Actualités Gabon

Crise post-électorale au Gabon : Libreville ne cèdera à aucune pression étrangère

InfosGabon - mer, 25/10/2017 - 11:00

Le gouvernement a rappelé lundi que le Gabon n’acceptera aucune injonction de l’Union européenne sur la question.

Cet article Crise post-électorale au Gabon : Libreville ne cèdera à aucune pression étrangère est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : L’Etat verse 31 milliards de francs CFA à la SEEG

InfosGabon - mer, 25/10/2017 - 09:08

Le gouvernement a signé lundi avec la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) une convention en vue de la régularisation d’une partie substantielle de sa dette vis-à-vis de cette entreprise.

Cet article Gabon : L’Etat verse 31 milliards de francs CFA à la SEEG est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon – FMI : On évalue la situation économique

InfosGabon - mer, 25/10/2017 - 08:58

La mission du Fonds monétaire international qui séjourne actuellement à Libreville passe au crible les perspectives de croissance, la situation des balances de paiement et les perspectives de l’économie gabonaise.

Cet article Gabon – FMI : On évalue la situation économique est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : BGFIBank dévoile son nouveau dispositif commercial

InfosGabon - mar, 24/10/2017 - 15:34

La cérémonie organisée à Libreville a permis une présentation de nouveaux produits devant accompagner la nouvelle approche commerciale.

Cet article Gabon : BGFIBank dévoile son nouveau dispositif commercial est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon numérique : Bilie By Nze rencontre Abdeslam Ahizoune

InfosGabon - mer, 18/10/2017 - 13:19

Libreville, Mercredi 18 Octobre 2017 (Infos Gabon) – Le ministre de la Communication et le président du directoire du groupe Maroc Telecom ont échangé sur le premier territoire d’implantation de la norme 4G en Afrique centrale.

Alain-Claude Bilie By Nze et Abdeslam Ahizoune

De passage à Abidjan en Côte d’Ivoire à la faveur du lancement officiel de la nouvelle campagne institutionnelle de Maroc Telecom, actionnaire majoritaire de Gabon Telecom, Alain-Claude Bilie By Nze a rencontré Abdeslam Ahizoune.

Le ministre gabonais de la Communication, de l’Economie numérique, de la Culture et des Arts et Traditions et le président du directoire du groupe Maroc Telecom ont échangé sur «Gabon numérique», premier territoire d’implantation de la norme 4G en Afrique centrale et de déploiement de la fibre optique.

«Avec près de 55 millions de clients répartis dans dix pays en Afrique (Bénin, Burkina Faso, Centrafrique, Côte d’Ivoire, Gabon, Mali, Maroc, Mauritanie, Niger et Togo), le groupe Maroc Telecom continue d’affirmer sa position d’acteur majeur pour l’essor des télécommunications et le développement économique sur le continent, en s’inscrivant parfaitement dans le cadre de la politique de coopération économique Sud-Sud du Royaume du Maroc», a déclaré le patron du groupe marocain.

La multinationale chérifienne a l’ambition d’associer son image continentale à Teddy Riner, judoka français qui est l’une des plus grandes figures du sport toujours en activité, double champion olympique et 9 fois champion du monde.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon numérique : Bilie By Nze rencontre Abdeslam Ahizoune est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : Le gouvernement fixe le cap

InfosGabon - mer, 18/10/2017 - 13:04

Libreville, Mercredi 18 Octobre 2017 (Infos Gabon) – La dernière rencontre entre le chef de l’Etat et l’ensemble du gouvernement a permis d’échanger sur des sujets majeurs.

Immigration de qualité et coopération médicale

Conseil des ministres

Dans le souci d’ouvrir davantage le Gabon aux investissements directs étrangers et à une immigration de qualité, le conseil des ministres a décidé de l’application immédiate du régime dérogatoire en matière d’établissement de visas d’entrée au Gabon en faveur des ressortissants des Etats-membres du G20 d’une part, et a confirmé l’engagement pris par le pays pour la libre circulation des personnes et des biens approuvée par les instances de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC).

Ali Bongo Ondimba et son gouvernement n’ont pas caché à l’occasion leur satisfaction quant à la réussite des résultats de la caravane médicale effectuée par le navire médical chinois du 1 er au 08 octobre 2017 à Libreville. Le communiqué final ayant sanctionné la rencontre parle d’un «succès matérialisé par la forte mobilisation des populations ainsi que les résultats obtenus; lesquels dépassaient les prévisions faites».

L’opération en question s’inscrivait dans le domaine de la coopération agissante impulsée par le chef de l’Etat et a permis à 6 000 patients de bénéficier gracieusement de consultations aussi bien en médecine générale, qu’en soins spécialisés. Notamment en ophtalmologie, dermatologie, stomatologie, orthopédie et urologie.

Sur présentation du ministre d’Etat à la santé, il a été approuvé l’organisation, en partenariat avec le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) et l’Organisation mondiale de la santé (OMS), d’une campagne de vaccination de la poliomyélite qui s’étendra du 18 au 21 octobre 2017 sur toute l’étendue du territoire national.

Loi des finances 2018

La rencontre de jeudi dernier a également permis au conseil des ministres d’adopter le projet de Loi de Finances pour l’exercice 2018. «Les orientations du projet de budget pour l’exercice 2018 s’inscrivent dans le cadre du Plan de relance de l’économie (PRE) défini par le gouvernement ainsi que l’accord signé entre l’Etat Gabonais et le Fonds monétaire international (FMI) en Juin 2017, pour une durée de trois (3) ans», poursuit le communiqué.

Dans ce contexte, le gouvernement entend articuler sa politique budgétaire autour de l’effort de mobilisation des recettes fiscales et douanières; la maîtrise et l’assainissement des dépenses publiques, notamment l’apurement de la dette intérieure et la maîtrise de la masse salariale tout en préservant les secteurs prioritaires; la poursuite de la politique sociale du gouvernement.

Pour tenir compte de ces différentes préoccupations, le projet de budget de l’Etat au titre de l’année 2018, s’équilibre en recettes et en dépenses de l’ordre de plus de 2.688 milliards de francs CFA. Soit une baisse de plus 171 milliards de francs. Le conseil des ministres mise sur une amélioration des recettes par l’effet du renforcement des opérations de mobilisation des recettes fiscales et douanières. Quant aux dépenses, elles seraient plafonnées à plus de 2 milliards de francs, soit une hausse de 146 milliards de francs CFA.

