palais de justice de chaque ville. Et pour le cas de Libreville, les piquets de grève se tiendront chaque mardi et jeudi à l’immeuble de batterie IV, Conseil d’État, cour des Comptes, tribunal administratif, cour d’appel administratif, ministère de la Justice.

Germain Nguema Ella estime que la poursuite de la grève ne met pas un terme aux discussions et négociations avec la tutelle. Le syndicat reste donc ouvert et attend des discussions avec la tutelle, a-t-il précisé.

FIN/INFOSGABON/FM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : Les magistrats en grève attendent les discussions avec la tutelle est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : La zone de libre-échange continentale préoccupe Ali Bongo Ondimba et Fatima Acyl

InfosGabon - lun, 22/05/2017 - 14:54

Libreville, Lundi 22 Mai 2017 (Infos Gabon) – C’est ce qui ressort de l’entretien que les deux personnalités ont eu le 18 mai 2017 au palais du bord de mer, à Libreville.

La zone de libre-échange continentale, la libre circulation des personnes et des biens ainsi que l’intégration économique et sous régionale étaient au menu de l’audience que le président de la République gabonaise, Ali Bongo Ondimba, a accordée jeudi dernier à la vice-présidente de la Commission de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC).

L’occasion a été donnée à Mme Fatima Acyl d’aborder au cours de cet entretien, un certain nombre de points notamment la situation qui prévaut actuellement au Gabon, sa collaboration avec l’ancien Premier ministre gabonais, Daniel Ona Ondo et la Commission de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale. Les échanges entre les deux personnalités ont été, selon les observateurs, très fructueux.

Ali Bongo Ondimba, en sa qualité de président en exercice de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), a donné des directives claires et des orientations sur la nécessité pour les états africains de diversifier leurs économies.

Une diversification qui doit passer, comme c’est le cas dans notre pays, par la transformation locale des matières premières. Cette question est, par ailleurs, plus que jamais d’actualité compte tenu de la crise économique qui touche les pays de la sous-région, et qui est en partie due à la chute du prix du baril de pétrole.

A noter que Mme Fatima Acyl est en poste depuis le mois de mars dernier. Elle seconde le professeur Daniel Ona Ondo qui a été porté à la tête de la Commission de la CEMAC le 17 février 2017.

FIN/INFOSGABON/TW/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : La zone de libre-échange continentale préoccupe Ali Bongo Ondimba et Fatima Acyl est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : Baisse du budget primitif de la mairie de Libreville

InfosGabon - lun, 22/05/2017 - 14:14

Libreville, Lundi 22 Mai 2017 (Infos Gabon) – Adopté à plus de 26 milliards de F CFA pour l’année 2017, Rose Christiane Ossouka justifie la baisse du budget de la Mairie de Libreville, par le contexte économique actuel du pays qui impose beaucoup de prudence.

Le budget primitif est arrêté en recettes et en dépenses à 26.096.004.056 FCFA contre vingt-six milliards sept cent quatre-vingt-cinq millions cinq cent vingt-sept (26.785.525.687 francs CFA) francs CFA en 2016. C’est ce qu’a dit l’édile de Libreville, Rose Christiane Ossouka, par ailleurs présidente du Conseil municipal.

Ce budget prévoit les réalisations de plusieurs actions notamment les études et enquêtes économiques, en vue de finaliser le recensement des opérateurs économiques débuté en 2015 et de nouvelles études prescrites par le bureau du conseil municipal.

Il sera aussi question d’une dotation budgétaire pour l’accélération du processus d’adressage de la ville de Libreville, le versement des parts patronales et les salaires auprès des organismes de sécurité sociale et les régularisations de cotisations dues aux agents déjà admis à la retraite, la retraite d’une cinquantaine d’agents atteints par la limite d’âge, la médecine de travail, la réévaluation des salaires, l’entretien des cimetières de Mindoubé et Lalala, ainsi que le prix de l’arrondissement le plus propre.

De même certaines dépenses prioritaires liées aux actions sociales en faveur des populations ne sont pas oubliés. Il s’agit notamment de l’achat des médicaments et des vaccins dans le but d’approvisionner les unités sanitaires municipales réhabilitées et les produits phytosanitaires pour la lutte antirabique à Libreville ainsi que les différentes campagnes de sensibilisation sur l’insalubrité et les constructions anarchiques.

Outre la subvention des équipements, le budget prend en compte, l’assistance aux écoles publiques puis, la régularisation de la dette aux fournisseurs. Y compris des actions sociales en faveur des personnes économiquement faibles en l’occurrence, l’aide aux personnes du troisième âge en situation de précarité, le soutien à la scolarisation des enfants issus des milieux défavorisés, la bourse d’Excellence en récompense aux cents meilleurs élèves de la commune de Libreville des écoles publiques et conventionnelles, et le soutien des agents communautaires infectés par le VIH/SIDA, dans le cadre de la sensibilisation des personnes malades.

FIN/INFOSGABON/FM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : Baisse du budget primitif de la mairie de Libreville est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Dialogue : Une nouvelle carte politique du Gabon se dessine

InfosGabon - lun, 22/05/2017 - 13:36

Libreville, Lundi 22 Mai 2017 (Infos Gabon) – Les discussions vont bon train à la commission 2 relative aux ‘’Réformes électorales. Les débats passionnés ont abouti à des réformes sur un redécoupage électoral en perspectives.

Le bureau du dialogue politique pourrait avoir, après adoption, un autre regard du paysage politique sur les 47 départements que compte le Gabon comme base pour les sièges des sénateurs.

Le mode choisi à la commission 2 est simple. Il a été proposé la diminution des sièges des sénateurs et l’augmentation de ceux des députés. A ces réformes électorales, une exception est faite pour le département de l’Abanga-Binié qui pourrait avoir deux sièges et une pondération dans certains départements et communes.

Il va s’en dire que la Chambre haute du parlement, le Sénat, ne sera pas supprimée comme souhaité pendant la phase citoyenne, mais connaîtra une diminution de ses élus.

Dans le fait, l’on note que l’évolution démographique justifie le nouveau découpage électoral du Gabon qui se dessine en perspectives contrairement à ce qui a été fait à la Conférence Nationale.

Faut-il rappeler que le Gabon n’a pas connu, en 1990, un découpage électoral. Tout porte à croire qu’avec le cheminement normal dans le processus de l’élaboration de la loi au niveau des institutions du pays, une nouvelle loi est attendue sur le découpage électoral au Gabon.

FIN/INFOSGABON/PM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Dialogue : Une nouvelle carte politique du Gabon se dessine est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : Ali Bongo Ondimba favorable à une révision du code de nationalité

InfosGabon - lun, 22/05/2017 - 13:11

Libreville, Lundi 22 Mai 2017 (Infos Gabon) – Sauf changement de dernière minute, le Gabon deviendra le premier pays africain à reconnaître un droit au retour en faveur des descendants des déportés africains. Pour faciliter le retour des descendants d’esclaves, le Gabon entend réviser son code de nationalité.

Au terme d’une rencontre au palais présidentiel avec une délégation des afro-descendants venus au Gabon pour participer à un colloque sur la décennie des afro-descendants décrétée par l’ONU en 2014, le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba a laissé entendre le vendredi 18 mai 2017 qu’il est favorable à une révision du code de nationalité de son pays.

Il s’agit pour le numéro un gabonais d’y introduire une disposition spécifique permettant de faciliter l’accès à la nationalité gabonaise des descendants des déportés africains durant plusieurs siècles d’esclavage.

Les participants à ce colloque co-organisé par l’ONU et le Centre international des civilisations bantu (CICIBA) ont réfléchi sur tous les voies et moyens pour arriver à un accord historique entre les descendants des esclaves africains et les peuples noirs d’Afrique.

Dans la déclaration de Libreville publiée au terme de ce colloque, Libreville s’est engagée de réviser son code de nationalité pour faciliter l’accès à la nationalité gabonaise aux afro-descendants qui en exprimeraient le besoin.

A noter que la capitale gabonaise doit son nom de Libreville à la libération des esclaves sur sa côte. Elle faisait suite à l’abolition de l’esclavage dans les années 1800.