«Cette augmentation est essentiellement liée à la comptabilisation de la contrepartie des recettes affectées», précise le communiqué. Mais il convient de relever que le gouvernement entend accorder une priorité aux investissements avec une hausse budgétaire de 11,6 milliards de F par rapport à l’exercice budgétaire 2017. «Il est à préciser que les dépenses d’investissement seront consacrées principalement au renforcement de la politique de développement des infrastructures et aux services sociaux de base», mentionne le communiqué final lu par le Porte-parole du gouvernement, Alain-Claude Bilie By Nze.

Election d’un sénateur

Le conseil des ministres a également adopté des deux projets de décrets. Notamment celui fixant la date limite de dépôt des déclarations de candidature à l’élection partielle d’un sénateur du premier arrondissement de la Commune d’Oyem, province du Woleu-Ntem, et celui portant ouverture de la campagne électorale et convocation du collège électoral en vue de l’élection d’un sénateur.

La date limite de dépôt des déclarations de candidature est fixée au mardi 24 octobre 2017 à 18 heures. Alors que la campagne électorale sera ouverte le mercredi 08 novembre 2017 à 00 heure et close le vendredi 10 novembre 2017 à 24 h. Le collège électoral est convoqué quant à lui le samedi 11 novembre 2017. Le scrutin se déroulera de 7 h et à 18 h.

FIN/INFOSGABON/PM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : Le gouvernement fixe le cap est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Entrepreneuriat : La Fondation Tony Elumelu veut repenser l’Afrique

InfosGabon - mer, 18/10/2017 - 12:51

Libreville, Mercredi 18 Octobre 2017 (Infos Gabon) – Le troisième Forum organisé les 13 et 14 octobre derniers à Lagos au Nigeria a mis en exergue la volonté de cette organisation philanthropique et dynamique à impulser le développement du continent.

forum annuel de l’entrepreneuriat de la Fondation Tony Elumelu

Exit le troisième Forum annuel de l’entrepreneuriat de la Fondation Tony Elumelu (FTE). Organisé les 13 et 14 octobre derniers à Lagos au Nigeria, cette rencontre a connu la participation de 1 300 petites et moyennes entreprises africaines, décideurs, incubateurs de 54 pays du continent. Initié en 2015, ce Forum est présenté comme étant le regroupement le plus diversifié et le plus inclusif d’entrepreneurs africains et touche plusieurs secteurs d’activités, notamment l’agriculture, la technologie, la santé, la mode et l’énergie/génération d’énergie.

Définie comme étant la plus importante organisation philanthropique d’Afrique dédiée à la cause entrepreneuriale, la Fondation Tony Elumelu a pour ambition d’investir au cours d’une décennie 100 millions de dollars dans l’identification, la formation, l’encadrement et le financement de 10 000 entrepreneurs du continent dans le cadre du programme TEF Entrepreneurship.

Tony Elumelu appelle à un éveil de la jeunesse africaine

Président de la United Bank for Africa (UBA), le philanthrope Tony Elumelu reste convaincu que le développement du continent africain passe nécessairement par un secteur privé dynamique.

«Le développement de l’Afrique, qui doit être dirigé par le secteur privé et axé sur l’esprit d’entreprise, aura pour fondement de jeunes innovateurs africains et leurs idées transformatrices. Ainsi, ils créeront les millions d’emplois dont l’Afrique a besoin. Le Forum a réuni la plus importante force de développement de l’Afrique, ses jeunes entrepreneurs qui deviendront des catalyseurs de la libération économique de l’Afrique. Nous avons réuni l’écosystème de l’entrepreneuriat africain, mettant les entrepreneurs au centre de la scène. Je tiens à remercier les chefs de gouvernement et les autres décideurs politiques qui ont soutenu notre conviction que le secteur privé est le moteur de la croissance et ses acteurs sont des modèles de notre philosophie de l’afrocapitalisme. Ce changement doit apporter une richesse économique et sociale», a-t-il relevé.

Ce troisième Forum annuel de l’entrepreneuriat de la Fondation Tony Elumelu constitué de panels en séances plénières et de masterclasses a servi de plateforme d’échange aux participants pour établir des liens entre eux, mais également établir des liens avec des chefs d’entreprise, des décideurs et des investisseurs. Les conférenciers qui ont focalisé leur réflexion sur le thème de la formation et du mentorat, ont échangé sur des sujets relatifs à l’éducation, à la responsabilité et ont inspiré les entrepreneurs sur les différentes étapes clés à franchir pour pouvoir réussir le lancement d’une entreprise.

A l’occasion, un accent a été mis sur le rôle de la FTE dont l’objectif est d’unir les entrepreneurs et les décideurs politiques afin de mettre en place une synergie entre secteurs privé et public visant à créer le meilleur environnement opérationnel possible pour que l’entrepreneuriat prospère.

Secteurs public et privé : un partenariat gagnant

Des dirigeants politiques et des acteurs du secteur privé de toute l’Afrique n’ont pas boudé le plaisir d’assister à ce rendez-vous annuel organisé dans la capitale économique nigériane. Son excellence Aminu Bello Masari, gouverneur de l’Etat de Katsina, Son excellence Abdulaziz Abubakar Yari, gouverneur de l’Etat de Zamfara, Lionel Zinsou, ancien Premier ministre du Bénin, Oba Otudeko, président de Honeywell Groupn, Alhaji Aliko Dangote, président du groupe Dangote, ont entretenu les participants sur les conditions nécessaires pour stimuler la croissance entrepreneuriale.

Les membres seniors des institutions mondiales de développement à l’instar de Wale Ayeni, Senior Investment Office de la Société financière internationale, Stephen Tio Kauma, directeur des ressources humaines à Afrexim Bank et André Hue, directeur de pays adjoint à l’Agence française de développement ont abordé un nouveau paradigme, motivé par la nécessité d’un changement mené par le secteur privé.

«Le secteur privé travaillant avec le secteur public peut réaliser tellement de choses par le biais du développement. Les gouvernements africains devraient aller au-delà de la rhétorique et mettre en œuvre leurs idées», a déclaré Oba Otudeko.

Présent également à ce forum, le vice-président du Nigeria, le professeur Yemi Osinbajo a affirmé que «cette génération de jeunes fera l’exceptionnel. Vous êtes la raison pour laquelle l’Afrique va travailler. La longueur et la largeur de l’exposition du talent ont montré qu’il y a effectivement de l’espoir».

A l’occasion, de multiples partenariats ont été noués. Notamment entre le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et la Fondation Tony Elumelu, et entre la Banque de développement bilatérale française, l’Agence française de développement (AFD) et le TEF.

Tout en rendant un vibrant hommage aux deux agences pour leur engagement à promouvoir l’entrepreneuriat des jeunes en Afrique, le fondateur de la FTE en a profité pour inviter d’autres individus et institutions de développement à s’associer à la Fondation et à élargir l’ampleur de son impact.

«Nous appelons nos amis d’Afrique à s’associer à la Fondation, afin d’augmenter notre impact au-delà des 1 000 entrepreneurs par an. Il existe une réelle opportunité à puiser dans le potentiel de l’Afrique et nos entrepreneurs offrent une porte à la fois à la réussite économique et à la création de richesse sociale».

Ce troisième Forum annuel de l’entrepreneuriat de la Fondation Tony Elumelu a également servi de tribune aux partenaires du TEF, dont Microsoft, Sage One et Greentec, d’organiser des ateliers de formation et des événements parallèles visant à développer stratégiquement les activités. La United Bank for Africa (UBA) s’est félicitée d’avoir été associée à cet important évènement continental.

FIN/INFOSGABON/PM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Entrepreneuriat : La Fondation Tony Elumelu veut repenser l’Afrique est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon / Gagan Gupta : «Tout le monde trouve son compte à Owendo»

InfosGabon - mar, 17/10/2017 - 22:40

Libreville, Mardi 17 Octobre 2017 (Infos Gabon) – Président d’Olam Gabon, il revient sur les dessous de l’arrangement avec le groupe Bolloré au sujet de la gestion du port d’Owendo et évoque les espoirs que suscite l’ouverture de cette infrastructure pour l’économie gabonaise.

Gagan Gupta (photo Jeune Afrique)

Dans une interview exclusive accordée au magazine panafricain, Jeune Afrique, Gagan Gupta se prononce sur la mise en service récente du port d’Owendo. D’entrée de jeu, le président de Gabon Special Economic Zone (GSEZ), initiateur de la rénovation de cette infrastructure, tient à lever toute équivoque sur la crise entre son groupe et le groupe Bolloré Transport & Logistics au sujet de la gestion du nouveau port.

En clair, entre les deux multinationales, le ciel est désormais sans nuages après l’accord trouvé sous l’égide de l’Etat gabonais. «Selon les termes de l’accord, il est prévu que Bolloré investisse sur le terminal à nos côtés, mais je ne peux pas vous dire pour quel montant. Bolloré réclamait le respect de la concession signé pour 20 ans, mais pour cela, il a été nécessaire de définir le périmètre exact de la convention signée en 2007. C’est ce que l’accord trouvé entre GSEZ et Bolloré, supervisé par l’État gabonais, a tenté de réaliser. Les pouvoirs publics souhaitent disposer d’infrastructures efficaces et compétitives et ils ont estimé que Bolloré disposait de toute l’expertise pour les opérer», a-t-il déclaré.

Tous bénéficiaires

Sur les retombées que suscite cet arrangement, il affirme que les différentes parties trouvent chacune son compte. «Tout le monde ! L’État parce qu’il dispose d’un port moderne sans avoir dépensé un franc. Dans un contexte portuaire des plus concurrentiel dans la région, le coût des activités sur Owendo a déjà diminué de 40 % depuis son démarrage en juillet, c’est donc un gain net pour l’économie du pays. On peut penser que, grâce à ces tarifs, les trafics à l’export qui ne sortaient pas par le Gabon, le feront désormais. C’est ce qu’il s’est passé avec notre port minéralier.

Suite à la diminution des temps de manutention et des prix, à hauteur de 50 %, les entreprises qui ne pouvaient pas exporter faute de compétitivité peuvent aujourd’hui le faire. Bolloré est également gagnant parce qu’il conserve et même renforce son activité conteneurisée dans le pays. Enfin GSEZ gagne, car sa stratégie reste concentrée sur le vrac agricole. Et l’accord lui permet aujourd’hui d’être associé à un partenaire qui connaît parfaitement l’activité conteneurs en Afrique», a expliqué le président de GSEZ.

Outil de relance économique au Gabon

L’interviewé a également évoqué les différents trafics qui seront traités à l’export sur la plateforme portuaire d’Owendo. «Essentiellement les produits en provenance de la zone économique de Nkok, susceptibles d’être conteneurisés. C’est-à-dire à 90 % du bois transformé.

Avant la mise en place de cette zone, le pays ne comptait que 4 entreprises de transformation. Il y en a aujourd’hui 45, rien que sur Nkok et 32 autres sont en cours d’installation sur cette zone qui a profondément modifié le secteur du bois au Gabon. D’ici trois ans, elle pourrait abriter quelques 180 usines, quelques-unes gabonaises, mais la grande majorité en provenance d’Asie», a rassuré Gagan Gupta. Confiant, il dit ne pas redouter la concurrence que pourrait entraîner la proximité des ports de Kribi au Cameroun et de Pointe-Noire au Congo.

«Le port d’Owendo n’est pas un port de transbordement. Il ne capte pas les grands flux continentaux, mais les produits liés au marché gabonais, à l’import comme à l’export. Il n’y a donc aucune concurrence à attendre avec les autres terminaux portuaires. A moins que les volumes traités à Owendo n’augmentent significativement pour attirer d’autres grandes lignes maritimes. Tout est question de volume. Et s’ils sont à Owendo demain, alors les compagnies maritimes s’y arrêteront», affirme-t-il.