FIN/INFOSGABON/TW/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : Ali Bongo Ondimba favorable à une révision du code de nationalité est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Antchouet Ambourhouet : « Aucun cas de maladie à virus Ébola n’est déclaré au Gabon »

InfosGabon - lun, 22/05/2017 - 12:38

Libreville, Lundi 22 Mai 2017 (Infos Gabon) – Le Gabon a fait face vendredi dernier à une fausse alerte d’une maladie à virus ébola. Les autorités aériennes gabonaises ont été alertées de la présence abord d’un aéronef d’un passager malade.

Mais, le diagnostic retenu, après une intervention qui a duré 3 heures, est celui d’une gastro-entérite non fébrile par toxi-infection alimentaire.

Intervenant vendredi soir sur le plateau de la télévision nationale gabonaise (Gabon Télévision), le Directeur général de la Santé, le docteur Anne Marie Antchouet Ambourhouet s’est exprimée en ces termes : « A son arrivée, l’aéronef a été isolé vers une zone prévue pour ce genre de cas. Dès que l’alerte a été donnée, une réunion de crise a été tenue à l’aéroport à laquelle ont participé le comité de riposte aux épidémies au niveau central, le ministère de la Santé, un expert de l’OMS, le service de santé militaire, les autorités aéroportuaires ainsi que les services de l’aviation civile ».

D’après elle, les différentes équipes opérationnelles ont procédé à la prise de température par thermo-flash de tous les passagers et des membres de l’équipage, à l’enquête épidémiologique de rigueur en pareille circonstance, à la classification du patient, aux prélèvements de routine, à la désinfectassions des sanitaires de l’aéronef et à la communication de circonstance pour expliquer aux passagers les procédures en cours et les rassurer.

Le docteur Antchouet Ambourhouet a fait savoir que le passager n’est pas suspect de maladie à virus d’ébola. Il a reçu un traitement anti-diarrhéique et les prélèvements d’usage ont été faits ainsi que le recommande le règlement international.

Selon les informations recueillies, le patient a pris un repas à base de poisson qui n’était pas frais et qui lui a donné, dans les heures qui ont suivi, une gastro-entérite avec une diarrhée et des vomissements.

Aucun patient n’a été gardé en isolement. Les coordonnées ont été prises pour avoir une traçabilité en cas de besoin. L’avion a pu redécoller par la suite.

A ce jour, aucun cas suspect de maladie à virus Ébola n’est déclaré au Gabon, a-t-elle insisté.

FIN/INFOSGABON/FM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Antchouet Ambourhouet : « Aucun cas de maladie à virus Ébola n’est déclaré au Gabon » est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : Le courant ne passe plus entre le maire et le conseil municipal

InfosGabon - dim, 21/05/2017 - 23:51

Libreville, Dimanche 22 Mai 2017 (Infos Gabon) – La gestion des ressources financières du maire Claude Michel Sezalory pour le compte de l’exercice 2015, suscite des réactions en sens divers. Le bon climat, la collaboration franche et le respect des uns et des autres ne sont plus au rendez-vous actuellement au sein du conseil municipal de la commune d’Akanda.

Les conseillers municipaux ont pris l’initiative de réclamer au maire Sezalory, les justificatifs de toutes les dépenses de la mairie couvrant cette période.

Mais ce dernier a été, malheureusement, dans l’impossibilité de fournir les précieux documents comptables. Une situation qui a conduit à un véritable malaise lors de la session d’adoption du budget.

L’ensemble des conseillers municipaux, au vue de l’incapacité du maire à produire lesdits justificatifs qui lui avaient été demandés, ont décidé à l’unanimité de rejeter l’adoption dudit compte.

Un état de fait plus inquiétant, puisqu’il laisse penser à une gestion hasardeuse des deniers publics octroyés pour le fonctionnement de la municipalité.

Au regard des insuffisances observées et les comptes de la municipalité qui sont flous, les membres du conseil municipal exigent au préalable que la lumière leur soit faite sur le compte administratif 2015.

A noter qu’une commission ad’hoc a été mis en place pour examiner et soumettre à nouveau toutes ces insuffisances au conseil municipal à l’occasion d’une assemblée générale extraordinaire.