Il a également confié qu’en dehors du Gabon, Olam International nourrit d’autres ambitions en matière portuaire et logistique ailleurs à travers le continent. «Oui, mais je ne peux rien annoncer. Le Gabon a été une première expérience pour nous, dans ce domaine, en Afrique. Et maintenant que nous disposons de toute l’expertise nécessaire, bien sûr que nous regardons, où, dans les 28 pays où nous sommes présents sur le continent, nous pourrions faire la même chose», a-t-il indiqué.

Avec ou sans Bolloré? «Nous verrons au cas par cas. Nous connaissons bien ce groupe, pour utiliser déjà ses services au Cameroun, en Côte d’Ivoire. Tout dépend des contextes propres à chaque pays et à chacune de nos activités», a conclu Gagan Gupta.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon / Gagan Gupta : «Tout le monde trouve son compte à Owendo» est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Agences publiques au Gabon : Le temps des comptes

InfosGabon - mar, 17/10/2017 - 22:28

Libreville, Mardi 17 Octobre 2017 (Infos Gabon) – Le directeur de cabinet du président Ali Bongo Ondimba, Brice Laccruche Alihanga vient d’entamer une série de rencontres avec les responsables de ces structures afin de dresser le bilan depuis leur création.

Brice Laccruche Alihanga vient d’entamer une série de rencontres avec les responsables de ces structures afin de dresser le bilan depuis leur création.

L’heure du bilan aurait-elle sonné pour les agences publiques au Gabon? S’achemine-t-on inexorablement vers un audit général de ces structures mises en place il y a cinq ans par le chef de l’Etat? Toutes ces questions taraudent les esprits quelques jours seulement après le passage au palais du bord de mer de Libreville d’Alex Bernard Bongo Ondimba.

Le directeur général de l’Agence nationale des infrastructures numériques et des fréquences (ANINF) a été reçu en audience vendredi dernier par le directeur de cabinet du président de la République. Il lui a été demandé de fournir un ensemble de documents relatifs aux différentes réalisations opérées par son agence.

Après lui, d’autres responsables sont annoncés pour faire le point avec M. Alihanga sur le fonctionnement des structures dont ils ont la charge. Les visiteurs devront répondre aux questions suivantes : «Où en est-on ?» «Quelles sont les difficultés rencontrées par ces structures?» L’objectif étant d’identifier leurs forces et faiblesses.

Le directeur de cabinet du président de la république a laissé entendre que le Chef de l’Etat s’impatiente. «Le chef de l’Etat exige des résultats concrets et rapides. Aujourd’hui, nous n’acceptons plus les retards», a précisé Brice Laccruche Alihanga.

On se souvient que lors du dialogue politique initié par le président Ali Bongo Ondimba, les membres de la Commission 4, abordant de la consolidation de la paix et de la cohésion nationale, étaient partagés sur la question de savoir s’il fallait supprimer ces différentes structures directement rattachées à la présidence de la République et présentées comme des ministères bis ou s’il fallait plutôt les redéfinir et les restructurer conformément à un projet gouvernemental? Seul l’avenir répondra avec précision à toutes ces interrogations.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Agences publiques au Gabon : Le temps des comptes est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : L’AJEV annoncée à Libreville et Owendo

InfosGabon - mar, 17/10/2017 - 22:15

Libreville, Mardi 17 Octobre 2017 (Infos Gabon) – A l’initiative du directeur de cabinet du président de la République, Brice Laccruche Alihanga, sont organisées ce mercredi des consultations ophtalmologiques et remet gratuitement des lunettes médicales sur ces deux sites.

AJEV offre des soins et lunettes

Heureux qui comme les populations de Libreville et d’Owendo souffrant de problèmes oculaires vont accueillir ce mercredi 18 octobre la caravane de Brice Laccruche Alihanga. Par le biais de l’Association des jeunes émergents volontaires. Le directeur de cabinet du chef de l’Etat va offrir des consultations gratuites d’ophtalmologie et procéder à la remise des lunettes médicales aux patients entre 9h30 et 17h30.

Les lunettes seront offertes gratuitement aux premiers patients en raison de 60 par jour. A Libreville, la cérémonie est prévue au rond-point de Nzeng-Ayong. Alors qu’à Owendo, les patients devront se retrouver au carrefour SNI pour bénéficier de la gratuité des soins qui seront assurés par des médecins chevronnés.

Par cet acte de générosité, Brice Laccruche Alihanga vient tout simplement confirmer tout le bien qu’on a toujours pensé de lui en faveur des couches sociales pauvres. Ce qui est conforme à la politique de partage prônée par le Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba.

FIN/INFOSGABON/TW/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : L’AJEV annoncée à Libreville et Owendo est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : La trêve sociale expliquée aux syndicalistes de la Fesyrefaa

InfosGabon - mar, 17/10/2017 - 21:51

Libreville, Mardi 17 Octobre 2017 (Infos Gabon) – Le ministre de la Fonction publique, Jean-Marie Ogandaga s’est entretenu lundi avec les responsables de la Fédération des syndicats des régies financières et des administrations assimilées sur son bien-fondé.

Jean-marie Ogandaga et les syndicalistes

Dans le but d’obtenir la trêve sociale souhaitée par le président Ali Bongo Ondimba, le ministre de la Fonction publique a poursuivi lundi le dialogue avec la Fédération des syndicats des régies financières et des administrations assimilées (FESYREFAA). Pour Jean-Marie Ogandaga, l’objectif recherché par ces rencontres est d’expliquer le bien-fondé de ladite trêve sociale qui devrait s’étendre sur une période de trois ans.

En bons patriotes, les syndicalistes qui tiennent à «s’enquérir des tenants et des aboutissants de cette trêve sociale», se sont montrés favorables à la main tendue du chef de l’Etat.

Durant cet échange, le ministre de la Fonction publique s’est longuement étendu sur sa nécessité. «Parce que dans un pays comme dans un ménage, on n’est pas obligé d’être tous d’accord. Mais, même lorsqu’on n’est pas d’accord, on n’est pas obligé de mettre en danger l’essentiel», a tenu à rappeler M. Ogandaga.

«A travers la trêve sociale, nous devons matérialiser trois choses : asseoir les finances publiques sur une trajectoire durable, renforcer la compétitivité des filières économiques et rendre attractif le cadre des affaires pour renforcer l’initiative publique/privée. Or, lorsqu’il y a du bruit dans le pays, c’est difficile pour un investisseur de venir. L’économie ne s’accommode pas avec le bruit. Le Plan de relance économique que le gouvernement a initié ne peut donc se faire qu’à une condition : qu’il y ait la paix dans le pays. La paix sociale, la paix économique et toutes les autres formes de paix dont la paix du cœur», a-t-il ajouté.

Le membre du gouvernement a demandé aux syndicalistes de préparer un cahier de réalisations «réalistes» comme condition à un retour à une paix durable.

En retour, les membres de la Fédération des syndicats des régies financières et des administrations assimilées, conduite par Yves Boulingui, président de la Fesyrefaa, et Wilfried Erisco Mvou Ossialas, Vice-président et porte-parole, ont sollicité les bons offices du ministre de la Fonction publique auprès de leur hiérarchie au sujet de la crise qui les oppose à propos du mécanisme de paiement des primes.

Quant au gel des recrutements dans la Fonction publique pour une période d’un an, Jean-Marie Ogandaga a répondu qu’il s’agit d’une nécessité qui va permettre la mise en place d’une nouvelle gestion de l’agent de l’Etat.

FIN/INFOSGABON/FM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : La trêve sociale expliquée aux syndicalistes de la Fesyrefaa est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon / Owendo : Un port contre la vie chère

InfosGabon - lun, 16/10/2017 - 20:16

Libreville, Lundi 16 Ocotbre 2017 (Infos Gabon) – La nouvelle infrastructure devra contribuer à baisser le prix, accélérer la compétitivité, favoriser une diversification des partenaires, soutenir l’attractivité des investisseurs étrangers et accélérer la croissance.

Le nouveau port international d’Owendo est officiellement opérationnel depuis samedi au terme d’une cérémonie d’inauguration présidée par le président Ali Bongo Ondimba. Baptisée «Le New Owendo International Port», la nouvelle infrastructure flambant neuve affiche fière allure au large de Libreville.

Construite pendant dix-huit mois, cette mastodonte ultramoderne aura coûté 181 milliards de francs CFA et constitue une véritable porte d’entrée des marchandises au Gabon. Doté d’un quai d’accostage de plus de 600m, «Le New Owendo International Port» a une capacité d’accueil de plusieurs bateaux de grand gabarit et peut abriter jusqu’à 150 000 conteneurs et 3 millions de tonnes en une année.

Bâti sur une superficie de 18 hectares, le port d’Owendo est doté d’immenses grues portiques et de girafes pour deux positions d’amarrage, de quatre silos à grains et de sept citernes devant servir au stockage d’huile de palme.

Fruit d’un partenariat public-privé, il a mis en synergie l’Etat du Gabon, la multinationale singapourienne Olam International et Africa Finance Corporation. Selon le consortium Gabon Special Economique Zone (GSEZ), représenté à cette cérémonie par son directeur général, Gagan Gupta, ce port va contribuer à l’accélération des échanges aussi bien à l’import qu’à l’export, à la fluidité de l’activité portuaire, au renforcement de l’efficacité de l’outil portuaire et à une diminution considérable du coût de transit des conteneurs.

GSEZ Port avec Philippe Gery

Pour le président gabonais qui s’est personnellement impliqué de bout en bout dans la réalisation de ce projet, «Le New Owendo International Port» constitue un véritable motif de fierté nationale. En plus de ses 300 postes directs ouverts sur le site, il devra également contribuer à baisser le prix des produits de grande consommation, accélérer la compétitivité, favoriser une diversification des partenaires, soutenir l’attractivité des investisseurs étrangers et accélérer la croissance en vue d’un Gabon émergent à l’horizon 2025.

«Voici un instrument de lutte contre la vie chère. Un outil qui va accélérer les échanges et permettre une économie de plusieurs milliards de francs CFA par an qui devra être répercutée, in fine, sur les prix aux consommateurs. L’impact sera donc immédiat pour les Gabonaises et les Gabonais. Nous y veillerons», s’est réjoui Ali Bongo Ondimba.

Dans un hommage retentissant rendu à Olam International pour le «miracle» de cette infrastructure réalisée en un «temps record», le chef de l’Etat gabonais n’a pas manqué de rappeler combien cette multinationale singapourienne est un acteur de poids pour l’économie gabonaise.

Au groupe Bolloré, représenté à cette cérémonie d’inauguration par Cyrille Bolloré, patron de la filiale Bolloré Transport and Logistics qui assurera en partie la gestion de cette nouvelle infrastructure, le chef de l’Etat a salué «un partenaire historique qui a su s’adapter à nos exigences».

D’autant plus que la mise en service de ce port vient définitivement taire une querelle qui commençait à s’envenimer et sonner la réconciliation entre les deux multinationales. Bolloré n’ayant pas vu d’un bon œil l’arrivée d’Olam sur ce terrain jadis considéré comme étant sa chasse gardée, a cité l’Etat gabonais devant les tribunaux français pour non-respect de la convention de concession signée en mai 2007 avec l’Office des ports et rades du Gabon (OPRAG) lui concédant l’exclusivité pour une durée de 20 ans, du service public dans l’étude, l’aménagement, la gestion et l’exploitation du terminal à conteneurs du port d’Owendo.

FIN/INFOSGABON/TW/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon / Owendo : Un port contre la vie chère est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : Le budget 2018 adopté à 2 688 milliards de francs CFA

InfosGabon - ven, 13/10/2017 - 23:10

Libreville, Vendredi 13 Octobre 2017 (Infos Gabon) – Le conseil des ministres explique cette baisse de plus de 170 milliards de francs par un contexte économique difficile.

Les Gabonais devront encore serrer la ceinture. Le conseil des ministres réuni jeudi à Libreville autour du président Ali Bongo Ondimba a revu à la baisse le projet de Loi de finances de l’exercice budgétaire 2018. Celui-ci a été adopté à la somme de 2 688 milliards de francs CFA. Soit une baisse de plus de 170 milliards de francs.