FIN/INFOSGABON/TW/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : Le courant ne passe plus entre le maire et le conseil municipal est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : huit exploitans gabonais interdits de survoler l’espace européen

InfosGabon - jeu, 18/05/2017 - 02:04

Libreville, Mercredi 17 Mai 2017 (Infos Gabon) – Plusieurs compagnies aériennes gabonaises figurent sur la liste noire de l’Union européenne. Ces compagnies sont interdites de vols commerciaux sur son territoire pour non-respect des normes internationales en matière de sécurité aérienne.

Sans surprise, Afrijet et Nouvelle Air Affaires Gabon échappent à cette décision et sont autorisées sous certaines conditions. Ce qui revient à dire que huit exploitants gabonais sont frappés d’interdiction et figurent sur la liste des mauvais élèves de l’aviation civile européenne.

Au moment où des efforts remarquables sont enregistrés dans différents pays africains notamment au Bénin et au Mozambique où la presque totalité des compagnies aériennes ont quitté cette liste noire européenne, les exploitants gabonais ont toujours maille à partir avec les normes de sécurité aérienne mondialement admises.

Les experts de l’aviation européenne ont sanctionné plus de 181 compagnies aériennes qui sont interdites de vol en Europe. La liste noire des transporteurs aériens interdits en Europe, plus qu’un baromètre, est un véritable indicateur de l’observation des normes internationales de sécurité aérienne.

Les compagnies qui ne figurent pas sur cette liste, peuvent se frotter les mains pour leurs gages de professionnalisme et de conformité aux normes internationales. Parmi les compagnies gabonaises crochées, on trouve Aviation, Allegiance Air Tourist, Nationale Regionale Transport (NRT), Sky Gabon, Solenta Aviation Gabon, et Air Tropical qui voient leurs aéronefs interdits de survol de l’espace aérien européen.

Chez Afrijet, deux aéronefs de type Falcon 50 et deux autres de type Falcon 900 échappent à cette interdiction d’exploitation européenne. Certains des aéronefs de Afrijet Business Service et Nouvelle Air Affaires Gabon (SN2AG) ont été épargnés et sont autorisés de vol.

Du coté de Nouvelle Air Affaires Gabon (SN2AG), seuls un avion de type Challenger CL-601 et un autre de type HS-125-800 ont été autorisés.

A noter que les experts européens ont mis à jour cette liste noire à l’issue d’une rencontre qui a eu lieu du 25 au 27 avril dernier. C’est en partie établi par les recommandations des autorités locales des pays concernés.

Ainsi, sur les 181 compagnies de cette liste rouge, 174 y sont répertoriées en raison du manque de respect des normes de sécurité relevé par leur propre nation (indexation de 16 pays au total).

FIN/INFOSGABON/TW/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : huit exploitans gabonais interdits de survoler l’espace européen est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : Le conseiller juridique du DG de l’OPRAG limogé

InfosGabon - jeu, 18/05/2017 - 01:46

Libreville, Mercredi 17 Mai 2017 (Infos Gabon) – Le conseiller juridique du directeur général de l’Office des ports et rades du Gabon (Oprag) vient d’être démis de ses fonctions. Athanase Ndoye Loury a brillé par des absences répétées non autorisées et non justifiées à son poste de travail.

Rigobert Ikambouayat Ndeka dit avoir eu la tête de son conseiller pour non-respect de l’article 6 de son contrat de travail et des propos discourtois et impétueux à l’endroit de son supérieur hiérarchique. Il a été rayé des effectifs de l’Oprag.

Selon la décision portant résiliation du contrat de travail datée du 6 mai dernier et publiée par l’hebdomadaire La Loupe dans son édition du 16 mai, il est notamment reproché au conseiller juridique ses «absences répétées non autorisées et non justifiées à son poste de travail», le «non-respect de l’article 6 de son contrat de travail».

Mais également, des «propos discourtois et impétueux à l’endroit de son supérieur hiérarchique». Des faits sur lesquels le conseiller juridique n’a pu s’expliquer, alors qu’une occasion lui a été donnée à cet effet.

«Vous avez été (…) convoqué à un entretien préalable le 27 avril 2017 dernier, à 10 heures, au bureau du directeur administratif et du personnel pour vous expliquer sur les fautes professionnelles que vous avez commises. L’Oprag n’a donc pas vos explications sur les faits qui vous sont reprochés», peut-on lire dans un courrier du patron de l’Oprag, daté du 8 mai, et adressé à Athanase Ndoye Loury.