Le communiqué final de ce conseil explique cette chute par un «contexte contraint» qui «s’inscrit dans le cadre d’un plan de relance de l’économie défini par le gouvernement» et un accord signé en juin 2017 avec le Fonds monétaire international (FMI). Le gouvernement envisage d’articuler sa politique budgétaire autour de «l’effort de mobilisation des recettes fiscales et douanières, la maîtrise et l’assainissement des dépenses publiques», avec des dépenses «plafonnées» à près de 2 000 milliards de francs qui devront être prioritairement affectées «aux infrastructures et aux services sociaux de base ».

C’est une vérité de Lapalisse, le Gabon est confronté à un déficit budgétaire consécutif à une chute mondiale des cours de pétrole depuis 2014. Cette mauvaise passe fait qu’aujourd’hui le pays se retrouve confronté au chômage, aux grèves à répétition avec des entreprises qui connaissent une baisse de régime lorsqu’elles ne déposent pas tout simplement le bilan.

Le Produit intérieur brut qui était de 3,9% en 2015 devrait dégringoler à 1% en 2017. L’institution de Bretton Woods qui a débloqué 642 millions de dollars, plus de 385 milliards de francs, avait jugé la situation «délicate» et exigé en contrepartie au gouvernement effort d’«assainissement budgétaire».

Avec 1,8 million d’habitants, le Gabon devra donc mettre l’accent sur la lutte contre la corruption afin de combattre efficacement les détournements massifs des fonds publics. A ce sujet, la Commission nationale de lutte contre l’enrichissement illicite (CNLCEI) a affirmé qu’entre 2006 et 2012, plus de la moitié de l’argent public a été détourné.

D’où la nécessité d’activer l’opération anti-corruption baptisée «Mamba», lancée début 2017. Même si beaucoup au Gabon y voient plutôt une opération d’épuration politique.

FIN/INFOSGABON/SW/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : Le budget 2018 adopté à 2 688 milliards de francs CFA est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : Des gendarmes chez Jean Ping

InfosGabon - ven, 13/10/2017 - 22:12

Libreville, Vendredi 13 Octobre 2017 (Infos Gabon) – Les forces de l’ordre sont allées accompagner un huissier chargé de notifier au candidat malheureux à la dernière élection présidentielle une décision de justice.

Jean Ping a reçu en sa résidence privée ce vendredi une visite inopinée pas comme les autres. Des gendarmes armés se sont rendus au domicile de l’opposant où ils sont allés accompagner un huissier de justice chargé de lui notifier une décision de justice.

Une décision qui fait suite à la condamnation de ce dernier à verser 600 millions de franc CFA à Hervé Patrick Opiangah qu’il avait cité comme commanditaire du caillassage de sa résidence en janvier 2015 par un groupe de jeunes.

Conseiller du président Ali Bongo Ondimba, Hervé Patrick Opiangah avait introduit une requête en justice contre Jean Ping pour diffamation. L’accusé qui ne s’était jamais présenté à toutes les audiences dans cette affaire, a vu ses comptes gelés au Gabon et en France. Il ne cessait de dire qu’il est la victime d’une sauvage agression.

Mais pourquoi l’huissier de justice s’est présenté au domicile de Jean Ping avec les forces de l’ordre ? La réponse est simple. La dernière fois que des gens s’étaient rendus, sans invitation, au domicile de Jean Ping, ils avaient été ligotés et roués de coups.

Et, Me Mintcho Sofiano n’a pas voulu prendre le risque de se présenter seul dans le cadre de cette saisie au domicile de l’opposant.

FIN/INFOSGABON/TW/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : Des gendarmes chez Jean Ping est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon / Owendo : Le Port de tous les espoirs

InfosGabon - ven, 13/10/2017 - 21:34

Libreville, Vendredi 13 Octobre 2017 (Infos Gabon) – Le Président Ali Bongo Ondimba inaugure samedi cette infrastructure futuriste au grand bonheur des Gabonais.

Les activités du Port d’Owendo seront officiellement lancées demain, samedi. Telle est la principale information issue du point de presse donnée mardi dernier à Libreville par le directeur des ports à Gabon Spécial Economic Zone Port (GSEZ Ports), filiale du groupe agro-industriel singapourien Olam international ltd.

Au cours de l’échange avec les hommes des médias, Philippe Gery a annoncé que l’infrastructure dont les travaux ont été lancés en février 2016, est fin prête pour entrer en activité. «Les travaux sont terminés, c’est un port construit selon les règles de l’art», a-t-il déclaré. Lesdits travaux ont, selon lui, porté essentiellement sur une extension de 220 mètres.

Baptisée « Port Général à Cargo d’Owendo», cette infrastructure est composée d’un quai à conteneurs long de 420m pouvant assurer l’accostage de deux navires au même moment. Cette plateforme portuaire a une capacité de 150 000 containers par an. Une capacité largement au-dessus du volume du Gabon qui est de 130 000 containers par an.

L’inauguration du Port Général à Cargo d’Owendo qui sera assurée par le président Ali Bongo Ondimba en personne vient définitivement clore une situation de monopole qui n’avait que trop duré et créé désormais une concurrence entre le groupe Olam et le groupe Bolloré.

Le géant français de la logistique qui dit subir les affres de cette concurrence depuis quelques mois avec la mise en service du premier segment du Port d’Owendo, s’est retrouvé dans l’obligation de baisser ses coûts d’acconage sur les produits de première nécessité à 40% et 20 % sur les produits ordinaires.

Pour sa part, GSEZ Ports a diminué de 25 % sur tous les produits. La concurrence s’annonce donc rude dans ce secteur au grand bonheur des ménages au Gabon qui n’en pouvaient plus avec la vie chère.

Le nouveau port d’Owendo est un fruit d’un partenariat public-privé entre l’Etat gabonais, Olam International et Africa Finance Corporation.

FIN/INFOSGABON/PM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon / Owendo : Le Port de tous les espoirs est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : Nzoundou Bignoumba aux commandes de la CDC

InfosGabon - jeu, 12/10/2017 - 06:57

Libreville, Jeudi 12 Octobre 2017 (Infos Gabon) – Le nouveau directeur général devra aider l’Etat dans la mise en œuvre du Plan de relance économique (PRE) et l’exécution du Plan stratégique de la structure dont il a désormais la charge.

Herman-Régis Nzoundou Bignoumba trône depuis mardi à la tête de la Caisse de dépôts et consignations (CDC). Nommé le 28 septembre dernier au terme d’un conseil des ministres, il a officiellement pris fonction au cours d’une cérémonie présidée par Jean-Frédéric Ndong Ondo, secrétaire général adjoint du ministère de l’Economie.

Il succède à Alain Ditona Moussavou, promu à la présidence du conseil d’administration de la Compagnie minière de l’Ogooué (COMILOG), après six années de bons et loyaux services à la CDC.

Le chemin du nouveau DG reste jonché de défis. Bras séculier de l’Etat dans la mise en œuvre du Plan de relance économique, Herman-Régis Nzoundou Bignoumba devra mettre en place une équipe capable de réaliser cette ambition. Tout comme il devra apporter sa touche personnelle à l’exécution du Plan stratégique de la Caisse de dépôts et consignations durant la période 2017-2021.

«Il vous revient d’y apporter une touche personnelle d’innovation et de renforcement des capacités. Vous auriez besoin de fougue de la jeunesse, des compétences managériales acquises dans vos anciennes fonctions où vous étiez en contact permanent avec la ressource humaine», a indiqué Jean-Frédéric Ndong Ondo.

Vieux briscard du monde de la finance, Herman-Régis Nzoundou Bignoumba ne débarque pas en terrain inconnu. Titulaire d’un Diplôme d’études supérieures spécialisées en Banques en Finances de l’université des sciences sociales de Toulouse en France, il a fait ses preuves à BNP Paribas à Lyon en qualité d’analyste. Au Gabon, il est passé à la BICIG, à Pricewaterhouse Coopers, BGFI Holding et Nsia Assurances. C’est donc en manager averti qu’il atterri à la CDC.

«Je mesure désormais plus que jamais le poids de la tâche qui m’incombe. A cet effet, je ne ménagerai aucun effort pour mériter la confiance placée en moi par les plus hautes autorités du pays et remplir à bien ma mission. Et pour cela, je compte sur votre soutien et votre accompagnement pour mener à bien cette charge», a lancé le nouveau patron de la CDC.

FIN/INFOSGABON/PM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : Nzoundou Bignoumba aux commandes de la CDC est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon / Fabrice Andjoua Bongo Ondimba : Financier de formation et de profession

InfosGabon - jeu, 12/10/2017 - 06:40

Libreville, Jeudi 12 Octobre 2017 (Infos Gabon) – Le nouveau DG du Budget et des Finances publiques est diplômé en finances et jouit d’une forte expérience en la matière.

Depuis sa nomination comme directeur général du Budget et des Finances publiques (DGBFIP), Fabrice Andjoua Bongo Ondimba est au centre d’une polémique. De toutes les personnalités récemment portées à la tête des sociétés d’Etat et directions générales publiques, il est celui dont le nom déchaîne le plus de passion. Sa nomination à ce poste est qualifiée de «familiale» par ses détracteurs.

Pour ces derniers, il a été promu à ce poste de par son appartenance à la famille présidentielle. Le défaut du nouveau DG du Budget et des Finances publiques est qu’il est le frère du chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba. Une promotion qui passe mal aux yeux de certains. Peu importe le profil de l’homme.

Certes médecin de formation à la base, Fabrice Andjoua Bongo Ondimba a fini par changer d’avis pour faire carrière dans la finance. Titulaire d’un MBA en finances, il jouit d’une forte expérience d’argentier après avoir gravi plusieurs échelons. Son diplôme en poche, il commence à travailler comme conseiller technique à Gabon Poste avant d’intégrer le ministère des Finances comme cadre. Puis deviendra tour à tour DGA de contrôle financier, DGA DGBFIP, DGA du Budget et DG de la DGBFIP.

On lui reconnait la gestion d’un ensemble de dossiers sensibles et délicats. Notamment celui visant à trouver des solutions au règlement de la dette intérieure vis-à-vis des PME gabonaises ainsi que le règlement de la dette intérieure, posé comme préalable par le FMI dans le cadre du Plan de Relance Economique (PRE). Si cette nomination est chahutée par une certaine opinion, elle est plutôt célébrée par les opérateurs économiques qui voient en Fabrice Andjoua Bongo Ondimba un interlocuteur de choix et de poids auprès des décideurs.

Sous d’autres cieux, peu importe la qualification ou les origines du promu. Ce qui compte est de savoir si ce dernier sera à la hauteur de la charge qui lui incombe? L’exemple de Jérôme Cahuzac en France semble édifiant à ce sujet. Chirurgien de formation, il a exercé quelque temps en cardiologie avant d’être appelé au gouvernement sous François Hollande comme ministre délégué au Budget auprès du ministre de l’Economie et des Finances. Sans aucune formation de base en la matière.

Contrairement à Fabrice Andjoua Bongo Ondimba qui lui, jouit d’un MBA en finances et qui connait bien la maison dont il a désormais la charge. Un procès en sorcellerie en somme.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon / Fabrice Andjoua Bongo Ondimba : Financier de formation et de profession est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : On prépare la trêve sociale

InfosGabon - jeu, 12/10/2017 - 06:30

Libreville, Jeudi 12 Octobre 2017 (Infos Gabon) – Le gouvernement mène des rencontres avec les syndicats à l’effet d’accorder les différents points de vue sur cette pause annoncée.

En prélude à la trêve sociale annoncée, le gouvernement multiplie les contacts avec les acteurs sociaux. Après les syndiqués du mouvement «La concertation sociale des travailleurs», le ministre de la Fonction publique, de la Modernisation du service public, chargé de la Réforme de l’Etat, Jean-Marie Ogandaga a rencontré mardi les membres du «Bloc syndical de la première seconde».

La rencontre a porté sur les objectifs poursuivis par la future trêve sociale qui sera signée par les différents partenaires sociaux. Le but étant de permettre à chaque acteur de s’imprégner des objectifs de cette pause. «Nous leur avons signifié qu’aucun partenaire social n’est exclu dans les préparatifs de celle-ci. Tout le monde est invité à donner son opinion et à apporter son plus. Nous ne pouvons pas bâtir notre pays en excluant une partie de la population, donc des partenaires sociaux», a indiqué Jean-Marie Ogandaga.