De sources proches de l’Oprag, il nous revient que cette éviction du conseiller de Rigobert Ikambouayat Ndeka découle de l’animosité entre les deux hommes. En effet, le patron de l’Oprag soupçonnait Athanase Ndoye Loury de militer pour son éviction.

Une machination à laquelle serait également associé Ambroise-Germain Banas. Ce dernier aurait été identifié comme l’auteur de la rumeur d’une suspension de ses fonctions, fin mars dernier, du directeur général de l’Oprag.

Selon La Loupe, Rigobert Ikambouayat Ndeka donné partant sur la dernière semaine de mars dernier, «a bénéficié d’un petit sursis grâce à ses réseaux dans la sphère présidentielle». Après le départ du Conseil juridique, le PCA serait lui aussi dans le collimateur du DG.

FIN/INFOSGABON/TW/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : Le conseiller juridique du DG de l’OPRAG limogé est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon / Foncier : La solution qui vient du gouvernement

InfosGabon - sam, 13/05/2017 - 10:47

Libreville, Samedi 13 Mai 2017 (Infos Gabon) – Les 160 personnes délogées à Mveng Ayong et Marseille 2 ont été recasées sur cet espace près du stade de l’amitié sino-gabonaise d’Angondjé.

Le gouvernement vient de trouver une solution au casse-tête que représentaient jusque-là les personnes déguerpies de Mveng Ayong et de Marseille 2 à la parcelle UY 8.

Sur instruction du président de la République, le vice-Premier ministre en charge de l’Urbanisme, de l’Habitat social et du Logement a décidé de leur attribuer ladite parcelle. Il s’agit au total de 160 bénéficiaires à qui a été attribué cet espace qui a fait l’objet des convoitises il y a quelque temps.

Mais, Bruno Ben Moubamba leur a fait savoir au cours d’une récente rencontre que 30 autres personnes se sont ajoutées à cette liste. Même si M. Moubamba estime que «cette question sociale est désormais derrière nous», il invite tout de même les personnes concernées au respect des règles en matière d’urbanisation.

«Les déguerpis vont avoir ce qu’ils voulaient mais à condition de respecter un cahier des charges contraignant. On ne peut pas construire un quartier sous intégré autour d’un investissement structurant comme le stade de l’Amitié sino-gabonaise.»

Le vice-Premier ministre a par la suite donné un canevas à suivre avant toute installation. «Une fois que vous avez votre attestation, vous devez aller voir la direction générale de l’urbanisme et des affaires foncières, qui vous indiquera l’endroit où vous devez vous installer. Après cela, vous pouvez vous rapprocher de l’ANUTTC, qui marquera la scission nécessaire devant faire qu’au bout d’un ou deux ans vous procédiez aux investissements», a-t-il indiqué.

Selon lui, toute construction d’habitation devra être précédée d’un permis de bâtir de la municipalité.

FIN/INFOSGABON/FM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon / Foncier : La solution qui vient du gouvernement est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : Une trentaine de cliniques illégales fermées

InfosGabon - sam, 13/05/2017 - 10:27

Libreville, Samedi 13 Mai 2017 (Infos Gabon) – Le gouvernement juge non conformes à la réglementation ces cabinets sanitaires (cliniques) privés.

La Direction Générale de Recherche (DGR) de la gendarmerie nationale vient de procéder à la fermeture d’une trentaine de cliniques privées jugées illégales.

Cette fermeture de masse intervient à la suite d’une plainte déposée par le ministère de la Santé. Pour les autorités en charge de la santé, ces cabinets sanitaires qui proliféraient déjà à travers le pays commençaient à devenir un véritable problème de santé publique parce que non conformes à la réglementation en matière d’ouverture et de fonctionnement et devenaient des mouroirs pour les patients.

Face à ce désordre ambiant, le gouvernement a décidé de sonner la fin de la récréation dans ce secteur pris en otage par les clandestins. Pour le Pr Léon Nzouba, il était donc plus qu’urgent de mettre un terme à cette incurie.

Le ministre de la Santé explique que ces cliniques ne remplissent pas les conditions requises pour pratiquer la médecine. Il dénonce aussi le fait que les médecins et paramédicaux en service sont dans leur majorité des expatriés non qualifiés ou sont détenteurs de fausses autorisations et d’aucuns ne sont pas reconnus par les pairs.

Cette situation est à l’origine de nombreux décès dans ces structures sanitaires et dont le dernier en date remonte à début avril dernier dans un cabinet d’accouchement de «Venez-voir» à la suite de la mort d’un bébé mutilé.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : Une trentaine de cliniques illégales fermées est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Panthères du Gabon : Didier Ovono prend sa retraite

InfosGabon - sam, 13/05/2017 - 09:54

Libreville, Samedi 13 Mai 2017 (Infos Gabon) – Le gardien de but de l’équipe nationale de football, Didier Ovono, a décidé de prendre sa retraite internationale.

Les supporters des Panthères du Gabon l’ont appris en parcourant la version en ligne de Jeune Afrique. Dans une interview accordée au magazine panafricain, Didier Ovono annonce avoir décidé de mettre un terme à sa carrière internationale.

A la question de savoir s’il sera présent dans la cage de l’équipe nationale en match amical à Libreville le 3 juin contre la Zambie et en qualifications le 10 juin au Mali pour la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2019, le portier gabonais réponds en ces termes : «Non. Je crois que le moment est venu de prendre du recul par rapport à la sélection, et de laisser la place aux jeunes. Cela fait quatorze ans que je suis international. J’ai disputé quatre phases finales de Coupe d’Afrique des nations [en 2010, 2012, 2015, et 2017, NDLR], j’ai plus de 100 sélections. J’ai beaucoup donné à mon pays, qui m’a aussi beaucoup apporté. C’était un honneur de jouer pour le Gabon.»

L’absence de club la saison prochaine et le poids de l’âge à l’origine de cette décision. «J’ai 34 ans, et je suis en fin de contrat avec Ostende. Cela veut dire qu’au moment où je vous parle, je n’ai pas de club pour la saison prochaine. Ma priorité, c’est donc de retrouver une équipe. Si je pars en sélection fin mai, je ne serai pas en situation pour trouver un club», explique-t-il.

Gardien d’Ostende en Belgique, Didier Ovono dit avoir subi des pressions avec ce club du fait de son choix de disputer la dernière CAN organisée au Gabon. «Oui, notamment cette année. J’avais décidé d’aller disputer la CAN. Pour moi, il était inconcevable de ne pas jouer cette compétition avec le Gabon, chez moi, dans mon pays. Les dirigeants d’Ostende ne voulaient pas que j’y aille, mais j’y suis allé. À l’époque, l’autre gardien d’Ostende, Silvio Proto, était blessé. Le club a donc engagé un autre gardien en mon absence, ce qui était logique», avoue-t-il.

«Je n’ai plus joué. Pas un seul match. De numéro 1, je suis devenu numéro 3. Les matchs, je les ai regardés depuis le banc ou les tribunes. C’est une situation difficile à vivre. Le club est celui qui donne un salaire tous les mois aux joueurs. C’est un choix à faire que de partir pour participer à la CAN, en pleine saison. Je peux comprendre que certains joueurs hésitent à rejoindre leur sélection, car ils peuvent perdre leur place en revenant», regrette le gardien de but des Panthères.

Pour remédier à cette situation, il souhaite une harmonisation des calendriers. «Pour les dates de la CAN, je pense qu’il vaudrait mieux la faire jouer en juin, comme l’Euro. Il y a aussi une autre question à se poser : souvent, les sélections africaines jouent plusieurs matchs en juin. Des matchs amicaux, et des matchs qualificatifs pour la CAN ou la Coupe du monde. Prenez l’exemple d’un joueur qui termine son championnat en Europe vers le 21 mai. Il va rejoindre sa sélection vers le 27, et sa sélection va disputer deux matchs jusqu’au 10 juin. Il aura moins de vacances, alors qu’il est fatigué par la saison. Il faudrait peut-être terminer plus tôt», suggère-t-il.

Didier Ovono raccroche ainsi avec les Panthères après 106 sélections. En fin de contrat avec Ostende, il a des états de service au Salvador, au Portugal, en Géorgie et en France où il a passé une carrière professionnelle bien remplie.

FIN/INFOSGABON/TW/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Panthères du Gabon : Didier Ovono prend sa retraite est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Pages