De leur côté, les interlocuteurs du gouvernement se sont dit favorables quant à la démarche entreprise par les pouvoirs publics en cette période de crise. «Nous souhaitons donc que cette trêve sociale nous amène à prendre conscience que nous n’avons pas de pays de rechange. Nous, partenaires sociaux, irons au dialogue parce que nous voulons améliorer nos conditions de vie et d’existence», a souligné Aminata Ondo, coordonatrice principale du Bloc syndical de la première seconde.

FIN/INFOSGABON/FM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : On prépare la trêve sociale est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Gabon : Un SMIG annoncé dans le monde agricole

InfosGabon - jeu, 12/10/2017 - 06:22

Libreville, Jeudi 12 Octobre 2017 (Infos Gabon) – Cette rémunération envisagée par le gouvernement va permettre aux paysans de vivre dignement du fruit de leur labeur.

Le gouvernement gabonais a l’ambition d’améliorer les conditions de vie des seigneurs de la terre. Il a en projet de mettre en place dans les prochains mois le Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) au profit des acteurs du monde agricole à travers un cadre réglementaire.

La séance de travail tenue lundi dernier par Yves-Fernand Manfoumbi, ministre de l’Agriculture, de l’Elevage chargé du programme Graine, et Carmen Ndaot, ministre du Travail, a permis de poser les bases de ce projet. Les deux membres du gouvernement ont ainsi déploré l’absence d’une convention collective nationale, d’un cadre réglementaire des prix de produits locaux et des coûts des activités agricoles.

Face à cette situation, les deux personnalités ont convenu de ce qu’il était urgent d’élaborer un cadre réglementaire de l’emploi dans le secteur agricole en vue de l’adoption prochaine d’un SMIG.

Yves-Fernand Manfoumbi et Carmen Ndaot ambitionnent également l’élaboration d’une mercuriale des prix des produits agricoles locaux dans le but de rendre le secteur agricole désormais plus compétitif qu’avant. La matérialisation de ce projet passe inéluctablement par une étude préalable des coûts des facteurs de production des différents formats des exploitations agricoles dans le pays.

Les pouvoirs publics envisagent également de faire le point des exonérations fiscales accordées aux opérateurs de la grande distribution afin de faire profiter aux acteurs de la filière desdites ressources. Le ratio salaire patronat/ouvrier dans le secteur industriel sera fixé afin de promouvoir l’équité.

FIN/INFOSGABON/FM/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Gabon : Un SMIG annoncé dans le monde agricole est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Entrepreneuriat : La Fondation Tony Elumelu donne rendez-vous à l’Afrique

InfosGabon - lun, 09/10/2017 - 20:24

Libreville, Lundi 9 Octobre 2017 (Infos Gabon) – L’homme d’affaires nigérian annonce l’organisation du 3e grand rassemblement d’entrepreneurs du continent les 13 et 14 octobre prochains à Lagos au Nigeria.

La mégalopole nigériane de Lagos accueille les 13 et 14 octobre prochains le 3e forum de l’entrepreneuriat annuel africain. 1 300 entrepreneurs, chefs d’entreprises et décideurs politiques issus des 54 pays du continent sont annoncés à cette grand-messe.

Organisé par la Fondation Tony Elumelu (FTE), ce rassemblement annuel verra cette année la participation des médias, des hubs, des incubateurs, des universitaires et des investisseurs triés sur le volet, en provenance de diverses nations à travers l’Afrique, de Maurice au Kenya en passant par le Cap-Vert et beaucoup d’autres. Cette tribune permettra aux PME présentes de mettre en place des réseaux, de partager des connaissances, d’entrer en contact avec des investisseurs et de se lier à des chaînes d’approvisionnement d’entreprises.

«Depuis le lancement du Programme d’entrepreneuriat de la FTE, et en engageant 100 millions USD pour habiliter 10 000 entrepreneurs africains en une décennie, nous avons dévoilé la force de développement la plus puissante de notre continent, à savoir ses entrepreneurs », a déclaré Tony O. Elumelu, fondateur de la FTE.

«En seulement 3 ans, nos 3 000 premiers entrepreneurs ont créé des dizaines de milliers de postes et généré des richesses considérables. Les 13 et 14 octobre, la communauté mondiale de l’entrepreneuriat se réunira à Lagos pour bâtir une Nouvelle Afrique, un continent florissant et autonome capable de reproduire les résultats de notre Programme révolutionnaire», a-t-il ajouté.

Au programme de ce rendez-vous, des panels pléniers, des masterclasses, des opportunités de réseautage spécifiques au secteur et des forums axés sur les politiques visant à permettre la croissance commerciale de l’Afrique.

«C’est la première fois que nous ouvrons ce Forum annuel pour inclure l’ensemble de l’écosystème de l’entrepreneuriat panafricain. Ce faisant, nous permettons aux communautés des PME africaines de se réunir et d’étendre les possibilités de partenariats intra-africains. Je suis impatiente d’accueillir les investisseurs et les décisionnaires politiques invités lors du Forum, alors que nous habilitons la prochaine génération de chefs d’entreprise africains», affirme Parminder Vir Obe, Présidente Directrice Générale de la FTE.

Les intervenants incluront : Wale Ayeni, International Finance Corporation, Stephen Tio Kauma, Afrexim Bank ; Andre Hue, AFD, Stephen M. Haykin, USAID Nigeria, Heikke Reugger, Banque européenne d’investissement, Abdoulaye Mar Dieye, Programme des Nations Unies pour le développement.

A travers ce Forum sur l’entrepreneuriat, la Fondation Tony Elumelu traduit en acte sa philosophie afro-capitaliste avec au centre de ses priorités le secteur privé africain – et en particulier ses entrepreneurs – comme le véritable catalyseur du développement économique et social du continent.

FIN/INFOSGABON/TW/2017

Copyright Infos Gabon

Cet article Entrepreneuriat : La Fondation Tony Elumelu donne rendez-vous à l’Afrique est apparu en premier sur INFOS GABON.

Catégories: Actualités Gabon

Pages